Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Un retour triomphal pour Dame coupe à Calvi

(Photos Jean-Paul Lottier)
(Photos Jean-Paul Lottier)

Elle avait quitté Calvi mercredi pour Ile-Rousse sans être véritablement certaine de revenir le soir même dans la cité « Semper Fidélis ». Il est vrai que le FB Ile-Rousse lui faisait plus que les yeux doux. Durant 94 mn, il ont tout fait pour la séduire. Dame coupe a finalement refusé ses avances pour prolonger sa noce à Calvi.

Dans le camp du FBIR on avait souligné qu’en cas de victoire ce serait un exploit historique et qu’en cas de défaite, ce devait être avec les honneurs.

Eh bien oui, le FBIR a montré mercredi soir que c’était un club qui avait une âme et qu’il avait chèrement vendu sa peau avant de s’incliner dans la prolongation.

Non, le FBIR n’a pas à rougir de cette défaite face à un adversaire qui évolue deux étages au-dessus.

Une équipe de Calvi qui certes a souffert mais qui n’a jamais cédé à la panique face à la furia adverse. Cette victoire est celle de l’intelligence et de l’expérience.

Physiquement aussi, le FCC a été supérieur.

La remise protocolaire terminée, les Calvais ont manifesté leur joie avec leurs supporters et dans le vestiaire, avant de quitter sans effusions la cité paoline pour Calvi où la population en liesse attendait avec une certaine excitation le retour de leurs héros.

Le long convoi de supporters qui avaient fait le déplacement à Ile-Rousse a lui aussi attendu que les joueurs regagnent le stade de Calvi pour embarquer à bord d’un autocar à ciel ouvert mis à disposition par la société Mariani et se dirigent vers le centre-ville pour un accueil triomphal digne des plus grands.

Sur leur passage, les joueurs récoltaient les fruits de leur engagement et de leur amour pour le club.

« We are the champions » résonnait dans la nuit calvaise alors que les bouchons de champagne sautaient

Le bus à ciel ouvert « s’offrait » de tours de ville avant de prendre la direction du port de plaisance où escortés par des motards et la police municipale il parcourait le quai Landry d’où les clameurs montaient.

L’esprit du club et l’amour du maillot

Les beaux gestes se sont en effet multipliés au sein du groupe. On pense notamment à Franck Muller qui a appris avec une grande dignité qu’il n’était pas retenu dans le groupe des 14 mais qui la veille de la rencontre a prononcé un petit discours lors d’un dîner en commun à la plage de La Signoria où ils étaient les hôtes de Serge Ricco. Lors de celui-ci, Franck a assuré sa solidarité avec le groupe et a ajouté qu’il serait à fond derrière lui. Des propos qui ont touché l’ensemble des joueurs et des dirigeants. Son comportement tout au long de la rencontre et à l’heure de la fête a prouvé si besoin en était son amours pour le club. Chapeau bas Monsieur Muller.

Goran Maric qui pourtant  va quitter le club par choix personnel, a lui aussi préféré laisser sa place en raison d’une petite blessure plutôt que de faire courir le moindre risque au groupe.

Au bar de la Tour, baptisé bar de l’amour, véritable fief du FCC, la nuit a été longue, très longue. Le champagne a coulé à flot et tradition oblige, Didier Bicchieray, président du FCC a donné l’exemple pour un plongeon dans le port.

A grande joie de tous,  des estivants se joignaient au groupe pour partager ce grand moment de fête.

Cette liesse populaire n’ait retombée qu’au petit matin.

Certains joueurs avaient tout juste le temps de récupérer leurs bagages pour rejoindre leurs familles sur le continent.

Bonne vacances et une fois encore merci à tous pour cette formidable saison en CFA et cette coupe dont on ne veut plus se séparer.

                              Texte et diaporama Jean-Paul LOTTIER

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0