Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

François Tatti : " Une faute politique qui n'affecte pas ma détermination à présenter ma candidature en 2014 "

François Tatti en compagnie de Eric Calloni et Marie-Claire Poggi.
François Tatti en compagnie de Eric Calloni et Marie-Claire Poggi.

François Tatti, adjoint au maire de Bastia, n'a pas tardé à réagir à la décision prise, la veille, par le maire Emile Zuccarelli de lui retirer la délégation des travaux de la ville. Dès jeudi matin, entouré de plusieurs membres du conseil municipal, il a qualifié cette décision de " faute politique" mais qui n'affecte en rien sa détermination " à rassembler et présenter ma candidature en vue des prochaines élections municipales en 2014.." Corse Net Infos vous livre, in extenso, le texte de sa déclaration. Avec une vidéo de quelques-unes des questions que vous auriez, sans doute, aimé lui poser…

Au plan du droit il n’y a rien à en dire, cette décision est en parfaite cohérence avec les pouvoirs du Maire.

Au plan politique, c’est une faute, une très mauvaise décision pour la municipalité et pour la Gauche à Bastia.

·  Elle ne s’appuie sur aucune faute de gestion
· Sur aucun manquement à l’union de la majorité.
· C’est un fait du prince qui aggrave les fractures au sein d’une équipe municipale pleinement engagée au service de Bastia et de ses habitants.

Car personne ne peut contester que je me suis toujours efforcé depuis tant d'années d'impulser, d'agir, de construire, avec mes collègues, une démarche de modernisation de notre ville. A la fois au plan des réalisations mais aussi de la dynamique citoyenne avec un nombre incalculable de réunions publiques qui ont permis de donner la parole aux Bastiais en les faisant passer de spectateurs à acteurs du changement de leur cité.

L'un ne va pas sans l'autre d'ailleurs. Si nous avons réussi tant de belles réalisations, c'est parce que nous y avons associé la population, qu'il s'agisse des quartiers nouveaux, des espaces publics, des parkings, des rues à commencer par la rue Campinchi, de la piétonisation de la citadelle…
Je n'ai pas fait cela tout seul, mais je crois y avoir fortement contribué.

Ma volonté d’être candidat aux municipales de 2014 a précisément pour but de prolonger cette action au service de ma ville, au service des Bastiais. En permettant à la fois de poursuivre l'action politique mais aussi d'apporter de l'oxygène dans notre démocratie locale qui a besoin d'un souffle nouveau. Parce que c'est ma conviction, ma conception de la politique, et je ne vois pas de raisons de laisser aux autres partis, et notamment aux nationalistes, cette dynamique du changement
 

" Candidature naturelle et longtemps souhaitée" 

 Cette candidature pose aujourd’hui problème alors qu’elle était naturelle et longtemps souhaitée. La question qu’il faudra se poser c’est à qui et pourquoi elle posait problème.

Mais j’ai pris en compte cette difficulté et en cohérence avec ma conception de la politique, j’ai proposé une solution pour la dépasser, c’est l’idée de l'organisation de primaires citoyennes. Avec un but très simple : permettre au PRG, ma famille politique, de régler ses éventuels différents et repartir dans l'unité pour 2014.

Emile Zuccarelli a saisi ce prétexte pour justifier le retrait de ma délégation d'adjoint aux travaux.
J'affirme qu'il s'agit d'un prétexte car l'examen de son courrier ne résiste pas à l'analyse.

Mais avant d'en venir au fond, un mot sur la forme pour vous dire que j'ai été informé de cette décision dans les mêmes conditions que vous : par un mail doublé d'un appel du cabinet m'informant que j'avais été destinataire d'une lettre d'Emile Zuccarelli, sans même me dire de quoi il s'agissait.

Je comprends qu'on puisse ne pas être fier de certains actes.

Sur le contenu de sa lettre.

Au premier paragraphe il indique que ma communication pour valoriser mon action municipale accréditerait l'idée d'une certaine vacance du pouvoir.

En quoi communiquer pour valoriser l'action de la municipalité dans mon domaine d'intervention accréditerait-elle l'idée d'une certaine vacance du pouvoir ?

C'est ce que j'ai toujours fait depuis que je suis à ce poste, et ce que font tous les adjoints au maire de Bastia dans leur délégation. Je pense que vous, journalistes, êtes bien placés pour en témoigner.

