Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

AC Ajaccio: Un point mérité à Bordeaux

FCG Bordeaux : 2 ACA : (0-0)

 Scopi : Henrique 54a, Gouffran 79a pà u FCGB ; Faty 65a, Belghazouani 92a pà l’ACA

Avvertimenti : Henrique 22a, Sertic 47a, Carasso 73a pà Bordeaux ; Bouhours 37a pà l’ACA

Stadiu Chaban-Delmas, Dumenica u 23 di Sittembri di u 2012 

Tempu : Caldu ; Tarrenu : bonu

Arbitru : M. Gautier

Bordeaux : Carrasso – Mariano, Henrique, Planus, Trémoulinas – Saivet (Marange 81a), Sertic, Plasil (Traoré 66a), Obraniak, Jussiê (Diabaté 68a)– Gouffran.

Bancu : Olimpa, Chalmé, Marange, A.Traoré, Bellion, Sacko, Diabaté.

Aiacciu : Ochoa – F. Diawara, Medjani, Poulard, Bouhours (Tiberi 89a) – Mostefa (Belghazouani 83a), R. Faty – André (Pierazzi 89a), Cavalli, S. Diarra - Eduardo.

Bancu : O.Sissoko, Jemal, Lippini, Pierazzi, Belghazouani, Tiberi, Gigliotti

Les Oursons ne rentrent pas bredouilles de leur déplacement à Bordeaux, et auraient même pu en repartir vainqueurs. Menés deux fois au score, les Rouge et Blancs sont allé au bout d’eux-mêmes pour revenir et manquer même de faire le coup parfait en toute fin de match. Faty et surtout Belghazouani ont été les artisans de ce match, admirablement négocié par des Ajacciens encore plombés par des absences défensives. Une fois de plus, l’ACA gagne en confiance, et poursuit sa route.

 

Ce sont les Bordelais qui engagent le match. La formation de Francis Gillot se présente en 4-5-1, de même que celle d’Alex Dupont. Pour la première fois, Cavalli est titularisé  en tant que Capitaine, au détriment de Pierazzi, laissé sur le banc. Un banc que retrouve enfin l’entraineur acéiste, ayant purgé  l’intégralité de ses trois matches de suspension. Coté Bordelais, Sané et NGuémo entre autres sont blessés.

Les cinq premières minutes sont assez calmes, les deux équipes s’observent et l’ACA tente de son coté de progresser rapidement vers l’avant, et surtout, de faire circuler le ballon. Les Oursons se mettent d’ailleurs les premiers en évidence, Faty lance Diarra dans le dos de la défense, et l’ancien Lorientais de tenter sa chance du gauche mais Carasso intervient bien (7a).L’ACA tente sagement de construire, et de procéder en contre dès que l’occasion se présente, notamment par les ailes, où Diarra est très actif. Le pressing des Ajacciens leur permet de tenir la formation Girondine en respect, et rien ne bouge, alors que l’on joue depuis une quinzaine de minutes.

17e minute, Cavalli lance Diawara coté droit, le Malien remet pour André, lequel dévie pour Eduardo, mais le Brésilien ne peut contrôler dans la surface. Sur ce, c’est Bordeaux qui part en contre, et qui obtient un corner, en réponse. La tête d’un Bordelais est dégagée sur sa ligne par S. Diarra. Le match est pour ainsi dire lancé.

L’ACA continue de presser haut, et récupère des ballons intéressants. Cavalli sert intelligemment Eduardo, lequel décale Diarra, qui trouve une fois de plus le corner, mais celui-ci ne donne rien, Medjani faisant « ascenseur » et concédant le coup-franc (20a). Les deux formations continuent de jouer par à-coups, et ne parviennent pas à trouver leurs attaquants. L’ACA combine bien au milieu, et Bordeaux tente de jouer en puissance, et s’en remet au final à des frappes de loin, sans danger pour Ochoa.

 

Cavalli oriente, Eduardo vendange

Après la demi-heure de jeu, le score est toujours vierge, la faute à des imperfections. Bordeaux rate ses centres, et l’ACA ses passes en profondeur. Eduardo descend même chercher la balle assez bas par moments. Mais sur un contre emmené par Cavalli, alors que Bordeaux mettait la pression, Eduardo contrôle, mais frappe au-dessus du but de Carasso, en quasi face à face avec le portier des locaux (40a). Encore une bonne séquence, cette fois très proche d’être conclue.

Certes l’ACA a moins le ballon, en cette fin de mi-temps, mais l’utilise mieux lorsqu’il l’a. Obraniak, lui, fait des misères avec ses chevauchées, mais se heurte toujours au mur. L’ACA joue bien sur les ailes, et on manque de trouver le cadre une nouvelle fois. Sigamary Diarra tente de loin, sur une récupération d’un corner, mais sa frappe n’est pas appliquée. La pause est sifflée sur un bon score pour l’ACA, qui fait un bon match défensivement, mais gagnerait à être moins pressée en attaque. Les Bordelais empêchent les attaquants de garder le ballon, mais on peut dire qu’il en est de même du coté de la défense de Medjani et de ses compères.

