Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

" Benji " Basteres (Bastia XV) : Du Top 14 à la Fédérale 3

Benji" Basteres (à gauche) : Le regard qui "tue".
Benji" Basteres (à gauche) : Le regard qui "tue".

Il aurait pu poursuivre sa carrière professionnelle au plus haut niveau : celui du Top 14 ou de la ProD2. Mais l'appel du pays a été le plus fort. Benjamin - appelez-le "Benji" - Basteres est revenu aux couleurs de ses premières amours : celles de Bastia XV qu'il avait déjà défendues du temps ou il était cadet et qu'il n'a quitté que pour s'installer sur les bords de la rade toulonnaise. 

Juniors Crabos, puis Reichel, puis Espoir et enfin '"pro" à partir de 2006 : Benjamin a franchi tous les échelons avec le RC Toulon. Jusqu'à son prêt, en raison de l'importance et de la qualité "internationale" de l'effectif toulonnais, la saison dernière à Aix en Pro D2.
"C'était essentiellement pour avoir du temps de jeu" explique Basteres qui, heureux de retrouver plus souvent le parfum de la compétition, a aussi apprécié de cotôyer maints de ses compagnons de route à ce niveau.
" J'aurai pu poursuivre pendant plusieurs saisons encore en pro, mais après Aix et le limogeage de ses deux entraîneurs, je n'a plus eu de nouvelles du président. Un retour sur Toulon était encore possible. J'avais, aussi, la possibilité de m'engager ailleurs, mais c'est l'envie de rentrer qui s'est imposée."
Et Basteres l'a fait. Son retour au bercail avec son épouse, qui est aussi bastiaise, et leur petite fille, est intervenu à l'intersaison.
" Un retour apprécié bien sûr mais en même temps, c'est un peu bizarre de se replonger ainsi dans le monde amateur. Cela dit Bastia XV possède un bon petit groupe. On va pouvoir tout à la fois s'amuser et se faire plaisir."
Mais Basteres, qui, sur ce point rejoint Laurent Massabeau, est formel :" Nous ne pourrons aller de l'avant qu'en adhèrant à la même bonne idée de prendre du  plaisir le dimanche".
L'ancien "pro" reconnaît cependant que cela n'est pas toujours facile. Surtout pour ces joueurs qui viennent de Balagne ou de Porto-Vecchio s'entraîner et jouer à Bastia.
Mais il veut croire à ce rugby qui l'a mis sur l'orbite professionnelle.
" Il est vrai que j'ai un autre regard sur le monde amateur que je redécouvre. Au niveau professionnel on s'entraînait et on ne faisait que ça. Et si pour moi m'entraîner reste un plaisir, ici cela n'est pas aussi évident. Surtout après une journée de boulot, les contraintes de la vie de tous les jours et de centaines de kilomètres sur la route" souligne le pilier bastiais.
Un pilier qui croit aux chances de son équipe. "Je n'ai aucun souci de ce côté là.  Le collectif y est. Il peut nous permettre de faire quelque chose. Surtout si nous travaillons et si nous manifestons tous une vraie volonté d'aller de l'avant" souligne Benjamin Basteres qui pour étayer son propos rappelait ces phases de ballon porté au cours desquelles, dimanche dernier, Bastia XV a presque tout emporté sur son passage.
" Nous ne l'avions pas vraiment travaillées à l'entraînement, mais lorsque tous ensemble nous avons compris qu'il était nécessaire de nous serrer les coudes pour l'emporter, tous les mécanismes du "maul" se sont mis, presque, naturellement en place".
Cette version de la volonté bastiaise, telle que l'entend "Benji", on en redemande !

                                                                                                                 Charles MONTI

Écrire commentaire

Commentaires : 5