Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Infractions routières : La Haute-Corse hausse le ton

Trop c'est trop. Après les accidents qui ont plongé dans l'affliction de nombreuses familles, la Sécurité routière a décidé de renforcer les mesures de répression à l'encontre des chauffards du département. A compter du 15 Juin,le barème des suspensions de permis de conduire établies en 2010 par le préfet de Haute-Corse sera modifié. Vitesse excessive et alcoolémie sont dans le collimateur. Lisez

Le barème des suspensions de permis de conduire  établi en 2010 par le préfet de la Haute-Corse sera modifié à partir du 15 juin . 

La modification du barème de la haute-Corse porte sur un allongement de la durée de suspension pour les vitesses et alcoolémies. Elle vise à sanctionner plus durement des fautes de comportement qui ont des conséquences dramatiques en cas d'accident: vitesse et alcool étant les deux principales causes d'accidents mortels en Haute Corse.

Le nouveau barème permettra notamment de sanctionner plus durement les auteurs d'excès de vitesse en ville (limite à 50 km/h) ou en zone limitée à 70 ou 90 km/h.

Deux exemples permettent d'illustrer ce renforcement :

• l'ancien barème prévoyait une suspension de permis de conduire de 1 mois pour le conducteur d'un véhicule circulant  à 99 km/h lorsque la vitesse est limitée à 50 k m/h (en ville):  le nouveau barème porte à 4 mois la durée de la suspension. La suspension est portée à 3 mois au lieu de 15 jours lorsque la vitesse est limitée à 90 km/h et que l'on circule à 139 km/h. Au delà, le barème augmente à mesure que la vitesse du contrevenant augmente elle même, allant jusqu'à 6 mois de suspension.

• pour les alcoolémies qui sont la première cause d'accident mortel, le renforcement porte sur les taux des tranches situées entre 0,40  et 0,49 mg/l d'air expiré , entre 0,50 à 0,59 et entre 0,60 à 0,69 mg/l air expiré: la durée de la suspension administrative du permis par le préfet passe en ce cas  respectivement de 1 à 2 mois, de 2 à 3 mois et de 3 à quatre mois.

L'objectif de ce renforcement, après deux années d'un travail de communication , d'information et de prévention très important mené sur le terrain avec tous les acteurs de la prévention , est d'utiliser le levier supplémentaire de la sanction pour responsabiliser les conducteurs qui s'autorisent des libertés avec les limitations de vitesse ou la consommation d'alcool lorsqu'ils prennent le volant.

309 suspensions de permis de conduire prononcées

"Du 1er janvier au 31 mai 2012 la Haute-Corse a connu 107 accidents de la route  soit une baisse de 12% par rapport à 2011. Ils ont causé148 blessés soit une baisse de 20% par rapport à 2011. Alors que le mois de mai venait de s'achever deux accidents de la route  survenus le samedi 2 juin ont causé deux morts , portant à 4 le nombre de tués sur nos routes depuis le début de l'année" explique dans un communiqué Denis Mauvais, directeur de cabinet à la préfecture de Haute-Corse.

Ces deux accidents sont survenus sur les RN 197 de Cazamozza à Ile Rousse et 198 de Cazamozza à Ventiseri  , connues en 2010 et 2011 pour avoir causé l'une 14 accidents mortels la seconde 9 sur les deux années.

Durant la période de forte affluence touristique qui s'ouvre ,  les conducteurs qui empruntent la route doivent respecter les limitations de vitesse, faire usage de leur indicateurs de changement de direction et  respecter les lignes blanches (qui sont un mur à ne pas franchir).

L'observation de ces règles fait chuter de 4 à 1 le risque d'avoir un accident.

Depuis le début de l'année 309 suspensions de permis de conduire ont été prononcées par le préfet dont 43 % pour franchissement de ligne continue et 38% pour alcoolémie. En mai, 70 suspensions ont été prononcées (64 en avril).

Il faut souligner dans le domaine de la prévention, la contribution des élèves du collège de Montesoro qui ont élaboré une affiche en Français et en Corse en vue de sensibiliser les conducteurs au respect de la ligne continue. L'affiche sera prochainement visible sur les panneaux d'affichage.

L'engagement renforcé de la Gendarmerie et de la Police sur les routes durant l'été et aux heures particulièrement chargées visera lui aussi à faire baisser les risques d'accident.

