Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Une scierie mobile pour valoriser les bois de Castagniccia

Les membres de l'Association avec à gauche  Pantaléon Alessandri (Photos Nicole Mari)
Les membres de l'Association avec à gauche Pantaléon Alessandri (Photos Nicole Mari)

Revaloriser le bois de Castagniccia, tel est l’objectif de l’association « I legni di Castagniccia », que des professionnels du bois ont créé en 2009 à Poghju Marinacciu. Avec le soutien de l’ODARC, elle entend développer et promouvoir les activités sylvicoles d’exploitation et de transformation de tous les bois locaux. Pour cela, elle a mis sur pied une scierie mobile, un concept qui a fait ses preuves en Afrique.  

Le projet n’a pas été facile à réaliser. Il a fallu pratiquement trois ans pour le concrétiser. Mais les six membres fondateurs de l’association « I legni di Castagniccia », composée d’un exploitant forestier, de menuisiers, d’un couvreur et de retraités qui apportent leur expérience, ont su faire preuve de ténacité et, avec le soutien de l’ODARC (Office de développement agricole et rural de la Corse), ont finalement abouti. Une scierie vient d’être montée à Poghju Marinacciu, le seul endroit dans toute la Castagniccia où l’association a pu trouver un terrain grâce à une opportunité offerte par un des adhérents. C’est tout dire des difficultés rencontrées !

Une demande locale

Pourtant, cette scierie répond à une demande des professionnels du bois, notamment des menuisiers, qui ont besoin de matériaux, de poutres et de planches en châtaignier et en bois locaux, qu’il est devenu, aujourd’hui, pratiquement impossible de trouver dans le commerce. « Il n’existe plus, aujourd’hui, de scierie qui coupe le châtaignier pour le vendre aux professionnels. Ceux-ci, petit à petit, se sont tournés vers des bois venant d’ailleurs. Nous perdons aussi un savoir-faire parce que les bois locaux ne se travaillent pas comme les bois étrangers. Le châtaignier, que nous achetons, vient du continent. Il provient d’un arbre d’élevage, qui est forcé, c’est-à-dire très arrosé, et qu’on coupe très vite. Il n’a pas les mêmes qualités ou parfois les mêmes défauts que nos bois », explique Pantaleon Alessandri, menuisier et président de l’association.

Une scierie mobile

Pour pallier ce manque tout en tenant compte des difficultés d’exploitation d’une forêt en très mauvais état et de la nécessité d’être efficace et rentable, l’association a eu une idée originale : acquérir une scierie mobile. Ce système, très utilisé en Afrique où l’activité bois est très importante, a l’avantage d’être mobile, mais aussi démontable, donc transportable partout, même hors des pistes. « La scie peut être démontée en plusieurs morceaux et même transportée à dos de mule. Cela signifie que l’on peut, comme autrefois, aller en forêt faire un écrémage, sélectionner juste les bonnes billes et les couper sur place sans qu’il y ait besoin de construire une piste, ce qui serait très onéreux », précise le président d’I Legni di Castagniccia. La scie présente également l’avantage d’être basique, sans informatique, ni système sophistiqué, et ainsi utilisable par une main d’œuvre qui n’a pas une formation très poussée.

Des produits semi-finis

L’activité de sciage a déjà débuté et propose des produits semi-finis, du bois de charpente, des poutres et des planches avivées qui représentent un gain de temps pour le professionnel du bois. L’association va également investir dans le séchage et devrait, dans quelques mois, disposer d’un séchoir sous vide qui permettra de sécher 5 m3 très rapidement, en 4 ou 5 jours.

Elle entend aussi proposer des bois de différentes qualités qui correspondent à différents besoins, notamment la roulure du châtaignier. Ce défaut du bois, faisant que certaines couches du bois n'adhèrent plus aux autres, atteint 10% à 12% des arbres. « La roulure est un bois déclassé qui n’a pas une grande qualité, mais qui peut être utilisé par des couvreurs. Dans notre association, il y a au moins un couvreur intéressé. Nous pouvons, donc, écouler même des bois de seconde qualité », se félicite Pantaleon Alessandri.

Un manque de bois

L’ODARC, qui a entrepris un important et long projet de rénovation de la châtaigneraie, apporte son soutien technique à l’association. « Nous essayons de créer une cohérence avec le projet de l’ODARC qui nous intéresse directement parce qu’il va nous permettre d’alimenter la scierie », indique-t-il. Le gros problème, auquel se heurte l’association, est l’approvisionnement de la scierie en bois. Trouver des coupes est très difficile du fait de l’indivision, du mauvais état de la châtaigneraie, du morcèlement des parcelles, du relief pentu qui oblige à construire des pistes. « Nous allons nous adresser à des exploitants forestiers pour qu’ils nous fournissent du bois. Notre objectif, dans un premier temps, est de dégager une quantité minimum de bois qu’on puisse couper et transformer en le valorisant pour pérenniser l’activité et alimenter les professionnels qui vont accepter de travailler le châtaignier » poursuit-il.

