Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Clôture des XVe Rencontres Internationales de Théâtre en Corse

Le Giussani a vibré aux rythmes des XVe Rencontres Internationales de Théâtre en Corse qui ont débuté le 4 août dernier et qui se sont clôturées en apothéose samedi soir avec un spectacle de très grande qualité offert  par l’association Ochju a ochju.

Pour fêter ses quinze ans, L’Aria a construit son programme autour des traditionnelles Rencontres Internationales de Théâtre en Corse et  a présente tout l’été pendant plus de deux mois 60 représentations et autant d’ateliers. La 15e édition des Rencontres s’est donc déroulée du 4 au 11 août et pas moins de six créations professionnelles prendront place avant, pendant et après, depuis le 16 juin et jusqu’au 25 août. A noter également que pour la première fois, deux Centres Dramatiques Nationaux font escale en Corse : les Tréteaux de France et le Théâtre National Populaire.

Pour la première fois aussi , L’Aria  chère à Robin Renucci présente quatre créations durant la saison estivale, comédie dramatique ou déjantée, classique ou contemporain.

Ces premières fois donnent naissance à "Un été de théâtre", foisonnement de propositions  artistiques et d’échanges pédagogiques, ainsi que de rencontres professionnelles, autour de Shakespeare, Lagarce, Strindberg…

Les quatre créations  de l’Aria évoquées sont « Le songe d'une nuit d'été », « Une laborieuse entreprise », « Juste la fin du monde » et « Le garçon de passage »

Ochju a oghju, une association tournée vers la tradition et la création

Retour donc sur cette soirée de clôture.  Sur la scène de A Stazzona à Pioggiola, la magie des couleurs, de la danse et des traditions était présente.

Ochju a ochju est une association de danses traditionnelles corses. Présidée par Marie Albertini, l’association créée il y a une quinzaine d’année a été relancée en 2002 par une équipe dynamique portée sur la tradition mais aussi et surtout la création. Création de costumes traditionnels portés dans les microrégions corses aux 17e et 18e siècles. Les costumes ont été réalisés et revisités par le styliste Rene-Marie Acquaviva, d’après la thèse de l’ethnologue Rennie Pecqueux-Barboni. Mise en scène de danses traditionnelles: danses de carnaval, danses communautaires tel le quadrille, danses de couple telle a jardiniera, création de chorégraphies à partir de danses traditionnelles…

Ochju  a oghju a eu le privilège en 2007 d’apparaître dans un clip diffusé  lors des concerts du groupe « I Muvrini » ou encore de danser pour l’orchestre philarmonique de Prague, dans le cadre du festival Canticello de la violoncelliste Laetitia Himo.

Tour à tour,  sur les planches d’ A Stazzona, on a pu découvrir des scènes de vie de cette époque avec le marchand de fromage, le berger, le pêcheur…

Ochju a ochju a pour but de « créer du lien, donner du sens, unir les gens ,allier le patrimoine et la création pour donner de la Corse l’image d’une île ancrée dans le meilleur de ses traditions mais résolument tournée vers l’avenir et la modernité ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à travers cette soirée, leur objectif est largement atteint et que le public est resté sous le charme.

Dumé Gambini et ses musiciens  du groupe « A veghja » et tous les autres ont donné encore plus de volume cette soirée

                                                                                                                                 J.- P.L.

Écrire commentaire

Commentaires : 0