Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Ajaccio : L'école Jérôme-Santarelli a ouvert ses portes

(Photos Marilyne Santi)
(Photos Marilyne Santi)

Inauguration dimanche de la nouvelle école chemin de Candia, en présence de Simon Renucci, maire de la ville d’Ajaccio, des élus, de Patrick Strzoda, préfet de Corse, de Guy Monchaux, directeur académique de Corse- du-Sud, et des représentants du conseil général.

Beaucoup de monde en cette chaude matinée de septembre pour assister à l’ouverture officielle du groupe scolaire Jérôme-Santarelli, qui recevra 260 enfants.
"Il est coutume de donner aux écoles des noms d’hommes qui sont l’honneur de ce pays, comme promesse d’avenir" , soulignera Antoine Luciani prmier adjoint au maire.
" Emotion et fierté, rajoutera t-il d’avoir été sollicité par l’Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance, pour rappeler et saluer au nom de ses adhérents l’engagement et le parcours de Jérôme Santarelli, un homme d’exception."
Cet homme issu d’une famille très modeste, sera admis à l’Ecole normale nationale d’Instituteur d’Ajaccio. Engagé dans la voie sociale et politique, il adhère en 1935 au parti communiste. Le 11 novembre 1942, il entre dans la clandestinité, accueilli par la famille Tramoni, dans la vallée de l’Ortolo. Il y organisera la résistance.
Le 26 juin 1943, il prépara avec Jean Nicoli la réception, sur la cote des Agriate, du sous marin, Casabianca qui livrera des armes de guerre aux résistants. Ils seront arrêtés et jugés par un tribunal militaire italien.  Jean Nicoli sera exécuté le 30 août, Jérôme Santarelli sera condamné à 30 ans de prison et à la déportation en Italie.
Evadé, il prendra contact avec la résistance italienne. Condamné par le fascisme italien, il sera recueilli par la résistance italienne.
En juillet 44, de retour en Corse, il reprendra son métier d’instituteur, dans le quartier des Salines, dans une école improvisée dans un garage. Ensuite à l’école annexe, il deviendra lui même formateur des maitres. 
Passeur de mémoire, il transmettra les exploits de la résistance et sera Président de l’ANAC pendant 24 ans.
Le Rectorat félicitera Simon Renucci pour son investissement et son attachement pour l’école public, au sein de la ville. L’académie de Corse se place cinquième au plan national quant à ses résultats au Baccalauréat, mais beaucoup reste à faire pour nombre d’enfants qui ne réussissent pas, qui sortent sans qualifications. Et tout commence à l’école primaire.
" C’est un privilège d’une rare importance, pour un maire d’inaugurer une école " dira Simon Renucci, et " c’est aussi le signe de la véritable vitalité de notre commune ". Deux autres écoles sont prévues dans les mois à venir, dont l’une à Saint Joseph. L’originalité de la construction de ce groupe scolaire, tient dans sa forme et dans le choix des matériaux, et elle fait appel aux énergies renouvelables.
Ange, Lucien et Aimé, les trois arrières petits-enfants de Jérôme Santarelli, ont ensuite dévoilé la plaque commémorative, sous les applaudissements du public et l’émotion du plus grand nombre
                                                                                                                      Marilyne SANTI.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    U Palatinu (mardi, 11 septembre 2012 17:57)

    C'est pour moi une excellente nouelle et un symbole très fort.
    En fait, ça me fait plaisir !