Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

XIXe Festival du film de Lama : Le rideau s'est levé à l'hôtel La Villa à Calvi

La XIXe édition du Festival du film de Lama  se déroulera du 28 juillet au 3 août.

La présentation officielle de ce festival incontournable de l’été a été faite jeudi matin sur les terrasses de l’hôtel-Spa La Villa à Calvi.

Entouré de l’équipe du festival, Tony Ceccaldi nouveau directeur général du festival du film de Lama, qui a pris le relais de Mathieu Casta, a souhaité à tous la bienvenue, avant de rendre hommage à son prédécesseur, président-fondateur de ce festival qu’il a porté au plus haut pour lui donner ses lettres de noblesse.

Il a poursuivi en  présentant la nouvelle équipe tout en leur rendant hommage pour leur implication.  Il adressait aussi ses remerciements à tous les bénévoles pour leur travail et leur bonne humeur ainsi qu’aux habitants de Lama et plus particulièrement les employés des services techniques et administratifs de la mairie et de l’office du tourisme.

Le nouveau directeur du festival annonçait ensuite que si la nouvelle équipe avait bien des ambitions pour l’avenir et notamment pour le 20e anniversaire, cette édition 2012 serait dans la continuité de la précédente.

Deux prix du court-métrage

Il passait la parole à Mélanie Guaïtella, déléguée générale pour la présentation de ce XIXe festival du film de Lama.

Les lieux de projection restent inchangés : La « Casa di Lama » pour les documentaires,  « La piscine » pour les longs métrages, « L’umbria » pour les courts métrages et enfin  le « Mercatu » avec des films pour enfants.

La part belle sera faite au cinéma corse avec notamment le court-métrage « Coupez » de Laurent Simonpoli, et « Liberta per i Scemi » de Michel D’Onofrio.

La compétition  du court-métrage sera cette année organisée sur une seule soirée, avec deux prix, celui du jury et pour la première fois celui du public.

Le jury sera composé d’Eric Fraticelli, Marie-Ange Casta et Kétal Guénin.

Des réalisateurs, acteurs, actrices et distributeurs présents

Dans les longs-métrages, il y aura en ouverture  le film « Vous n’avez encore rien vu » d’Alain Resnais . On retiendra également le film « Comme des frères » de Hugo Gelin tourné en partie en Corse, « A perdre la raison » de Joachim Lafosse, « Liberta per i Scemi » de Michel D’Onofrio qui sera présent, « Reality » de Matteo Garonne et en clôture le film américain « Peace, love&Misunderstanding » de Bruce Beresford pour finir sur un note sympathique et douce.

De nombreux  réalisateurs, acteurs et actrices , producteurs et distributeurs seront présents à Lama.

Les rencontres sous les platanes avec les auteurs, réalisateurs, distributeurs et public seront une nouvelle fois privilégiées, tout comme les colloques et différentes animations  et ateliers.

Parmi ces colloques, celui du 30 juillet en journée,  sur le thème «  Regards sur le patrimoine maritime » ne manquera pas d’intérêt.

L’affiche du festival a fait l’objet d’un concours. Et, c’est Franck Laprée qui a été récompensé. A noter aussi que le logo avec le coq à la grande crête rouge a subi un sérieux relooking.

Un festival reconnu des professionnels

Mélanie Guaïtella soulignait que le festival de Lama était considéré dans le monde professionnel comme un circuit reconnu des distributeurs de films et qu’il y avait à Lama une qualité de projection exceptionnelle là aussi reconnue comme l’une des meilleures des festivals français.

Le festival de Cannes a compris tout l’intérêt de ce festival de Lama en s’appuyant sur celui-ci, notamment au niveau de sa programmation, en fonction des réactions du public.

On notera aussi que le festival de Lama est en numérique HD depuis… 2004 et que cette année il sera en tout numérique (image et son).

Pour conclure, Tony Ceccaldi a souhaité que ce festival soit une belle vitrine au service du village, qu’il soit un outil au service de la population et  enfin que Lama devienne un lieu incontournable du cinéma.

                                                                                                                Jean-Paul LOTTIER

Écrire commentaire

Commentaires : 0