Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Législatives : Polémique à Bastia sur les listes d’émargement

La polémique entre la gauche et les nationalistes modérés s’enfle au lendemain du 1er tour des législatives, à la suite de l’incident survenu au bureau centralisateur de Bastia après la proclamation des résultats définitifs de la ville. L'équipe de Gilles Simeoni accuse celle de Jean Zuccarelli d’avoir subtilisé les listes d'émargement pour les photocopier. Ces listes, qui doivent être remises immédiatement à la préfecture sous contrôle de la police sous peine d'invalidation du scrutin, auraient disparu momentanément. Le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, qui récuse ces accusations de fraude, parle d’attaquer en diffamation. Lundi matin, Gilles Simeoni et son suppléant Jean Batti Arena ont averti, par lettre, le préfet et le procureur de la République de l’incident. Le leader de Femu a Corsica, arrivé en 2ème position devant Jean Zuccarelli, explique, à Corse Net Infos, ce qui a motivé l’envoi de ce courrier.

- Que s’est-il passé, selon vous, dimanche soir ?

- Dimanche soir, les dispositions du code électoral ont été délibérément violées. Elles prévoient, notamment, que les listes d’émargement doivent, en permanence, restées à la vue du public et, au terme des opérations de proclamation des résultats, doivent être placées sous plis fermés et acheminées sans délai vers la Préfecture. Certaines personnes ont profité du brouhaha général pour organiser la disparition de ces listes. Des électeurs présents ont constaté cette disparition et ont prévenu Jean Batti Arena, qui se trouvait à notre permanence avec des militants, des assesseurs et des délégués. Ceux-ci se sont rendus dans le bureau centralisateur et ont demandé la restitution des cahiers d’émargement, en présence des forces de l’ordre qui, jusque là, étaient restées à l’extérieur du bâtiment. Ce n’est donc que, grâce à l’intervention courtoise mais ferme des soutiens de Femu a Corsica, que les cahiers d’émargement ont été restitués, après avoir disparu pendant un temps significatif.

 

- Pour quelle raison, selon vous, ces cahiers d’émargement auraient-ils été subtilisés ?

- Cette disparition n’a pu être organisée que pour une seule raison, conformément, malheureusement, à ce qui s’est déjà fait par le passé. Selon la loi, les cahiers d’émargement ne sont consultables en préfecture qu’au bout de 48 heures, sans qu’une photocopie puisse être faite. Bénéficier, dès le dimanche soir, à travers une manœuvre frauduleuse et illégale, de la photocopie des listes d’émargement, permet de savoir qui sont les abstentionnistes et de gagner du temps et de l’efficacité pour les relancer, avec l’aide d’agents électoraux, avant le 2nd tour. Nous avons toutes les raisons de penser que c’est ce qui a été tenté et a pu être, partiellement ou totalement, réussi.

 

- Quelle est la teneur du courrier que vous avez adressez au procureur et au préfet ?

- Nous avons tenu à saisir officiellement le procureur de la République d’une part, et le préfet de Haute Corse d’autre part, afin qu’ils ne puissent pas prétendre ne pas avoir été informés de ce qui s’est passé dimanche soir. Nous leur demandons s’ils comptent prendre les dispositions et les initiatives autorisées par la loi pour établir les faits. Nous avons averti le procureur dans le temps de la flagrance, c’est-à-dire de l’immédiateté qui suit les faits, ce qui lui permet de prendre toutes les mesures utiles et faire les investigations nécessaires pour identifier les auteurs de ces manœuvres illégales.

 

- Quelle sanction espérez-vous ?

- Celles prévues par le code électoral qui sanctionne, y compris pénalement, ce genre de manœuvres.

 

- Pourraient-elles remettre en cause le scrutin du 1er tour ?

- Elles peuvent, sous le contrôle du juge, conduire à une annulation, mais ce n’est pas le but que nous recherchons. Notre but est de mettre un terme à ce genre de pratiques. Nous souhaitons, aussi, que le procureur de la République et surtout le préfet de Haute Corse, qui est en charge de l’organisation des opérations de vote, prennent les mesures utiles pour que ce genre de dérives ne se reproduise pas avant le 2ème tour afin que la sincérité du scrutin ne soit pas, de nouveau, altérée.

 

- De quelle manière pourrait-elle l’être ?

- Il y a eu un taux d’abstention important et il y a tout lieu de penser et de craindre que la machine électorale va se mettre en route pour convaincre, par des moyens illicites, les abstentionnistes de voter. L’incident de dimanche soir s’inscrit dans le contexte des quinze derniers jours de campagne où l’on a noté la multiplication de pratiques qui posent problème.

 

- C’est-à-dire ?

- Il y a un contexte général de chantage à  l’emploi, au logement et aux subventions que nous avons eu l’occasion de dénoncer et de caractériser pendant notre campagne. Il y a aussi des manœuvres plus particulières. Par exemple, le démarchage à domicile effectué par des personnes qui se revendiquent de la mairie de Bastia, qui demandent aux gens pour qui ils vont voter et qui les invitent à voter pour Jean Zuccarelli, particulièrement lorsque ces gens ont des difficultés sociales et habitent des logements sociaux.

 

- Le démarchage n’est-il pas une pratique normale en campagne électorale ?

- Le démarchage électoral est une chose. Le démarchage par des personnes qui, à tort ou à raison, se revendiquent de la mairie de Bastia et de leur qualité d’agent municipal pour exercer une pression de vote au bénéfice de différentes promesses, est tout à fait prohibé. C’est malheureusement ce qui semble s’être passé de façon organisée. Le deuxième exemple est le démarchage téléphonique qui s’assimile souvent à un véritable harcèlement. Certaines personnes, qui ont été contactées téléphoniquement, sont en liste rouge ou viennent juste de changer leur numéro de téléphone. La question qui se pose est de savoir comment, par quels fichiers a-t-on pu avoir accès à ces numéros de téléphone ? Cela risque d’être au mépris des dispositions de la Loi Informatique et libertés qui protège la vie privée des gens. Les investigations peuvent, éventuellement, le mettre en lumière. 