Sauver un savoir-faire

Redonner, aux professionnels insulaires, le gout du bois local est un autre défi à relever. La raréfaction et l’augmentation des prix des bois étrangers, notamment africains, qui ont jusqu’à présent inondé le marché insulaire, peuvent ouvrir de belles perspectives à ces bois de Castagniccia délaissés, mais qui pourraient, très bientôt, redevenir compétitifs.

Au delà de cet objectif économique, l’association veut également sauver une châtaigneraie qui se meurt, emportant avec elle tout un savoir-faire unique qu’il faut à tout prix préserver. Un travail de longue haleine qui rejoint l’un des objectifs affichés du PADDUC : privilégier la production locale.

                                                                                                                                           N. M.

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Tomasi Marie (jeudi, 06 septembre 2012 09:24)

    Cette initiative m’intéresse. Mes parcelles de châtaigniers peuvent être mises a disposition .

  • #2

    Corsenetinfos (jeudi, 06 septembre 2012 19:18)

    @ Tomasi Marie - Pour contact, sadresser à Pantaléon Alessandri, Hameau de Petricaghju, 20229 Nucariu

  • #3

    JP GALLAND (lundi, 26 mai 2014 16:26)

    Bravo! Tous mes voeux de réussite.
    JP GALLAND
    grindesel.forumactif.fr
    Le forum du BOIS ENERGIE
    jp.galland@yahoo.fr

  • #4

    Patricia (lundi, 29 septembre 2014 17:08)

    Bonjour,
    Je ne sais si vous allez pouvoir m'aider ...
    J'habite en Castigniccia et je dois faire très rapidement un abri pour mon cheval. Je n'arrive pas à trouver des pélanes.J'ai téléphoné aux scieries mais réponse négative. On me propose bien évidement des planches mais beaucoup trop chères pour moi.
    Je me déplace bien entendu pour les prendre.
    Merci de me répondre.
    Cordialement
    Patricia.

  • #5

    Patricia (lundi, 29 septembre 2014 17:11)

    voici ma boîte mail pour réponse eldorado999@free.fr

  • #6

    LAMBERTI Jean (samedi, 28 novembre 2015 09:54)

    Bonjour,
    Je suis un cousin de Jean Lefèvre qui m'a conseillé de prendre contact avec M.LUDER Eric.(LAMBERTI Jean 117 Boulevard Exelmans 75016 Paris)
    Je remets en état une vieille maison familiale à l'Ampugnanello (Entreprise SANTOS) sur une propriété où j'ai crée une piste pour y accéder. J'ai vue la présentation de votre activité et voudrais avoir un devis estimatif pour créer ,à l'étage de la maison deux plafonds (poutres et plancher en châtaigner de 18,5 m2 chacun soit 37 m2 )Tel 0675049907

  • #7

    GARNIER Michel (mardi, 22 décembre 2015 15:12)

    Bonjour, afin de créer un trophée (du type "bouclier de Brénus" au rugby) au nom du Corsica Raid Aventure, je cherche une planche de châtaignier ou tout autre essence locale de 1m x 0,70m. Je vous écris ce mail un peu par hasard au cas où vous pourriez satisfaire ma demande. Merci à vous pour votre réponse.
    M. GARNIER (06.95.58.97.19)

  • #8

    pinelli (lundi, 25 avril 2016 10:19)

    Bonjour
    Pourriez vous me joindre au 0609530200.
    Merci
    JF PINELLI

  • #9

    Jean Marc (dimanche, 17 juillet 2016 23:34)

    Bonsoir,

    Je souhaiterai savoir si vous pouvez vous déplacer avec votre scierie pour faire des planches épaisses, à partir d'un chêne blanc centenaire qui est tombé suite à une tempête de vent en novembre 2014.
    J'avais dégagé les Alzi autour des châtaigniers, mais j'ai créé par manque d'expérience un canal lors de grand vent, qui m'a fait tomber ce chêne auquel je tenais sentimentalement.
    Merci pour votre retour sur mon mail jm.giudicelli@me.com pour connaître le mode opératoire et le coût d'une telle opération.
    JM

  • #10

    Castellani pierre (lundi, 07 août 2017 14:17)

    Bonjour j aurai du bois en castagniccia plusieurs metres cubes seriez vous intéressés bien a vous Pierre Castellani