Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

L’ACA s’offre Evian à Timizzolu

(Photos Christian Castel)
(Photos Christian Castel)

Stadiu F. Coty, SAbatu u 1u di Sittembri di u 2012

 ACA 2-0 ETGFC (2-0)

Tempu : appena friscu ; tarennu : bonu

Spettatori : 6200

 Arbitru : M.Moreira

 Scopi : Medjani (20a), Cavalli (41a)

Avvertimenti : Belghazouani (38a), Faty (56a) pà l’ACA ; Rabiu (60a), Cambon (87a) pà Evian

ACA : Ochoa, Diawara, Poulard, Medjani, Bouhours, Faty, Mostefa, J.Cavalli (cap), Belghazouani, Diarra, Eduardo.

Bancu : Oberhauser (g), Lippini, André, Lasne, Tiberi, Zahibo, Delort.

Evian TGFC : Laquait, Lacour, Mongongu, Cambon, Dja Djédjdé, Rabiu, Barbosa, Sorlin (cap), Wass, M’Madi, Sagbo.

Bancu : Andersen (g), Mbarki, Mensah, D.Koné, Dhaouadi, Govou, Khlifa.

Les Oursons ont réalisé une partie sérieuse et appliquée, face à des Savoyards assez apathiques. Les hommes de Dupont, qui a assisté au match des tribunes une fois encore, se sont imposés deux buts à zéro, grâce à des réalisations de Carl Medjani et de Johan Cavalli en première mi-temps. Une première victoire à domicile, qui fait du bien au moral, et qui confirme la bonne forme des Rouge et Blancs, en ce début de saison. Le score aurait bien pu être lourd, tant l’attaque ajaccienne a été productive. Cela fait cinq points au compteur pour l’ACA. 

 

 

Le match débute par un petit rythme. Les deux formations s’observent tentent de faire un peu tourner. La première occasion est à mettre à l’actif des ajacciens, Eduardo tentant sa chance, mais manquant le cadre à la septième minute. L’ACA a la possession dans ces dix premières minutes, mais ce sont les visiteurs qui vont se montrer les premiers dangereux, au quart d’heure de jeu. Sur un ballon anodin, Poulard apprécie mal le rebond, et se fait déborder par Sagbo. L’attaquant tente sa chance à l’entrée de la surface et croise sa frappe, mais cette dernière passe fort heureusement à quelques petits centimètres du poteau d’Ochoa.

 

Diawara en renard

 Réaction quasi instantanée de l’ACA, avec une frappe de loin d’Eduardo, qui ne cadre pas. Le brésilien est en manque de buts, et surtout de réussite. Mais petit à petit, ses coéquipiers vont prendre le contrôle du terrain. L’ACA fait travailler ses connexions, et cela a de la gueule. L’arrière garde Savoyarde est à la peine, et a de plus en plus de mal à ressortir. Et c’est sur un corner que l’ACA va logiquement ouvrir le score. Cavalli à la baguette, c’est frappé second poteau pour la tête de Medjani, qui trouve le talon de Diawara devant les buts de Laquait, impuissant. Le défenseur sur  sa ligne ne peut qu’amortir, mais le ballon finit au fond, surprenant le joueur. 1-0, un début très bien mené par l’ACA qui marque sur sa première occasion franche. La rencontre va un peut se débrider et laisser les attaquants s’exprimer. Mais l’ACA va reculer, plutôt que de gérer et perdre un bon nombre de ballons au milieu de terrain, la faute à un jeu un peu trop confiant et à des Savoyards plus incisifs dans les duels. Ce sont d’ailleurs les joueurs de Correia qui vont reprendre l’ascendant. Les visiteurs croient même égaliser. Sur un ballon mal négocié par la défense, Sagbo marquait en demi-volée, mais M’Madi a dans le même temps taclé un peu involontairement Bouhours, empêchant l’arrière gauche de disputer l’action. But refusé logiquement, si l’on suit le règlement. La réaction des locaux ne se fit pas attendre, Bouhours débordait et centrait en retrait pour Cavalli, le capitaine ajaccien du soir manquait de peu le cadre, sur une reprise de volée de toute beauté (35a). Et puis finalement, l’ACA va renverser la vapeur et faire le break. Sur un débordement de Belghazouani, titularisé en place d’Andre, Eduardo manque sa reprise  acrobatique, ça profite à Diarra qui frappe, mais Laquait stoppe bien…enfin presque, puisque le portier relâche le ballon, et permet à Cavalli de doubler la mise en angle fermé : 2-0 à cinq minutes de la pause, c’est très efficace coté ajaccien, et cela plait au public de Timizzolu, moins présent que contre Paris, mais très actif encore une fois, et qui ovationne et encourage son équipe, entonnant chant sur chant.

