Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Patrick Sorba abattu à Propriano : c'est le 16e homme tué depuis le début de l'année en Corse

Les armes ont encore parlé mercredi matin à Propriano. Après Jean-Dominique Allegrini-Simonetti à Aregno et Antoine Sollacaro, mardi dernier, c'est Patrick Sorba qui a été abattu dans une station-service de Propriano.

Les coups de feu, tirés depuis un 4x4 Mercédes, ont retenti vers 9h30 au moment où Patrick Sorba, qui venait de réapprovisionner son véhicule, gagnait les locaux de la station, pour régler son achat.
Atteint à plusieurs reprises et notamment à la tête Patrick Sorba est tombé sur la piste de la station, tué, sans doute, dès le premier tir.
En tout cas quelques minutes après les coups de feu, les gérants de la station ainsi que des voisins qui avaient entendu les détonations, se sont portés à son secours, mais il était déjà trop tard.

Patrick Sorba, 44 ans, avait cessé de vivre.

 

Deux armes différentes 

L'alerte était aussitôt donnée et le sinistre, décore qui entoure les scènes de crime, dressé autour de la station.
Les premières constations effectuées par la gendarmerie - c'est la PJ d'Ajaccio qui à la charge de l'enquête -  ont permis d'établir que deux armes différentes ont été utilisées par les tueurs, une information confirmée un peu plus tard par Xavier Bonhomme, procureur de la République d'Ajaccio qui s'est rendu peu après sur les lieux.
Pour les enquêteurs, il ne fait aucun doute que ce nouvel assassinat s'inscrit dans la longue série des règlements de compte qui ensanglante l'île depuis on ne sait plus quand…

 

Voiture calcinée… 

Un peu plus tard on apprenait qu'un véhicule venait de brûler au cimetière de Propriano et que les investigations avaient permis aux enquêteurs de trouver deux armes - celles utilisées par les tueurs ? -  dans le véhicule calciné, un 4x4 Mercédes identique à celui qui quelques instants auparavant avaient permis aux hommes qui en voulaient à la vie de Patrick Sorba, de l'abattre.

De la victime on sait qu'il était marin à la SNCM et qui avait maille à partir avec la justice pour des braquages et un trafic de stupéfiants.

Il était le frère de Francis qui avait échappé en Novembre de l'année dernière à une tentative d'assassinat sur le port de Propriano et au mois de Mai une embarcation de plaisance, propriété de quelques-uns des proches de Francis Sorba, avait été visée par un attentat sur le plan d'eau du même port.
Depuis Paris, Manuel Valls a une nouvelle fois stigmatisé la "violence qui ronge, qui gangrène la société" mais "la Corse, c'est la France, c'est la République."

" Qui peut penser qu'en quelques jours ou quelques mois on peut régler un problème qui n'a pas été traité depuis des années?"

Le ministre, a par ailleurs, rappelé qu'il viendrait bientôt en Corse avec le Garde des Sceaux Christiane Taubira sans pour autant préciser de date. "Vous comprendrez qu'on le fasse avec tout le tact nécessaire. Nous ne voulons pas être un problème, nous voulons être une solution", a souligné Manuel Valls.
Pendant ce temps… 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    U Palainu (jeudi, 25 octobre 2012 07:30)

    A nostra carissima Corsica ùn ne finisce più di pienghje a so malafurtuna, è i so figlioli tombi. Noi altri Corsi, ùn simu ch’e troppu abituati à leghje, à amparà a morte, l’assassinamentu d’omi nant’à a nostra terra, à tal puntu chì certi si sò ancu messi à pinsà ch’ella era perfettamente nurmale, forse per esurcizà u scumpientu è fà tace i lamenti di e nostre anime.

    Ogni volta, cademu sempre più bassu in l’orrore di u focu maladettu d’atrocità.
    Tanti ghjorni di sangue !

