Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Le FC Calvi renoue avec la victoire en championnat

Le FC Calvi : Une victoire qui fait du bien
Le FC Calvi : Une victoire qui fait du bien

FC Calvi : 2 – CSO Amneville : 0  (1-0 mt)

 Stade Jacques-Ambroggi, L'Ile-Rousse

Arbitre : M. William Hoenig assisté de MM. Thierry Sernaglia et Gervais Maignan.

Délégué : M. Jean-Baptiste Casanova.

Buts pour Calvi :Aït Ahmed (17e), Garcia (63e)

Avertissements à Calvi : Kehiha (40e), Sodini (45e), Inzerillo (78e)

A Amneville : Lauratet (40e), Novic (70e), Sylla (78e)

FC Calvi : Menozzi (Cpt), Valery, Inzerillo (Bertin d’Avesne, 83e), Kehiha, Richier, Sodini (Khalaoui, 76e), Aït Ahmed ( Khazri, 65e), Portillo, Tchokounte , Roccho, Garcia. Entr. Didier Santini.

CSO Amneville : Suzanne – Nocilla ( Lauratet, 21e), Ney ( Merino, 78e),  Lahoussine, Martin, Sylla, Osswald, , Pszczolinski, Perez ( Alovic, 8e), Kebe, Belameri. Entr. Pascal Carzamiga

Pour cette 9e journée de championnat, le FC Calvi qui a laissé beaucoup de points en route depuis l’ouverture du championnat, se devait impérativement de l’emporter.

Face à une équipe d’Amneville qui avait le grand mérite de ne pas fermer le jeu, les Calvais ont contrôlé le jeu et géré les temps forts.

Didier Santini avait décidé de laisser sur le banc des garçons comme Khalaoui, Anziani, Khazri et Lesueur pour débuter cette partie alors que d’autres comme Soler, Ferrandez, Tadembo n’était pas sur la feuille de match.

D’entrée, les locaux imposaient leur jeu face à une équipe d’Amneville qui défendait bien et qui profitait de la moindre occasion pour partir en contre, grâce notamment à un virevoltant El Hedi Belarami.

Dès la 4e minute, sur coup-franc, Ney manquait d’un rien le cadre. Les visiteurs connaissaient un premier coup dur à la 8 avec la sortie de leur attaquant Perez, touché dans un choc avec un adversaire.

A la 17e mn, après plusieurs incursions dans le camp adverse, les Balanins obtenaient un corner tiré par Rocchi, Sodini reprenait le ballon d’une tête décroisée au 2e poteau. Aït Ahmed surgissait et de la poitrine poussat le ballon au fond des filets, malgré une tentative de parade désespérée de Suzanne.

Ce but était contesté à tort pour hors-jeu, par le staff technique rappelé à l’ordre par M. Hoenig.

A la 21e mn, alors qu’Amneville procédait à un second changement, Belarami partait dans une folle chevauchée, avant de manquer d’un rien le cadre des buts gardés par un Menozzi vigilant.

A la 28e minute, Inzerillo d’une tête piquée était à deux doigts de doubler la mise mais Suzanne , du pied sauvait son but.

A la 30e mn, c’est à nouveau Belarami qui mettait Menozzi à contribution.

La pause intervenait sur cet avantage de 1 à 0 pour les Corses.

Au retour des vestiaires, les calvais accéléraient mais se faisaient prendre en contre à deux ou trois reprises.

A la 63e minute, à la suite d'un beau mouvement, Tchokounte glissait le ballon à Garcia qui, du plat du pied trompait Suzanne.

C’était la délivrance.

Trois minutes plus tard, Sodini sur coup-franc obligeait Suzanne à se détendre pour détourner le ballon en corner.

A la 72e , J.-J. Rocchi trouvait la transversale. Agacés, les joueurs de la Moselle s’énervaient et simulaient des fautes à tour de bras, ce qui n’était pas du goût des spectateurs mais aussi des Calvais.

Finalement, l’arbitre sifflait la fin de la rencontre sur cette victoire calvaise qui ne souffre d’aucune contestation et qui est de bon augure à une semaine du choc face à l’équipe de National du CAB qui a montré vendredi soir à Poiré-su- Vie qu’elle avait du caractère.

                                                                                                                                        J.-P. L.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Gilbert (vendredi, 26 octobre 2012 21:28)

    Bonjour,
    Un résumé un peu chauvin, la faute du gardien Calvais sur l'attaquant adverse, flagrant et qui aurait dû être sanctionné par un carton rouge et un pénalty mais sous la pression du public, l'arbitre inversa la sanction.
    Ce qu'il reconnu à la fin de la partie.
    Il ne faut pas inverser les rôles ! C'est bien les locaux qui ont durci le jeu en s'énervant, pas les visiteurs.
    En conclusion, même sur un terrain le nationalisme est bien présent ainsi que sur le banc de touche, comme exemple la réflexion par un dirigeant 'tu la fermes ici tu es en Corse'.
    Étrange, mais pour moi ils étaient en France et participaient à un championnat National.
    Merci.