 

Faty roi des airs, Ochoa garde sa cage propre

La seconde mi-temps va changer quelques peu la physionomie, mais le postulat reste le même, un ACA bien dans ses bottes, qui maîtrise le milieu et qui surtout ne se laisse en rien inquiéter en défense. Les attaquants d’Evian déjouent totalement, et ne se montre que peu entreprenants. L’ACA continue à imposer son rythme, et sur un corner mal dégagé par Laquait, Eduardo tentait sa chance sans contrôle, mais son lob chanceux trouvait la tête de Cambon, revenu sur sa ligne. Les attaquants ajacciens continuent leur marche en avant et Diarra fait des misères à ses vis-à-vis, multipliant les débordements et les dribbles, avec une aisance des grands soirs.

Memo Ochoa s’emploie, d’abord sur une frappe de Kehlifa, captée sans problème, puis sur un coup-franc de Barbosa, en fin de rencontre, qui filait droit en lucarne et que le Mexicain arrêta sans broncher. Seule l’entrée de Govou mettait un peu d’action dans l’attaque Savoyarde, sans succès cependant.

 Au final, c’est un score logique, et l’ACA qui s’impose deux à zéro, face à un Evian bien en deça de ses réelles capacités. L’ACA n’est en rien dégradé dans sa performance, puisqu’il n’a jamais tremblé, et a mené sa barque jusqu’au bout sans sourciller ni paniquer. C’est donc un bon match et un très bon résultat obtenu par Dupont et ses hommes. Trois points qui mettent en confiance, et surtout une première victoire à Timizzolu qui ne s’est pas trop fait attendre. La trêve va permettre de recharger les accus, et de prendre un peu de recul, histoire de bien reprendre à Lyon, où l’ACA sera plus que jamais pris au sérieux.

                                                                                                                OLivier CASTEL

Ils ont dit

Alex Dupont 

« J’ai vu ce soir mon équipe faire un bon match, que je qualifierais de bien maîtrisé. Une première mi-temps où l’équipe a été efficace. Beaucoup d’activité et de disponibilités, et une seconde mi-temps où on a su gérer l’avantage. On est la première équipe de France à gagner avec un point, là c’est avec trois, c’est plus normal. On a défendu dix minutes plus bas à 1-0, et on se fait bousculer par Evian. On marque à ce moment là, je dirais au bon moment. C’est bien de prendre des points surtout avec un bon match. Maintenant, pas mal des joueurs vont aller en sélection, c’est le lot de l’ACA cette saison. Deux n’y vont pas, qui sont Adrian Mutu et Ammar Jemal, ce qui montre leur envie de bien s’intégrer. Ce soir, on a joué contre une bonne équipe que l’on n’a pas laissé jouer à son rythme. Cela dit, je me garde de tirer un bilan après ce match.».

 

Pablo Correia 

« La défaite semble logique. Encore une fois les défaillances individuelles nous font défaut. Les intentions sont bonnes, mais au final, on donne deux buts à l’adversaire. On a été tout de suite pénalisés par nos erreurs. Il va falloir trouver les hommes aptes à lutter dans ces moments difficiles, mais je sais que dans le groupe, je les ai. Quand on fait des cadeaux comme ça, c’est rageant…L’adversaire n’en n’a pas fait pas autant, il ne s’est trompé qu’une fois en début de match. Etre relégables, ça ne veut pas dire qu’on va être là à la fin. Je sais bien qu’un championnat c’est très très long, mais la panique ne tape pas pareil chez tous les hommes. Il faut donc les hommes pour aller chercher  la victoire lors du prochain match. Je ne vous cache pas que j’aimerai bien avoir l’état d’esprit corse dans mon équipe… »

Écrire commentaire

Commentaires : 0