 

- Le maire, Emile Zuccarelli, récuse ces suspicions, vous accuse de provoquer sciemment ces incidents et parle de vous attaquer en diffamation. Que répondez-vous ?

- Nous avons réalisé un score exceptionnel au 1er tour et, donc, nous n’avons aucun intérêt à durcir le débat électoral ou à rechercher l’incident. C’est, uniquement, parce que nous y sommes contraints par des comportements détestables que nous avons du réagir par des voies légales. Si le maire veut porter plainte pour diffamation et pour dénonciation calomnieuse, qu’il le fasse ! Mais, il sait très bien qu’il ne peut pas le faire, car ce que nous disons est, malheureusement, la stricte vérité. Il faut véritablement sortir de ce système, inacceptable en démocratie, qui porte atteinte à la dignité des gens qui en sont victimes. Mais ces comportements ne nous détournent pas de notre chemin, de continuer à lutter démocratiquement, de chercher à convaincre les gens par les moyens autorisés par la loi et la morale et à dénoncer ce type de pratiques en les combattant de façon juridique et politique.

                                                                                    Propos recueillis par Nicole MARI

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Sumeru (mardi, 12 juin 2012 07:35)



    Ah les pratiques électorales à Bastia. Démarches à domicile par les agents municipaux, Promesses diverses ( obtention d' HLM, bons alimentaires, paiement de factures ) un système
    Qui n' est pas prêt de disparaitre...

  • #2

    PADOVANI (mardi, 12 juin 2012 08:48)

    Méthode du bon vieux temps ? Et pourtant cela me parait invraisemblable...

  • #3

    quella (mardi, 12 juin 2012 10:17)

    Simeoni sera le prochain maire de Bastia : AMEN

  • #4

    Picchju (mardi, 12 juin 2012 16:37)

    Il serait intéressant de connaître l'avis du député sortant sur cette affaire, il est quand même le premier concerné.

  • #5

    resistenza (mardi, 12 juin 2012 17:05)

    le règne zuccarelli est révolu, il n'est pas donné à tout le monde d'abdiquer dignement! gloria a femu!!

  • #6

    On se calme (mardi, 12 juin 2012 21:26)

    De l'intox de la provoc ,l'élection a été limpide et dans tout ça on oublie que la Corse vote UMP et que ce n'est pas demain que les natios seront aux manettes...

  • #7

    Victoire (mardi, 12 juin 2012 22:23)

    Enfin du changement, nous ne voulons plus de ces pratiques ancestrales...et pourtant elles sont là... Eux ne tiennent que la ville alors que d'autres c'est la Corse qu'ils tiennent....Il faut que cela cesse... Notre espoir c'est les modérés. Vous avez notre soutien d'aujourd'hui et de demain. MAIS SURTOUT ET PAR PITIE NE DEVENEZ PAS COMME EUX ET NE NOUS DECEVEZ PAS. C'est important pour notre terre. Restez honnête et sincère. Vous devez oeuvrer pour l'intérêt collectif et non pas individuel.

  • #8

    Lisandru (mercredi, 13 juin 2012 08:32)

    @ on se calme, ca ne sera peut etre pas demain mais après demain plutot, vu l'evolution de plus en plus importante des résultats nationalistes aux diverses élections ton discours dans lequel je sens un peu l'archaisme d'un anti nationaliste primaire semble un peu révolu. Il me semble hypocrite de déclarer que les élections se passent dans un climat des plus transparents dans la mesure ou ce genre de pratiques électorales est en place depuis des décennies dans les clans tels que celui des Zuccarelli qui amènent la Corse à la ruine, mais ce système semble se fissurer malgré ses pratiques perverses. Dans quelques années quand les électeurs de plus de 60 ans, qui représentent plus de 80% de son électorat, ne seront plus la pour voter, on en finira avec ce système.

  • #9

    On se calme (jeudi, 14 juin 2012 07:51)

    Cher Lisandru lorsque les électeurs de plus de 60 ans ne seront plus là ...faites le calcul...vous aurez vous même la soixantaine et je pense que vous n'attendrez pas cette âge pour ouvrir les yeux.

  • #10

    toccaventu (vendredi, 15 juin 2012 13:36)

    Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, sachez que bon nombre de personnes qui font campagne pour le clan Z (démarchage, phoning...)sont des agents de la Ville ou de la CAB "en congés".
    On leur fait en effet poser des jours ou des semaines de congés, histoire d'être en règle, puis une fois la période électorale passée, les congés pris leur sont "re-crédités" ni vu ni connus ...
    Facile à vérifier, mais personne le ne fait !
    Alors si Siméoni parvient à gagner aux prochaines municipales, il faut espérer que le temps des pressions insupportables sur les agents de la Ville sera terminé, et qu'ils pourront voter sans se cacher et sans risques de représailles sur leur carrière, pour qui ils veulent.
    Et qu'on ne remplacera pas un clan archaique par un clan au méthode + modernes.
    Je tiens à dire que Les Z, pères et fils, sont des gens de qualité et respectables. Mais ils sont très très mal entourés et laissent certaines personnes au méthodes archaiques et immorales mener totalement leur campagnes. Des gens qui je crois leur enlèvent plus de voix qu'ils ne leur en rapportent.
    A bon entendeur.