Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Football-L1- ACA-PSG : Les "Oursons" ont failli le faire…

Dumenica, u 19 D’Aostu di u 2012

Stadiu F. Coty, Aiacciu

 ACA 0-0 PSG

Spettatori : Circa 11 500

 Arbitru Mr Turpin

 Avvertimenti : Diawara 18a, Poulard 37a, Cavalli 55a pà l’ACA ; Pastore 19a, Chantôme 55a pà u PSG

Sclusioni : Lavezzi 59a pà u PSG

 ACA : Ochoa – Diawara, Medjani, Poulard, Bouhours – Faty, Pierazzi (cap.) – André, Cavalli, Diarra – Eduardo

 PSG : Sirigu-Sakho, Alex, Maxwell, Jallet – Matuidi, Chantôme, Pastore – Menez, Nenê, Lavezzi

L’ACA s’est adjugé le point du nul, dimanche, face au Paris St Germain à Timizzolu. Dans un stade bondé, et une ambiance des grands soirs, les Oursons sont à créditer d'un bon match mais surtout une première mi-temps de très bonne facture. Un sauvetage d’Ochoa en première mi-temps et un poteau d’Eduardo en seconde ont ponctué un match sérieux des Ajacciens. Portés par leur public, les Oursons obtiennent donc un nul très satisfaisant et auront certainement à cœur d’enchaîner à Valenciennes, lors de la prochaine journée. 

 

Le spectacle n’était pas vraiment au rendez-vous sur le terrain, hier à François Coty. Un match fermé, entre deux équipes méfiantes l’une de l’autre, et peu d’occasions se mettre sous la dent, mais au final un duel âprement disputé. L’engagement physique et la solidité ont fait loi, entre deux formations qui partagent plutôt logiquement les points au final. Les Ajacciens regretterons de ne pas avoir fait mieux, lorsqu’ils avaient le ballon, et le PSG a pêché dans bien trop de domaines, mais aurait pu réaliser le hold-up sans un Ochoa en grande forme.

 

C’est l’ACA qui engage, et prend tout de suite le contrôle du match. Le PSG choisit d’évoluer bas, et de procéder en contre, où leur vitesse reste une arme redoutable. Mais les Parisiens vont littéralement déjouer, et perdre un bon nombre de ballons, y compris sur des centres pour la plupart ratés. C’est donc l’ACA qui se met en évidence le premier. Sur un centre de Faty de la droite, Johan Cavalli dévie et Diarra manque de peu de pousser le ballon au fond, mais SIrigu veille au grain en ce début de match. Par la suite, l’ACA va faire courir les joueurs d’Ancelotti. Une bonne circulation de balle, et surtout un sang-froid déconcertant, à des années lumières de ce qu’on pouvait voir la sison passée. Passé quinze minute, l’ACA domine, et est devant au nombre de tirs, aussi peu cadrés furent-ils. L’ACA tente des choses, et Dupont donne de la voix, à l’image de Timizzolu. Le match va prend un autre rythme, après l’altercation entre Pastore et Diawara, le premier ayant poussé le second à terre  après un tacle qu’il jugeait un peu dur.

Il faudra attendre la 27e minute pour revoir de l’action, et laquelle ! Puisque sur un contre rapide des Parisiens, Ménez, servi en retrait par Nenê, est tout proche d’ouvrir le score, mais Ochoa détourne, à bout portant ! Du grand art de la part du portier Mexicain, largement salué dans les tribunes. La demi-heure de jeu confirme que le rythme a baissé. L’ACA a toujours le ballon, mais ne sait qu’en faire, tantôt en jouant trop vite et en le perdant, tantôt en prenant trop de temps à décider. Un joueur est en particulier actif, Fousseni Diawara, certainement le meilleur des vingt-deux sur le terrain ce soir. Le PSG pour et bute encore sur Ochoa sur coup-franc, Chantôme ratant sa tête (37a). La pause est sifflée sur ce match engagé, où l’ACA domine, mais ne trouve pas la faille, face à une défense parisienne très compacte, et qui ne laisse que peu d’espace. Néanmoins, les Oursons sentent qu’ils ont un coup à jouer.

 

Lavezzi cartonne, Ancelotti débloque

Le match reprend et Paris retrouve un temps soit peu le ballon. Lavezzi tente de transpercer la charnière Poulard Medjani, sans succès. Puis deuxième occasion pour l’ACA. Coup-franc lointain de Cavalli, et Diawara qui est tout proche au second poteau, de rabattre dans les buts de Sirigu ! (53a). Et sur l’action qui suit, la mauvaise relance de SAkho est interceptée, Pierazzi oriente, et lance Eduardo, mais le Brésilien, malheureux, frappe en force, mais son tir est dévié d’un rien par Sirigu sur la base du poteau ! On y a cru dans les travées de Timizzolu ! De quoi chauffer un peu plus un public déjà très présent, et qui pousse son équipe.

