Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Entre parfums du maquis et expérimentations pratiques, la Science à l’honneur sur le grand site de la Parata

Pour la journée de clôture de la Fête de la Science, des ateliers sur le thème des « parfums du maquis » ainsi que des expériences scientifiques pratiques ont eu lieu dimanche à Ajaccio sur le grand site de la Parata à l’initiative de la municipalité. L’occasion pour le public, jeune ou moins jeune, de rencontrer les animateurs du Centre Permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) d’Ajaccio ainsi que l’association Bastiaise Les Petits Débrouillards partenaires de l’évènement, afin d’aborder ces disciplines plus concrètement tout en se divertissant.  

« C’est quoi ça maman ? » lance une petite fille blonde à sa mère, le regard plein d’interrogation, devant plusieurs échantillons de plantes colorées et à l’odeur enivrante placés sur un étal. La maman hésite… Mais pas de panique, une animatrice du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) prend alors le relais pour expliquer à tous les enfants de façon ludique toute la subtilité de ces plantes et autres herbes aromatiques présentes sur le site de la Parata. Et il est vrai que celles-ci ne manquent pas : Ciste, Lentisque, Myrte en passant par le Romarin, Lavande, jusqu à la poétique "Immortelle d’Italie", il est parfois compliqué pour un néophyte de s’y retrouver dans ce véritable maquis de senteurs.

 

Mieux appréhender l’environnement

Et c’est bien là que les ateliers de découverte prennent tout leur sens. A l’occasion de la Fête nationale de la Science, il s’agissait ce dimanche à Ajaccio de rendre attractive et ludique cette discipline parfois complexe afin que petits et grands appréhendent mieux leur environnement. « Quand on fait de la botanique par exemple, le sens olfactif et le regard sont prépondérants. Le but du jeu est de faire accéder le public à de nombreuses plantes. Car pour les enfants, la connaissance du milieu naturel direct est assez limitée et nous faisons en sorte de leur faire découvrir la réalité du maquis pour qu’ils se réapproprient l’environnement » explique Lilianne Lambinet, scientifique de formation et animatrice au CPIE. Et après de subtils éclairages, Laura est en mesure de reconnaître les diverses senteurs des plantes enfermées dans des petits sachets numérotés.

 

Apprendre tout en s’amusant avec l’expérimentation

Un peu plus loin, c’est l’ingéniosité et les expérimentations qui attendent petits et grands avec un atelier hétéroclite organisé par l’association Bastiaise Les petits débrouillards. Ici, il s’agit avant tout d’initier le public à l’importance de la préservation de l’écosystème, de la chaîne alimentaire mais aussi de rendre ludiques et compréhensibles des concepts de physique parfois très flous. Avec patience et dévouement, Nicole Santini et Patricia Pringuet, animatrices de la structure, instruisent les enfants sur la faune (oiseaux, poissons, insectes) et la chaîne alimentaire à l’aide d’images, d’épuisettes, de pinces et autres accessoires concrets. Une pédagogie qui fait assurément son effet. « J’ai découvert des animaux et appris ce que mangeaient les poissons, et les oiseaux grâce à la forme de leur bec » détaille volontiers Clara, 8 ans avec une nette satisfaction. Une application qui lui vaudra (comme aux autres) le titre de Petit Débrouillard.

 

« L’erreur est toujours formatrice »

Plus loin, avec l’aide de l’animatrice, Léo, 9 ans, résout le tortueux concept physique de tension superficielle en… faisant flotter un trombone dans une bassine ! « J’ai fait plusieurs tentatives et ça m’a aidé à mieux comprendre. J’ai appris plein de choses ici aujourd’hui et je suis content d’être venu » affirme le jeune homme avec une pointe de fierté bien légitime dans la voix. Un tour de force réalisé sans (presque) trop de difficultés. « En montrant que chacun pratique à son niveau la science au quotidien et en utilisant du matériel usuel, on permet aux enfants de mieux comprendre que certaines choses sont à la portée de tous. La démarche expérimentale est très importante et l’erreur est toujours formatrice » assure Nicole Santini. A n’en point douter puisque nous sommes nous aussi parvenus à faire flotter le trombone dans l’eau !

C’est vers 17h que cette fabuleuse journée qui a remporté un franc succès à pris fin et chacun est rentré chez soi avec davantage de connaissances et de belles images au fond de la tête.

                                                                                                                         Y.- C. GARCIA

3 QUESTIONS Á : Corinne Quastana, directrice du grand site

- Comment évolue le site de la Parata depuis sa réouverture en mai 2012 après les aménagements et travaux réalisés ?

C.Q : Le grand site de la Parata est géré de façon dynamique par la ville d’Ajaccio avec 4 grands principes : la protection, l’entretien, la gestion et l’animation de ce site exceptionnel. De nombreux travaux et aménagements ont été réalisés dans le cadre de l’opération Grand Site et cela se veut être le point de départ de la politique environnementale de la ville.

 

- Quel est le but concret de cette journée de la Science sur le site que vous dirigez ?

C.Q : Depuis l’ouverture du nouveau site en mai 2012, la volonté de la ville d’Ajaccio est de proposer de nombreuses journées à thèmes aux Ajacciens comme aux visiteurs. Et la Fête de la Science s’inscrit pleinement dans cette volonté dynamique de transmission des valeurs à la fois patrimoniales et culturelles. Notre démarche est de faire profiter à tout le public de la transmission du savoir et du patrimoine, notamment avec le public scolaire. Nous faisons toujours appel à des partenaires qualifiés, comme aujourd’hui, le CPIE pour l’atelier Maquis et senteurs et l’association Les petits débrouillards pour les ateliers des enfants.

 

- Cette manifestation a-t-elle selon vous été réussie et en appellera t-elle encore d’autres ?

C.Q : Ces ateliers se sont déroulés en deux temps : le premier le 10 octobre avec l’accueil du public scolaire et aujourd’hui avec l’accueil de tout le public. Nous avons eu beaucoup de fréquentation avec des visiteurs de tous âges et cela a été réussi. Nous regrettons simplement que les cars de touristes ainsi que le petit train ne restent pas suffisamment sur place pour permettre aux touristes de prendre le temps nécessaire à la visite. Par ailleurs, une autre journée à thème est d’ores et déjà programmée : le 25 novembre prochain, nous organiserons la Journée des métiers et travailleurs de la mer ici même, avec la collaboration des pêcheurs, des Affaires maritimes et nous l’espérons aussi avec les sapeurs pompiers et la sécurité civile pour des démonstrations techniques poussées.

 

Infos et renseignements

* CPIE : http://cpie-centrecorse.fr

* Association Les Petits Débrouillards : 04.95.38.54.12 - corse@lespetitsdebrouillards.org

Écrire commentaire

Commentaires : 0