Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Clandestins : Un nouveau FLNC

 

Un nouveau mouvement nationaliste "FLNC" (Front de libération nationale de la Corse), a annoncé sa création lundi soir lors d'une conférence de presse organisée dans un lieu secret en Haute-Corse.

 

L'organisation - FLNC -, a été présentée lundi soir par un groupe d'hommes fortement armés et le visage masqué, rassemblé autour  d'un porte-parole qui a lu un texte de plusieurs pages.

"Nous n'avons jamais quitté le FLNC", mais "après une longue réflexion", "nous, combattants, militants et responsables issus de tout le mouvement national, donnons une parole et une structuration plurielles au Front de libération nationale de la Corse", a déclaré le porte-parole de la nouvelle organisation clandestine

Questionnés par les journalistes, les hommes présents affirment que l’apparition de leur mouvement n’a pas de lien direct avec ces divergences internes aux indépendantistes et qu’ils laissent les mouvements publics libres de leur choix.  Les clandestins n’ont pas souhaité commenter la revendication de l’assassinat de Christian Leoni par le FLNC-UC pour venger un de ses militants et n’ont pas voulu préciser s’ils avaient déjà mené des actions violentes. Ils appuient et saluent "l’action de résistance des espaces politiques, syndicats, associations culturelles et surtout de défense de l’environnement (…) qu’ils soutiendront chaque fois que certains chercherons à les intimider".

Dénonçant la "précarisation" des Corses, le FLNC souligne l'enrichissement d'une minorité "par la spéculation foncière et immobilière", les groupes financiers (Veolia, Suez, Leclerc...), "la délinquance vécue (par une partie de la jeunesse) comme une promotion sociale", et "le nombre d'assassinats inégalé en Europe proportionnellement à la population".

La mouvance clandestine regrette aussi que "le Peuple corse (devienne) minoritaire sur sa terre", critiquant "l'échec" de la politique française d'intégration. "Avec 6.000 nouveaux arrivants par an et un taux de chômage de 15%, la Corse a atteint ses limites d'accueil (...) Nous devons avoir les moyens politiques, institutionnels et culturels de maîtriser ce flux migratoire hétéroclite afin de pouvoir accueillir conformément à leurs droits et leurs devoirs" les étrangers.

Le FLNC précise également sa position concernant la lutte clandestine. Assurant ne pas vouloir "lever" d'impôt révolutionnaire, ces nationalistes se disent prêt "à créer demain les conditions d'une sortie de crise véritable, porteuse d'une paix durable et non pas armée contre l'État français ou d'autres Corses".

En revanche, cette mouvance ne renonce pas à la violence et se dit "apte à faire usage de la force légitime (...) là où les moyens publics de la lutte populaire sont inopérants et en cas d'agression".

Enfin, les clandestins ont à nouveau tendu la main au président de la République, rappelant à François Hollande qu'il avait "la possibilité de commencer une ère nouvelle de partenariat dans les rapports franco-corses".

 Il demande "la reconnaissance du fait colonial corse(…), l’initiation d’une révision constitutionnelle pour que le peuple corse puisse maîtriser son destin, et la libération de tous les prisonniers politiques". Estimant qu’il n’est pas l’heure de déposer les armes, il espère obtenir rapidement une solution politique négociée.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Lavenia Aguinaga (mardi, 24 janvier 2017 13:48)


    Hello! Someone in my Myspace group shared this site with us so I came to check it out. I'm definitely enjoying the information. I'm bookmarking and will be tweeting this to my followers! Terrific blog and wonderful design and style.

  • #2

    Jani Whitsett (mardi, 31 janvier 2017 18:41)


    What's up, all is going sound here and ofcourse every one is sharing data, that's in fact fine, keep up writing.