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    jean-fançois Peretti (jeudi, 07 juin 2012 04:52)

    Encore et toujours l'application du vieil usage qui fait croire qu'une bonne fessée va résoudre les problèmes des enfants désobéissants..

    Quand on voit que certaines portions du réseau routier sont de véritables couperets qui génèrent des accidents et que les enterrements passés rien n'est fait pour sécuriser ces endroits générateurs de drames..Je dénonce par là, cette politique qui a consisté à moment donné à faire ralentir les véhicules en rétrécissant les chaussées, en éliminant les dégagements et en réduisant la visibilité en multipliant des ronds-points avec force végétation. Et je ne parle pas des tracés fantaisistes es gens chargés de mette de la peinture blanche bien glissante sur le goudron...

    Quand des mesures de répression sont prises,elle ne sont acceptables que si les autorités qui sont chargées de gérer les impôts que nous versons,utilisent notre argent pour améliorer les choses..

    La véritable mesure efficace serait de limiter tous les véhicules à 25km/h, le corps humain ne résistant pas à un choc de plus de 50km/h sans séquelles définitives..
    Ces 25km/h qui correspondent à un choc frontal, quel est le politique qui osera un jour imposer cette mesure qui ferait 0 morts mais qui mettrait en péril les comptes en banque de certaines personnes qui s'enrichissent par ce système....

  • #2

    François Boron (jeudi, 07 juin 2012 07:17)

    Réprimer, réprimer il en restera toujours quelque chose...
    Et les dos d'âne en plastique placés sur toutes les routes qui s'avèrent de véritables pièges à motard?
    Et des lignes de chemin de fer qui permettraient aux familles de partir en we sans risquer leur vie sur la route?
    Et des autoroutes qui permettraient au moins d'éviter les chocs frontaux, les sorties de route des camions...
    Le véitable problème de la Corse, ce ne sont pas les conducteurs, c'est le réseau routier et ceux qui le gèrent avec une politique à la petite semaine (ou à la saison touristique...).

  • #3

    figarella (vendredi, 08 juin 2012 13:12)

    et bien vous prenez des liberté mr boron ,ce ne sont pas les conducteur .vaut mieux être sourd .je ne dit pas que le reseaux n y pas pour quelle que chose mais de la a dire que les conducteurs ne sont pas fautif faut pas pousser .vous viendrais m expliquer , si c est a cause du réseaux q un connard ma fait un refus de priorité ,que se connard a couper la rn 193 franchi une ligne blanche, tout cela pour ne pas aller plus haut prendre un rond point gagner une petite poignet de seconde.et se connard ma blesser très sérieusement le réseaux et n y la vitesse ne sont en cause.et des cons j en vois tout les jours a la pelle au volant .

  • #4

    Realaze (samedi, 16 juin 2012 11:45)

    C'est bien beau tout ça, et très médiatique également, mais lorsque l'on voit des gens multi récidivistes conduire malgré l'absence de permis de conduire (au hasard, je citerai l'homme qui a coupé la route à mon motard de frère, le tuant sur le coup...), on peut se demander le plus sérieusement du monde à quoi servent toutes ces mesures répressives si elles ne bénéficient d'aucun suivi... Vous voulez condamner les chauffards ? Grand bien vous fasse ! Mais pourquoi les remettre le lendemain à la rue, avec juste un foutu bracelet à la cheville ? Vous voulez supprimer des permis à la pelle ? Fantastique ! Mais dans ce cas il faudrait veiller à ce que le conducteur n'ait PLUS AUCUNE possibilité de conduire ! Notamment en agissant auprès des assurances qui continuent d'assurer les véhicules des conducteurs condamnés ou en confisquant les véhicules pour la durée de la peine et en interdisant tout achat, à l'heure du fichage à tout va, ça doit être possible non ?

    Mais en fait, quand on y réfléchit, tout ça c'est bien trop compliqué... C'est tellement plus facile de juste prendre l'argent des contrevenants (du moins de ceux qui payent aveuglément), de les remettre sur la route le plus vite possible comme un investissement à court terme, et de tourner la tête et de siffloter quand a lieu un drame directement lié à l'inutilité de règles mal faites, bâclées, torchées pour réagir à l'actu, sans aucune réflexion préalable.