Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Coupe de la Ligue : Arles-Avignon s'offre l'AC Ajaccio

Les hommes de Dupont se sont fait surprendre par une bonne équipe locale, et aussi par une pelouse à la limite du praticable. Faty avait répondu à  Dale, en fin de match, mais dans le temps additionnel, Dramani a donné la victoire aux Arlésiens. Une soirée noire, à oublier avant Samedi.

Parc des Sports d’Avignon, Marcuri u 26 di SIttembri di u 2012
ACAA 2-1 ACA (0-0
Scopi : Dale (61a), Dramani (90+4) pà Arles-Avignon, Faty (86a) pà l’AC Aiacciu
Tempu : Piuvicosu assai. Tarrenu : Cattivu assai
Arles-Avignon :
Yattara, Zarour, Cantini, Quintin, Abdelhamid, Plessis, Rocchi (cap), Cardy, Douniama, Dale, Savanier.
Bancu : Butelle, Soro, Germany, Mara, Sangare, Suarez, Haminu
Aiacciu :
Ochoa, Lippini, Jemal, Medjani, Bouhours, Faty, André, Pierazzi (cap), Belghazouani, Cavalli, Gigliotti.
Bancu : Oberhauser, Poulard, Diawara, Mostefa, Sammaritano, Tiberi, Delort


Le match
Le début de match est à  l’avantage de l’ACAA. Les locaux jouent sans complexent, et sans se préoccuper de leur adversaire. Des ajacciens qui évoluent avec une composition « bis », puisque Jemal, Lippini, Gigliotti et Tiberi sont titulaires pour la premières fois. Les lignes mettent d’ailleurs du temps, beaucoup de temps à se lier. L’AC Arles-Avignon frappe le premier, de loin, et fait briller Ochoa dès la 3e minute. Les Oursons s’en remettent aux coups-de-pied arrêtés, puisque leurs rares incursions sont toujours contrées par un pied Arlésien. Sur un corner de Cavalli, Faty place sa tête, mais ne cadre pas.
 
Gigliotti croit marquer, mais…
L’ACA va tenter de réagir, d’abord par Gigliotti, qui tente avec de la difficulté de trouver la faille, puis par Cavalli de loin (22a), et également Bouhours, qui centre dès qu’il a en l’occasion, de même que Belghazouani, titularisé  à gauche. Mais un élément vient perturber le bon déroulement du match. La pelouse est littéralement gorgée d’eau, et par endroit, les joueurs ont toutes les peines du monde à faire des passes correctes. La pluie, elle, s’abat de manière assez dure, et dégrade de plus en plus le terrain. L’ACA peine d’ailleurs à développer son jeu de d’habitude, et ne parvient à pas à trouver de la vitesse.
Cependant, on croit voir la situation se décanter à trente-septième minute. Sur un coup-franc obtenu excentré  à gauche, Gigliotti laisse Cavalli le tirer, va se placer, puis réceptionne le centre du meneur de jeu Ajaccien et marque…mais voit sa réalisation refusée pour position de hors-jeu. L’ACA joue alors un peu mieux, les latéraux montent beaucoup et Faty et Cavalli continuent leurs assauts, sans succès.  La pause est sifflée sur un score vierge. L’ACA manque de précision dans les vingt derniers mètres, et tombe sur un os. Les locaux jouent sans peur, et ça marche, puisque l’ACA ne parvient pas à faire de séquence intéressante.
 
La glissade de trop
 La second période débute sur la même pelouse, de plus en plus saccagée par la pluie battante qui arrose depuis plus d’une heure le terrain. Ochoa est rapidement mis à contribution, et doit s’employer à deux reprises, sur des frappes de loin (50a è 52a). Alex Dupont fait les cent pas, et ne trouve pas de solution. C’est là que la tâche va se compliquer. Après un quart d’heure de jeu en seconde période, une glissade incontrôlée de Faty permet à Rocchi, l’ancien Acéiste, de partir en contre. Décalage à gauche, centre, et reprise de Dale, qui ouvre la marque, comme à l’entrainement : 1-0, l’ACA prend un coup sur la tête.
Soixante-cinq minutes, Dupont fait rentrer Mostefa et sort Pierazzi, afin d’amener plus de physique au milieu de terrain, et aussi dans les airs. Sammaritano lui aussi fait son apparition, mais pas facile de négocier une telle entrée, lorsque l’on revient de blessure. L’ACA fait face à un vrai problème, et semble incapable de le résoudre. Les défenseurs reculent même un peu trop, ce qui permet à l’ACAA de faire tourner sans être inquiété.
Jemal fait le boulot, en défense, mais les avants sont trop imprécis, et butent sur une défense hargneuse. Delort remplace Gigliotti à un quart d’heure du terme. Douniama, auteur d’une très bonne rencontre, sort pour les locaux. Puis vint la lumière, un tantinet dirons-nous. Sur un nouveau coup-franc de Cavalli, Faty dévie de peu de la tête, et trouve la faille ! Egalisation de l’ACA alors que l’on y croyait plus. Faty se fait pardonner de sa glissade fatale. L’ACA va alors se libérer quelques peu, et Sammaritano rentre pour amener de la vitesse. 91e, Cavalli tente de conclure un très beau contre par une passe décisive, mais le meneur de jeu…glisse à nouveau lui aussi.
Et pour finir, sur l’action de la dernière seconde, les Arlésiens vont porter l’estocade psychologique. Haminu, entré un peu plus tôt en jeu à la place de Savannier, blessé, tente de loin et offre la qualification aux siens. Ochoa ne peut rien cette fois, et s’incline donc : 2-1.

 

Le bilan de la soirée

Encore une fois, on peut dire que l’ACA n’est décidemment pas une équipe de coupe…Alors que Gigliotti pensait avoir ouvert le score en première mi-temps, c’est finalement les locaux qui vont prendre les commandes à l’heure de jeu. Le but hors-jeu de l’attaquant Acéiste, titularisé par grande surprise, aura finalement constitué le tournant du match. La pelouse a valu bon nombre de glissades aux vingt-deux acteurs, et c’est sur l’une d’elles que les Arlésiens ont ouvert le score, par Dale, profitant de voir Faty glisser au sol.

L’ACA, encore et toujours, se rate lors de son entrée en coupe de la Ligue. Il faudra comme de coutume oublier cette soirée, mais retenir le positif. Samedi, c’est une autre paire de manches qui attend l’ACA, et surtout Dupont qui retrouvera Brest, dans un duel important à Timizzolu.

                                                                                                OLivier CASTEL            

Ils ont dit

Thierry Laurey : "C'est la victoire d'un groupe. Compte tenu des conditions ce fut un match agréable avec de belles envolées et du dynamisme. Il ne faut pas pour autant se prendre pour ce qu'on n'est pas car on doit être plus rigoureux en défense comme on l'a vu sur l'égalisation. On n'avait jamais passé un tour et on est en huitième. On va s'en satisfaire car on n'est pas hypocrite et se dire aussi qu'il faut continuer à travailler".  
 Alex Dupont  : "Je suis évidemment très déçu. Ce match a été joué dans des conditions très difficiles, mais Arles-Avignon a affiché beaucoup de générosité et a mérité sa qualification. On croyait avoir fait le plus dur en revenant au score, mais on s'est encore fait surprendre. Il n'y a rien de plus à dire".

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Crash84 (jeudi, 27 septembre 2012 13:04)

    Les conditions étaient dantesques, mais le match était agréable à voir.