    Torna u sunniacciu riprincipia sempre à invelenà l’anime, è à sempre veste a nostra cara è corcia Corsica di i so panni di tristezza, di dolu, è d’affanu.
    È hè sempre u stessu scumpientu, u stessu spaventu, u stessu odiu di sta situazione cusì generatriccia di doli.
    Ogni volta, à ogni assassinamentu, sempre simu à l’addisperu, è sempre preghemu, senza credecci mancu una sola unica seconda, ch’ellu sia veramente l’ultimu mortu. Ùn ci credimu micca chì simu sempre sicuri ch’elli ci seranu torna altri assassinamenti, è puru perseguitemu di sperà, di crede in sta chimera inaccessibile ch’e no vurriamu tuccà in i nostri sogni.

    À ogni assassinamenti o quasi, certe ghjente, per amminurì u dolu, si dicenu, o provanu di cunvinchessi ch’e a vittima era statu un gattivu sughjettu, forse un maffiosu o un maffiusellu, è ch’ellu avia meritatu a so situazione, ch’ellu avia meritatu di more.
    St’analisa mi dispiace più ch’e propiu, prima perchè in a mio filosufia, cunsidercu ch’ogni vita hè sacrata, è chì nimu ùn merita l’assassinamentu, è dopu perchè hè una manera di velà u prublemu, di reducellu à a so più minima spressione. Seraghju sicuramente l’ultimu à negà ch’ellu ci sia un veru prublemu di criminalità è di maffia in Corsica, un prublemu più ch’e maghjore chì annegà a nostra tinta Patria sott’à un oceanu di maldestinu.
    Puru, è per mè, l’aghju ghjà dettu è a vogliu dì una volta di più, ogni vita umana hè sacrata.
    A morte d’un omu, a dicu, hè sempre un drama.
    Ma quandu sta morte ùn hè ne naturale ne accidentale, hè tuttu una tragedia, è u dolu ùn si stancia, ne per a famiglia, ne per l’amichi, ne per l’imaginariu cullettivu cume stampatu d’un pessimisimu atavicu ancu più anzianu ch’e a maledizzione d’Arrigu Bel Messere in l’annu mille.


    Di sicuru, s’e no parlemu cusì, si dice ancu, è troppu spessu chì certi assassinamenti nascenu di u sangue, per vindicà un altra morte più anziana, è ch’ella hè a nostra « cultura » ch’e di vindicàssi.
    Si dice spessu, quante un gran dramaturgu inglese, ch’ellu ci serà sangue versatu perchè u sangue chjama à u sangue. Si dice ancu ch’e e petre si movenu, ch’e l’arburi ne parlenu, ch’e l’ordine di e cose smarisce è chì u bughju invadisce a raghjone.
    Ùn sò manc’appena d’accunsentu incù sta manera di pinsà chì ci imprighjuneghja a mente in una stanza d’alienazione à un entità chì ci suprana senza ch’e no sapessimu cumu.
    À u cuntrariu, per mè, a « cultura » ùn hè manc’una stundetta una scusa valevule.
    L’assassinamenti sò scumpienti tamanti, è per esse sempre statu diffensore di a cultura corsa, sò assai primurosu ch’e certi abbandunessinu sta "tradizione" cusì infama.

    D’altronde, a vindetta ùn appartene micca à u campu di a maghjorità di l’assassinamenti, è sò propiu luntanu d’esse cunvintu ch’e i morti ebbinu tutti i mani insanguinati. Inoltre, pensu ch’ellu seria fà inghjuria à a so memoria ch’e di sempre imbruttàlli, dicendu ch’elli sò morti perchè avianu tombu, è ch’ella hè un bè.

    I morti, ancu per ùn esse micca tutti nucenti, ùn eranu micca tutti culpevuli.
    U sangue ùn lava nunda. Quandu venerà a fine di stu sunniacciu ?
    Induve ne hè a notte, à l’ora indecisa di a so lotta contr’à u ghjornu