Faire connaître ce que nous faisons, chacun dans nos fonctions, fait partie intégrante de notre action politique pour l'expliquer aux Bastiais. Que l'on prenne les coupures de presse de ces dernières années et l'on constatera que je me suis même beaucoup moins exprimé qu’auparavant et que lorsque je l'ai fait cela a toujours été dans un sens collectif.

C’est un prétexte disais-je.

L’autre prétexte c'est le fait que je lance l'idée de primaires citoyennes.

En prétendant que sur la forme il n’aurait pas possible de lancer une idée publiquement sans que nous en ayons parlé auparavant. Et en quoi cela est-il une erreur ? En quoi est-il interdit de relayer chez nous, à Bastia, une idée qui fait florès partout dans le pays ? Et si la presse s’y est intéressée et l’a relayée « à grand fracas » toujours selon lui, c’est que sans doute ce n’est pas une mauvaise idée. J’observe qu’il n’a toujours pas répondu, 3 semaines après à ma demande de réunion que je lui ai adressée non pas la veille mais une semaine avant de lancer cette idée de primaires.

 

"La démocratie est un principe politique, elle

ne dépend pas du nombre de citoyens"

Quant au fond, Emile Zuccarelli prétend que l’on ne pourrait pas organiser des primaires citoyennes au niveau local à cause d’une sombre histoire de loi des grands nombres. Cela veut-il dire qu’il ne pourrait y avoir de démocratie communale ? Pourtant il y a en France 36000 communes qui de ce plan là fonctionnent très bien et depuis 1884. Et en Corse avec de tous petits nombres parfois. La démocratie est un principe politique, elle ne dépend pas du nombre de citoyens.

L’idée de primaires serait un appel démagogique car elles occulteraient les partis politiques. Je m’inscris en faux contre cette idée dépassée. Le Parti Socialiste s’est grandi en organisant des primaires citoyennes. Primaires que tout le monde a loué à Gauche, à commencer par Emile Zuccarelli lui même. Ce qui est valable pour les autres ne serait donc pas valable ici ? Enfin je suis surpris qu’il évoque la prééminence du Parti alors qu’il vient proprement et simplement de l’occulter en rejetant l’idée sans même le consulter.

Enfin l’objection selon laquelle on ne pourrait organiser des primaires sans fissurer l’union de la Gauche.  J'ai lancé l'idée de primaires citoyennes pour donner la parole aux Bastiais, afin de départager les candidatures au sein du PRG pour conduire la liste d'union de la Gauche. En quoi cela est-il négatif pour notre union ? Le parti communiste ne souhaite pas y participer, dont acte. Pouvait-n imaginer d’organiser des primaires sans en parler aux partis alliés ? Cela m’a semblé impossible et ils auraient pu nous le reprocher.

Lorsque le PRG aura choisi son candidat avec les primaires il engagera les négociations pour constituer la liste comme il le faisait auparavant. La seule différence étant que la désignation ne fait plus au sein PRG mais par les suffrages du peuple.

 En conclusion, loin de permettre de retrouver la cohésion municipale cette décision met un couvercle sur nos difficultés, elle ne règle aucun problème.

C'est l'union par le vide.

Quant à nos oppositions municipales, elles ne peuvent que se réjouir d’une telle faute politique.

Pour autant, je poursuivrai mon action au sein de la municipalité, avec des convictions politiques inchangées, voire renforcées, en cohérence avec le mandat que m’ont confié les Bastiais, jusqu’en 2014.

Cette faute politique, n’affecte en rien ma détermination à rassembler et présenter ma candidature en vue des prochaines élections municipales en 2014."

Écrire commentaire

Commentaires : 13
  • #1

    Nostradamus (vendredi, 05 octobre 2012 07:51)

    Monsieur Tatti connait déjà le résultat des municipales de 2014 pourrait il faire profiter de ses dons de voyance aux lecteurs en nous donnant les chiffres du loto...même sans le complémentaire .

  • #2

    bastia2014 (vendredi, 05 octobre 2012 19:07)

    Est ce que Mr. eric CALLONI serait il devenu amnesique ? A t'il oublié qu'il à été mis en place en 2001 par son tonton albert.....la critique est facile........

  • #3

    Jeanne Renée C. (samedi, 06 octobre 2012 07:03)

    S'il y a une possibilité de renouveau à Gauche, une chance de sortir de la sclérose sans tomber dans le n'importe quoi, c'est vous. Battez-vous, le coeur des Bastiais bat pour vous. Continuez à leur offrir un autre visage de la politique.