La première occasion en cette deuxième mi-temps est pour Bordeaux, Gouffran s’essaye à la frappe en angle fermé et son tir passe assez près de la barre d’Ochoa (50a). Mais dans la foulée, Diarra combine avec Cavalli aux 25m, et frappe, mais trouve un pied adverse, et le ballon vient mourir à quelques centimètres du montant de Carasso. Un bon rythme, à l’image de la première mi-temps. Mais sur un corner, l’ACA va, une fois de plus, se faire avoir. Henrique est à la réception, sautant plus haut que Faty et place idéalement sa tête en pleine lucarne : 1-0 pour les Girondins. Encore une fois, les coups-de-pied arrêtés sont fatals à l’ACA (54a).

Bordeaux retrouve alors son jeu, et sa précision de passe. Tremoulinas retrouve lui aussi sa fougue, et frappe de l’angle de la surface, sans être attaqué, et manque le cadre de pas grand-chose (60a). Et Carl Medjani de faciliter presque la tâche de ses adversaires. Très mauvaise passe dans l’axe, Saivet intercepte, Bordeaux construit et trouve le poteau, quasi-rentrant sur cette frappe.

 

Faty sonne la révolte, puis…

Mais l’ACA, pourtant émoussé, va réagir. Diarra obtient le corner, Cavalli le tire, et le milieu défensif joue les opportunistes, et fusille Carasso aux 5,5m d’un ciseau : 1-1 et c’est mérité ! La défense Girondine s’est loupé pour la première fois, et comme pour l’ACA, cela lui a été fatal (64a).

L’ACA reprend confiance avec ce but, et Gillot opère des changements. Et Cheick Diabaté va faire son entrée, à la place de Jussiê. Une vieille connaissance pour faire plier Carl Medjani, qui le connait bien.

Mais Bordeaux n’est pas éteint, et Obraniak le fait savoir. L’international décoche un missile, qui finit droit dans les gants d’Ochoa, heureusement bien placé (71a). Mais l’ACA continue sa marche en avant, et obtient un coup-franc le long de la ligne de touche. Cavalli cherche Eduardo, le Brésilien remet devant le but mais Faty ne peut rabattre. Diarra tente sa chance de trente mètres mais sa demi -volée effleure d’un rien le but ! Bordeaux reste fébrile et l’ACA le sent, nouveau corner pour les Oursons, et Poulard de tenter à son tour, encore au-dessus.  Eduardo tente ensuite de lober Carasso, mais ne s’applique toujours pas (77a).

 

…Belghazouani met Bordeaux K-O

Mais alors qu’on s’y attendait le moins, l’ACA va rebasculer dans ses travers. Gouffran est oublié au marquage, et ajuste Ochoa de la tête, pour el deux à un, à la 79e minute. Affligeant manque de concentration de la défense, encore une fois, et un but encore évitable, et surtout très rageant !

Eduardo manque une nouvelle fois son tir, pourtant idéalement servi sur la droite, et Bordeaux se relance une fois de plus. A dix minutes de la fin, Dupont change ses plans, et sort Mostefa pour faire rentrer Belghazouani. Cela s’avèrera salvateur…

Bordeaux continue de trouver des espaces, et l’ACA n’arrive plus à construire, rendant facilement le ballon. Tiberi et Pierazzi remplacent Bouhours et André pour les minutes restantes, mais le double rideau mis en place par le FCGB semble infranchissable.

Et pourtant ! 92e minute, Belghazouani, idéalement servi par Cavalli, évite son défenseur pour contrôle de la poitrine, puis pour battre Carasso du plat du pied droit ! Deux partout ! L’ACA est renversant !

Et Belghazouani n’en reste pas là, puisque sur un nouveau ballon en profondeur, l’ailier droit va au duel, et voit son tir du gauche frôler de quelques millimètres le poteau de Carasso ! Quelle occasion ! Le joueur s’en mord les doigts tant le hold-up était proche. Mr Gautier siffle la fin, devant des Bordelais abattus par cette fin de match totalement à la faveur d’Ajacciens forts méritants dans cette partie.

Le bilan

Les vingt-deux acteurs nous ont offert un très beau spectacle, et l’ACA aurait pu, voir dû revenir avec deux points de plus, s’il avait été plus à l’aise dans les airs. Une belle prestation couronnée d’un bon point, et l’ACA qui se positionne en milieu de tableau, totalisant six points en six rencontres (si l’on oublie l’handicap de départ, l’ACA en aurait huit). Encore une belle partie livrée par les hommes de Dupont, qui a littéralement explosé de joie lors de l’égalisation de Belghazouani. Le franco-marocain a été récompensé de ses efforts au quotidien, et a même failli être l’homme du match. Prochain rendez-vous, ce sera à Timizzolu face à l’ancien club de Dupont, le Stade Brestois.
                                                                                                                         Olivier CASTEL 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0