Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Pescatourisme en Corse : A la découverte du métier de pêcheur

Joëlle Borromei, chargée de communication, Patrick Filmont du Service mer, chargé de l'éducation à l'environnement marin et François Arrighi, animateur du groupe de développement durable des zones de pêche de l'office de l'environnement, (Photo N Mari)
Joëlle Borromei, chargée de communication, Patrick Filmont du Service mer, chargé de l'éducation à l'environnement marin et François Arrighi, animateur du groupe de développement durable des zones de pêche de l'office de l'environnement, (Photo N Mari)

Profitant des journées de la mer, organisées par la DDTM, l’Office de l’environnement et le comité régional des pêches présentent une nouvelle activité, le Pescatourisme, qui s’inscrit dans le cadre de la diversification de l’activité de la pêche professionnelle. Explications, pour Corse Net Infos, de François Arrighi, animateur du groupe de développement durable des zones de pêches, support de l’axe 4 du Fonds européen pour le développement (FED), à l’Office de l’environnement de la Corse. 

- Qu’est-ce que le Pescatourisme ?

- C’est un moyen de diversifier l’activité de la pêche professionnelle dans le cadre d’une initiative qui dépend de la mise en œuvre de l’axe 4 des Fonds européens pour la pêche. A partir de cette saison, sept pêcheurs de Haute-Corse ont l’autorisation, dans un cadre réglementaire, d’embarquer des touristes sur leur bateau pour leur montrer le métier de pêcheur. Au cours des prochains mois, nous allons travailler avec la profession sur une marque collective afin de présenter un produit homogène à l’échelle de la Corse et permettre aux pêcheurs, qui le souhaitent, de pouvoir diversifier leurs activités.

 

- Est-ce le but ?

- Oui. D’abord, d’offrir aux pêcheurs des revenus supplémentaires. Ce qui a aussi l’avantage de soulager la ressource et de limiter l’impact de la pêche. Ensuite, cette initiative permet d’améliorer l’image du pêcheur, dont le métier est assez fortement décrié depuis quelques temps. Enfin, elle permet aux pêcheurs, qui valorisent leurs produits au sein de la restauration ou en vente directe, d’améliorer, encore plus, leurs revenus.

 

- C’est-à-dire ?

- Un certain nombre de pêcheurs exploitent un restaurant dans un cadre familial. Accueillir des touristes à bord de leur bateau leur permet de montrer la façon dont on pêche le poisson et, éventuellement, de pouvoir diriger ces touristes vers des établissements qui préparent le poisson de leur pêche.

 

- Le touriste participe-t-il à la pêche ?

- Non. Le cadre réglementaire est toujours en construction. Mais, on demande aux touristes de ne pas toucher aux apparaux de pêche pour des raisons de sécurité. Le touriste est à bord, voit le pêcheur en activité, tirant ses filets…, lui pose des questions sur sa pratique, mais n’a pas le droit de pratiquer la pêche proprement dite.

 

- Quand cette activité se pratique-t-elle ?

- Chaque matin, pendant 4 heures, selon la demande.  Nous sommes en train de travailler sur la mise en tourisme de cette activité et de faire transiter son offre par les Offices de tourisme.

 

- A quel tarif ?

- Chaque pêcheur déterminera son prix en fonction de la demande. Dans des initiatives similaires, initiées il y a 3 ans, sur la Côte du Var, notamment à Saint-Raphaël, ce type de prestations est proposé entre 50 et 60 € par personne pour une prise en charge de 4 heures.

 

- Est-ce la 1ère année que cette activité est mise en œuvre en Corse ?

- Un bateau pratique déjà le Pescatourisme à Bonifacio depuis 3 ans, mais dans un autre cadre. Il a été  construit spécialement pour cette activité et co-financé  dans le cadre de l’axe 3 du FED, par la région et l’Europe au travers des Fonds européens pour la pêche. C’est un bateau-pilote qui permet d’embarquer une douzaine de personnes en toute sécurité. Mais ce que l’on vise, à partir de cette année, c’est d’élargir la démarche et permettre à des pêcheurs, qui ne possèdent pas ce type de bateau, mais un bateau qu’ils utilisent dans le cadre normal de leurs activités, de pouvoir embarquer de 2 à 5 personnes, selon le nombre de membres de l’équipage présents sur le bateau.

 

- Les 7 bateaux de Pescatourisme sont-ils ancrés dans tous les ports de Corse ?

- Non. Cette initiative, cette année, est seulement portée au niveau de la Haute-Corse sur les prudhommies de Bastia, de Calvi et de Saint-Florent. Des pêcheurs du Cap Corse sont intéressés. Nous avons bon espoir d’avoir, l’an prochain, pour la Corse-du-Sud, un cadre règlementaire permettant aux pêcheurs de s’inscrire dans ce dispositif.

 

- Espérez-vous convaincre, l’an prochain, plus de pêcheurs d’y participer ?

- Oui. C’est une activité qui est en train de se mettre en place. Nous allons travailler, dans le courant de l’année, à la mise en œuvre de l’axe 4 du FED sur une démarche collective avec un co-financement venant de la CTC, via l’Office de l’environnement, et le Fonds européen pour la pêche.

 

- Comptez-vous également sur une clientèle locale ?

- Oui. Cette activité peut attirer tous ceux qu’intéresse ce métier. On se rend compte, y compris en Corse, que l’activité de pêche est relativement méconnue. La Corse est une île, mais, assez bizarrement, on a l’impression qu’elle tourne un peu le dos à sa façade et aux activités qui s’y déroulent. Globalement, la société connaît peu le métier de pêcheur, ses contraintes, ses difficultés et la qualité du poisson produit.

                                                                                      Propos recueillis par Nicole MARI

Écrire commentaire

Commentaires : 0