  • #4

    Gascogne (samedi, 06 octobre 2012 08:08)

    Ne pas confondre les oies du Capitole qui donnèrent l'alarme et les oies du Périgord qui sont simplement
    GAVÉES...et dans ce cas ce n'est pas le coeur qui bat mais le foie qui explose.

  • #5

    Théodore de Banville (samedi, 06 octobre 2012 16:18)

    […] le petit monstre manifeste son existence en mordant volontiers les mains qui le nourrissent.

  • #6

    quella (samedi, 06 octobre 2012 16:32)

    Vous oubliez tous une chose : il est question de politique et comme chacun sait , la morale n'y a pas sa place !!!

  • #7

    Ravioli Panzani (samedi, 06 octobre 2012 16:41)

    ...on se souvient de la pub avec le fameux: "reviens Léon ..."après le problème Ajaccien,le Maire de Bastia aurait téléphoné à son homologue sudiste :"Simon j'ai le même à la maison !"

  • #8

    caruhju altu (dimanche, 07 octobre 2012 08:46)

    Emile Zuccarelli montre son vrai visage. Il déblaie le terrain pour son fils en éliminant Tatti. Tout le reste n'est que cinéma.

  • #9

    OnEstPasSortis (dimanche, 07 octobre 2012 08:51)

    J'adore le petit billet de Théodore de Banville qui dit : "[…] le petit monstre manifeste son existence en mordant volontiers les mains qui le nourrissent."
    Qui est derrière ce pseudo ? Est ce l'un des nombreux mendiants qui entourent la Zuccarellie avec sa vision alimentaire de la vie publique ?

  • #10

    ganymède (vendredi, 19 octobre 2012 10:32)

    Dommage, Dommage, que toutes ces énergies se dissolvent dans la nature..Monsieur Tati semble posséder d'excellentes qualités que le boisseau de l'arrivisme étouffe.
    Quand à monsieur Eric Caloni qui semble avoir oublié qu'il doit tout à sa famille et à la famile Zuccarelli, il se gonfle d'une importance totalement injustifiée qui le rend parfaitement ridicule et définitivement peu crédible auprés (de ce qui reste) de son électorat.

  • #11

    altrastrada (mercredi, 24 avril 2013 00:02)

    Eric CALLONI ne se sert pas de la politique pour vivre s'il n'occupe
    plus aucune fonction politique demain il saura rebondir ce n'est pas le cas de tout le monde

  • #12

    FICABRUNA (mercredi, 24 avril 2013 20:14)

    TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC VOUS ALTRASTRADA- SI ERIC CALLONI A PRIS LA RELEVE DE SON ONCLE EN POLITIQUE C'EST PAR LUI MEME QU'IL S'EST FAIT UN NOM, UNE RENOMMEE ET UNE PERSONALITE DIGNE DE SON ANCETRE-
    IL N'A PAS A RECEVOIR DE LECONS DE QUICONQUE SURTOUT PAS DE CEUX QUI
    MARCHENT LA TETE BAISSEE, ET ENCORE MOINS DE CEUX QUI AVANCENT LA FACE CACHEE- LA DEVISE DE LA FAMILLE EST "MARCHE TOUT DROIT" ET CELA
    DANS N'IMPORTE QUEL DOMAINE !!!! JE CROIS QUE BEAUCOUP DE POLITICIENS ET AUTRES DEVRAIENT EN PRENDRE EXEMPLE - A BON ENTENDEUR

  • #13

    PUZZICHELLA (dimanche, 28 avril 2013 21:48)

    Je viens de découvrir ce site, et je suis plutot offusqué par certains propos tenus plus haut. Mr TATTI a bien raison de vouloir tenter sa chance auprès des electeurs bastiais, pourquoi de ne ferait il pas ? au nom de quelle loi ? allez y François osez donc !la mairie de Bastia vous est ouverte. Je crois à votre sincérité. quand à Mr CALLONI que lui reprochez vous ? son honneteté, son travail accompli depuis 2001 dans le 5ème canton de la ville, qui a vu ce meme canton prospérer avec toutes les innovations qui ont été
    créees. alors je mets au défi cetaines personnes bien intentionnées d'en faire autant!!!!!!