Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Bastia XV cède face au Stade Niçois

Stade du Casone
Bastia XV-Stade Niçois : 12-22 (6-13)
Bastia : 4 pénalités de Reboul (8e, 26e, 47e, 66e), Nice : 2 essais :
Jaber (14e), Moxham (20e) 4 pénalités : Fierro (10e), Guerré (50e, 64e,
76e).
Les équipes :
Bastia XV :  Basteres, Hamelle, Morales, Marcelli, Morelli, Conte, Degray,
Sougoufara, Helguera, Reboul, Bonino, Leduc, Mariani, Cordoliani,
Fouilloud, Pierantoni, Vaitqevicius, Napoli, Gasperini, Magurno, Vedovati,
Sangle

Stade Niçois : Canizares, Jaber, Boudhraa, Cottert, Okouya, Catoni,
Mitchelishvili, Moxham, Guerré, Fierro, Bonichou, Mège, Labbé, Drame,
Musso, Vizet, Paz, Polfiet, Guerré J, Bisiaux, Chouchena, Gravier

Pas de temps morts dans cette confrontation entre Nice et Bastia. Dix minutes après le coup d’envoi, donné en avance par rapport à l’horaire prévu, Bastia prenait l’avantage sur une pénalité de Reboul (8e).

Cette avance était de courte durée Nice égalisant par Fierro deux minutes plus loin. Ce retour donnait de la vitalité aux Azuréens qui prenaient les devants quand Jaber plaquait dans l’en-but bastiais suite à une pénalité jouée à la main (14e) dans les vingt deux mètres bastiais.

Nice avait le match en main et prenait ses distances à la 20e. Sur une mêlée aux cinq
mètres, le demi de mêlé niçois décalé Moxham qui  n’avait aucun mal à aplatir. Menés de dix points, les bleus revenaient dans la partie quand Reboul transformait une pénalité des quarante mètres.

Nice remettait la pression, son buteur tentait un drop des 30 mètres, puis il manquait une pénalité (35e) et loupait encore un coup de pied, bien que le juge
(niçois) l’ait vu entre les poteaux, surprenant non ?  

Au retour Bastia poussait et jouait sur la ligne d’en-but des niçois. A défaut de marquer des essais, les Bleus s’en remettaient à Reboul qui transformait une pénalité à la 47e.  

Menés de quatre points, les hommes du président Delmoro tentaient de recoller totalement, mais Guerré ne ratait pas l’occasion de reporter l’écart à sept points en transformant une énième pénalité. Les Bastiais ne lâchaient pas prise et étaient tout près de concrétiser une avancée à la main, et au lieu de voir l’essai transformé,
les bleus se faisaient pénaliser.

Le match à présent se résumait à un mano a mano entre les buteurs. A ce petit jeu, Reboul tenait la dragée haute à Guerré jusqu’à la 76e quand le niçois plaçait une nouvelle fois le ballon entre les poteaux. Menés 22-12, les locaux privilégiés le jeu à la main, jouant les pénalités près de la ligne de but au pied pour chercher une
touche et aplatir, mais cette tactique bien pensée ne trouvait pas sa concrétisation sur le terrain.

Bastia venait de laisser passer sa chance pendant que Nice s’affirmait comme un prétendant à la montée.

Écrire commentaire

Commentaires : 0