 

Vint ensuite ce qui aurait pu être le tournant : Lavezzi perd le ballon, et sur la récupération d’André, l’attaquant Argentin balance complètement l’ailier droit Ajaccien, le mettant K-O avec beaucoup de violence. Mr Turpin dégaine le rouge, et exclut l’attaquant. L’ACA a maintenant toutes les cartes en mains pour créer la sensation. Cependant, les Parisiens, même à dix, ça reste des Parisiens ! Bien regroupés devant Sirigu, les défenseurs vont faire bloc, et tenir le choc, face à des ajacciens un peu en manque d’automatismes, et pêchant dans la dernière passe. La rentrée de Belghazouani à la place d’André fera du bien. Le milieu offensif fait parler sa technique pour son premier match en L1, et fait du mal à la défense adverse. D’ailleurs, c’est lui qui ramènera le danger. Débordement coté droit, centre rentrant détourné sur Cavalli, qui frappe en force de loin, mais c’est Veratti qui sauve les siens (77a). Le banc de touche parisien s’agite aussi, et sur une décision arbitrale, Carlo Ancelotti pète les plombs et tire une bouteille d’eau sur le terrain ! Il est logiquement renvoyé en tribune par l’arbitre à dix minutes du terme. L’ACA joue crânement le coup, mais les coups de butoir de Diarra et Belghazouani dans les couloirs n’y font rien, Paris plie, mais ne brûle pas. En revanche, d’autres plombs vont sauter… alors qu’il restait 2 minutes à jouer dans le temps additionnel, une coupure de courant éteignit le stade, faute à l’incendie qui a touché la centrale de Lucciana dans la soirée. Le match reprendra 5 minutes plus tard, et ira à son terme sans que le score change

 

Mr Turpin siffle la fin, et Timizzolu se lève pour saluer la performance de ses protégés. Sérieux jusqu’au bout, et très rigoureux, les Oursons ressortent avec un bon point, face à  un PSG encore en rodage, mais qui jouera certainement les premiers rôles dans peu de temps.
Alex Dupont est satisfait, et les joueurs cirent leur joie dans les vestiaires. Pas de doute, l’ACA a fait un très bon match en cette chaude soirée d’Août, et cela ne peut augurer que du positif pour l’avenir. Et l’avenir, ça commence Samedi prochain à Valenciennes, face à un concurrent direct.

                                                                                                            Olivier CASTEL  

Ils ont dit

Alex Dupont :
« C’est un bon point pour nous. Ça a été un match sérieux de notre part. On a réalisé le match qu’on avait choisi de faire. Paris étaient capables de nous punir à tout moment. Memo fait un exploit, ce qui donne plus de valeur à notre point. En deuxième période, on a eu l’occasion, avec ce poteau. Même à onze contre dix, ce n’est jamais facile. Ils se sont resserrés, et on bien défendu. Je n’ai aucun regret, car on a une marge importante dans la qualité de jeu. On a fait deux bons matches, ça veut simplement dire qu’on est sur la bonne route. On doit être régulier dans nos matches cette saison, offensivement comme défensivement. On est tombé sur une belle défense, avec des latéraux qui ont beaucoup couru. Le PSG a été solide, mais on les a bien gênés. C’est encourageant, Ajaccio est une équipe à battre. Le cadre de jeu que l’on a choisit est rigoureux et discipliné qu’on pourra faire une bonne saison. Il y a de bons joueurs, capables de faire la différence. C’est à partir de cette base solide qu’on pourra s’exprimer.  De plus, ce soir, le public nous aidé, et c’est un point extrêmement positif. Il faut à la fois humble et ambitieux, je ne fixe aucune limite à mon groupe. Concernant la blessure de Medjani, rien de grave, il sera là à Valenciennes ». 

Carlo Ancelotti : 
« Ca n’a pas été un bon match. Nous n’avons pas pris de but, mais nous n’avons pas non plus eu une bonne conservation de balle. Contre Lorient, on a dix ou douze occasions pour marquer, ce soir on a un poteau. On doit travailler encore pour trouver le juste équilibre sur le terrain. Peut-être que certains joueurs ne sont pas encore prêts, mais physiquement, l’équipe a bien joué. Je ne pense pas que nous soyons très loin de nos vraies capacités. L’expulsion de Lavezzi est juste, et la mienne aussi. J’étais un petit peu énervé… Jouer ici n’est pas facile. Ajaccio nous a opposé beaucoup d’efficacité. Il nous faut encore travailler pour trouver les solutions, surtout avec tous ces nouveaux joueurs »               O. C.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    pistu2b (lundi, 20 août 2012 14:06)

    Jouer ici n'est pas facile, que veut-il dire? On lui a gonflé la tête à lui aussi. Povera francia

  • #2

    mighè2b (lundi, 20 août 2012 19:42)

    l'argent même du quatar ne fait pas tout!
    Viva ACA!!!!!