Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

12e Tour de Corse Historique : Philippe Gache pour une poignée de dixièmes…

Difficile lorsqu'on croise un car dans la Calanche
Difficile lorsqu'on croise un car dans la Calanche

Si Erik Comas a pointé à zéro au soir de la première étape, s’invitant aussitôt au bal des prétendants, il devra attendre les deux prochaines étapes pour inviter la cavalière de son choix. Philippe Gache, qui a déjà connu ce privilège avec sa victoire dans l’édition précédente, est d’ores et déjà prêt à troquer sa combinaison contre un smoking de premier choix. C’est dire si le podium affoles les hommes…Attention tout de même à Jean-Claude Andruet, excellent danseur, qui n’est qu’à un petit peu plus d’une minute. Il va s’en passer des choses vendredi et samedi sur les routes de la légende insulaire…

Philippe Gache
Philippe Gache

Les 14 kilomètres entre Murato et Volpajola ont été avalés à la vitesse grand V par Philippe Gache, annonçant visiblement la couleur aux petits copains. Suivent Comas à 16 secondes, Manzagol à 27 et Andruet à 33. On prend les mêmes et on recommence, comme la veille, sauf que cette fois, le vainqueur de la précédente édition montre les dents et prend des airs de patron ! Derrière, J.Ch. Redélé, Jenot et Philippon s’accrochent comme ils peuvent, plutôt bien que mal d’ailleurs. La fête bat son plein au petit matin frisquet et le moral semble au beau fixe dans le peloton.

La Lancia Stratos de Comas et la Porsche de Gache font jeu égal dans l’épreuve suivante menant à La Porta, Andruet complétant le podium devant Redélé suivi de Servais qui se montre à son avantage. Derrière, Antonini, Torre et De Gentile maintiennent leur rythme imprégné la veille. Comas conserve bien sûr le commandement avec une douzaine de secondes d’avance sur Philippe Gache alors que Jean-Pierre Manzagol dégringole littéralement à la suite d’un pépin électrique. Ainsi, Jean-Charles Redélé se retrouve en quatrième place, devant Bonnardel et Jenot, Puren et Canavese qui devance Philippon.

 

Philippe Gache prend les commandes

Il avait montré des signes d’attaque le matin même et a sagement attendu son heure et, qui sait, sa spéciale de prédilection pour ouvrfir les gaz de sa Porsche. Quoi qu’il en soit, Ph. Gache a fortement attaqué dans Castifao-Bocca di u Prunu, si bien qu’il devance Erik Comas et prend la tête du classement avec quelques secondes de mieu, Andruet confortant sa place sur le podium à tout de même 1’ 28’’.  Dans cette épreuve de 16 kilomètres, on retiendra les bons chronos affichés par Manzagol (4e), Jenot, Puren et Antonini, suivi de Rédéle. La lutte pour le podium s’avérant plus que coriace entre ces bonhommes taillés pour l’attaque. Derrière, la lutte est de tous les instants, avec des pilotes en verve tels De Gentile, Barrile, Vandromme, Torre, Leandri, Martinetti, Martini etc. Les insulaires font bonne figure et s’avèrent très sérieux.

 

Comas fait de la résistance

Il s’accroche ferme Erik Comas et n’a sans doute pas dit son dernier mot. Il sait que le podium est difficile certes, mais à sa portée, malgré la brochette d’affûtés qui suivent. Dans l’ultime épreuve, son message a été très clair : « Je suis encore là les gars, n’oubliez-pas ! »

Le pilote de la Stratos l’emporte donc devant Gache pointé à deux secondes, suivi d’Andruet à 17 secondes, Manzagolà 22, puis Puren, Jenot et Canavese. Une fin d’étape chaude, très chaude même, mais quel cadre en arrière plan, quelle merveille ce golfe de Porto dans son écrin de verdure. 

                                                                                                                                    J. F.

Classement général après la 2e étape  

1. Gache->Rivière (Porsche 911) 1h 48’32’’

2. Comas-Vasperini (Lancia Stratos) à 0’’5

3. ANdruet-« Biche » (Porsche 911 RSR) à 1’43’’

4. Redélé-Desses (Alpine A 110) à 3’24’’

5. Jenot-« Slo » (Ford Escort) à  5’41’’

6. Bonnardel-Ceccarelli (Porsche 911)

7. Puren-Mizael (R5 Turbo)

8. Canavese-Serre (0 37)

9. Manzagol-Guglielmi (à 7’07’’

10. Serv ais-Decre (Portsche 911)

3e étape : Porto-Porto Vecchio

 368 kilomètres vendredi au menu de cette troisième étape entre Porto et Porto-Vecchio, avec 82 km d’épreuves chronométrées, cinq au total et pas de moindres.

ES 10 : Letia-Vico (13,6 km)

ES 11 : La Liscia-Col de Sarsoghju (19,3 km)

ES 12 : Acqua >Doria-Stiliccione (14,5 km)

ES 13 : Martini-Fozzano (14,6 km)

ES 14 : Tirolo-Orone col Bacinu (20,6 km)

Le sorcier en vacances

Il a tellement « bricolé » dans les voitures qu’il roule les mécaniques. Il peut le faire car ce ne sont pas les références qui font défaut chez ce retraité de la préparation. Les plus grands sont passés chez lui et sur leurs voitures, l’inscription « Simon Racing » signifiait quelque chose de fiable dans le monde du sport auto. Demandez-voir à Alain Oreille, Jean Ragnotti, Serpaggi, Loubet, Neri et les autres. Tonton Simon (lui, pas l’autre !) est encore là, sa Kadett préparée par…lui-même (diable) semble sortie d’un salon d’exposition et le sourire du pilote n’a pas changé. Ni son humeur ni sa gentillesse. Il est comme ça Edmond, simple et chaleureux, avec, s’il vous plait, 43 Tours de Corse au compteur. C’est pas beau ça ?

 

La courtoisie et le savoir

 

Il fait partie de la grande famille du sport auto. C’est un authentique spécialiste de la mécanique et un fin connaisseur des rallyes. Normal qu’il puisse en parler et communiquer. Alain Bernardet, c’est de lui qu’il s’agit, a préparé cette édition avec toute la méticulosité qu’on lui connaît. Si Yves et José se sont adressés à lui, ils savaient ce qu’ils faisaient. Le résultat est probant. Le personnage sympathique et professionnel jusqu’au bout du stylo. Super compétent le communicant de l’ASA Terre de Corse.

 

Le Groupe compétition ajaccien

Ils sont tous là, passionnés jusqu’au bout de leur gants, casqués, bien calés et harnachés dans leur baquet, fous de pilotages et de Tour Historique. Toujours ensemble, sur la route, aux assistances, le soir au restaurant, le tout avec l’(ambiance qu’on imagine. Ils sont une bonne dizaine, de Eric Fattaccio à Tony Avolio en passant par JPh. Martini, A. Fieschi, Vincent Lucciardi, Fred de Souza, FX Antonini et Madame etc etc. 

                                                                                                                                   J. F.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    THOMAS (vendredi, 05 octobre 2012 18:47)

    bravo, super, trop la classe