Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Bonifacio : Seize Bordeaux 60 pour un rassemblement nautique exceptionnel

Les seize Bordeaux 60 annoncés étaient tous à quai sous la Haute-Ville il y a quelques jours.  Ces voiliers de 18 mètres tous pratiquement identiques n'étaient en effet que huit l'an passé... Séduits par l'ambiance festive, le cadre exceptionnel offert par Bonifacio et l'encadrement du chantier CNB - qui prend en charge tous les éventuels problèmes techniques grâce à une équipe dédiée, les skippers et leurs équipages ont donc décidé de revenir cette année avec d'autres copains de jeux ! Le détails de ce rassemblement par le texte et les magnifiques images d'Agnès Di Meglio.

 Et c'est plus de la moitié de la flotte construite à Bordeaux qui a donc répondu présent.

Après la traditionnelle présentation des équipages - italiens, français, espagnols, pas moins de huit nationalités sont représentées - et des partenaires, un cocktail de bienvenue a été offert à tous les participants. À la veille des premiers bords sur l'eau, les esprits s'échauffent quant à la stratégie à adopter pour virer les marques de parcours de ce rallye en tête. Mais attention, il ne s'agit pas d'une vraie régate ! L'objectif est de passer du bon temps sur l'eau, au mouillage et au port. Sans oublier de partager les expériences de chacun : équipement spécifique, transat en équipage réduit ou en famille, bonnes adresses de chantier pour préparer son Bordeaux 60, c'est ça aussi, les Rendez-Vous CNB Yachts !

Enfin sur l'eau

À l'issue du traditionnel briefing des skippers à 9 heures, les 16 voiliers Bordeaux 60 ont quitté le port de Bonifacio. La routine pour Alayat 3. Le numéro 20 de la série a en effet bouclé un joli tour de l'Atlantique en 2010/2011 en famille. Il n'y a bien que Noé, 3 ans seulement, qui ne prête pas (encore) main forte pour la marche du bateau. Car ses grands frères Romain, Loïc et Niels savent tout faire : rentrer le parcours de la matinée sur le logiciel MaxSea, ranger les pare-battages, lover les aussières, hisser la grand-voile en prenant soin de s'assurer que les bosses de ris sont bien choquées... et barrer, bien entendu.

Vent d'Est de 10 à 12 nœuds, mer plate : les conditions de navigation sont parfaites. Mais la bouée sud Lavezzi réserve quelques surprises, avec un fort courant latéral de 1 à 2 noeuds. Bord breton ou virement tardif, tous les moyens sont bons pour s'extirper de ce piège ! Magnum, équipé d'un mât en carbone légèrement plus grand que les autres Bordeaux 60, parvient, grâce à une vitesse légèrement supérieure - et à la présence à bord de Philippe Briand, l'architecte du bateau - à prendre le commandement de la flotte. Tiré par son spi couleur aubergine, il rejoint le premier le superbe mouillage de Sperone, devant les Italiens de Anna Bolina, leaders l'an passé, et Disco Inferno, le deuxième Bordeaux 60 construit.

À l'issue d'une pause repas et baignade sur fond d'eau turquoise, un second parcours est lancé à 15h30, le long des falaises de Bonifacio. Cette fois, c'est Anna Bolina qui prend le contrôle de la flotte, suivi de près par Kismet... et Disco Inferno, encore lui. Pour le dîner, deux bus sont réquisitionnés pour mener les équipages au golf de Sperone.

Des prix sont remis aux leaders du jour : il ne s'agit pas de médailles en chocolat : Volvo Penta, par exemple, offre un révision moteur à Bonna Bolina. Ils sont contents d'être venus, les Italiens ! Philippe Briand décerne un prix spécial bien mérité pour l'équipage familial de Alayat 3. Le propriétaire de Magnum, arrivé premier au mouillage à la fin du parcours Raymarine du matin, reçoit une VHF portable, un blouson et une polaire

Les équipages retournent au port de Bonifacio vers 23 heures pour se reposer de cette belle journée et afin d’être fin prêts pour le troisième et dernier parcours Champagne Thiénot du dimanche.

Les Lavezzi, la voile, et le Bordeaux 60

Faute d'un vent assez consistant pour naviguer sous voiles dans de bonnes conditions pendant la matinée, la flotte des 16 Bordeaux 60 à été invitée à se regrouper dans un mouillage des Lavezzi, un archipel de petits îlots distant seulement de quelques milles de Bonifacio. Dans ce cadre idyllique par temps calme, les équipages ont pu profiter d'une belle pause baignade : l'eau parfaitement claire a fait les affaires des amateurs de snorkeling, lesquels ont pu admirer de nombreux bancs de poissons. Mais attention : si l'accès à la plage est toléré, la grimpette sur les cailloux est interdite, zone protégée oblige. Les équipages ont ensuite déjeuné à bord. Pour Nina, le Bordeaux 60 n°19, c'était côte de bœuf au barbecue... Contre sandwiches au fromage corse pour Évolution, le voilier le plus récent : à chacun son menu. Quand le vent thermique a daigné se renforcer à 7/8 nœuds, les bateaux ont levé l'ancre, cap vers la bouée Sud Lavezzi. Le parcours Champagne Thiénot- le tour des îlots dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, a du être raccourci,certains participants devant quitter lIle de Beauté dans la soirée : il s'est limité à un louvoyage vers l'Est dont l'issue a longtemps été incertaine. Ce sont finalement les bateaux restés au centre du plan d'eau qui sont arrivés les premiers, emmenés par Magnum, impressionnant de cap et de vitesse, suivis de Moyana et de Disco Inferno.

Rentrés au port, les équipages ont été invités à un cocktail dau revoir à loccasion duquel la coupe de la ville de Bonifacio était remise à l’équipage de Magnum. Chaque bateau recevait également un magnifique seau à glace gravé au nom de ce rendez vous 2012 et un magnum de champagne offerts par la maison Thiénot... Et tous se sont donné rendez-vous l'année prochaine !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    le minot du canal (samedi, 23 juin 2012 03:48)

    Un grand merci à Melle agnès DI MEGLIO POUR CE REPORTAGE COMPLET DE CET EVENEMENT NAUTIQUE EN LA CITE DES FALAISES .