Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Centrale Lucciana : La CGT met la pression sur l’Etat

(Photos Nicole Mari)
(Photos Nicole Mari)

La CGT envoie un message à la nouvelle majorité présidentielle pour qu’elle confirme officiellement les engagements pris sous Nicolas Sarkozy sur l’avenir énergétique de la Corse et le remplacement des deux centrales thermiques de Lucciana et du Vazzio. Explications conjointes d’Antoine Mandrichi, secrétaire général de la CGT Energie Corse, et de Virginie Gensel, secrétaire générale de la fédération CGT nationale Mines Energie.

La centrale de Lucciana démarrera-t-elle, comme prévue, fin 2013, au fuel léger ? Son exploitation se poursuivra-t-elle au GNL, gaz naturel liquéfié ? Quand débutera la construction de la nouvelle centrale au gaz de la région ajaccienne, en remplacement du Vazzio ? François Hollande tiendra-t-il les engagements pris par Nicolas Sarkozy ? Le gaz viendra-t-il en Corse ?

Autant de questions qui préoccupent la CGT de Haute Corse en cette période de transition gouvernementale.

Des engagements électoraux

Pourtant, tout semblait acquis à la veille de l’élection présidentielle et le consensus s’était cristallisé autour de Lucciana II, de son démarrage au fuel léger et de son passage rapide au GNL. Et, ce malgré le pavé lancé dans la mare, il y a quelques semaines, par l’association U Levante qui affirmait avoir en sa possession un document du Préfet établissant le démarrage de Lucciana au fuel lourd. Document démenti par le Préfet lui-même qui le déclara obsolète, antérieur à la venue de l’ex-président de la République en Corse et à ses promesses de campagne.

Le Vazzio II au point mort

Du côté de la centrale du Vazzio, qui sera à bout de souffle en 2018, les choses sont plus floues. Si la décision d’un démarrage immédiat au gaz paraît acquise, l’Etat et le Préfet de région peinent à trouver un terrain dans la région ajaccienne pour construire la prochaine centrale. Le terrain retenu soulevant l’hostilité générale des riverains, de habitants de la commune et de leur maire, le projet est au point mort. La CGT s’émeut de l’apathie des pouvoirs publics locaux à trouver une solution de rechange, à savoir un autre terrain.

Des emplois nouveaux et induits

C’est que l’enjeu est d’importance, non seulement au niveau de l’avenir et de la sécurité énergétique de la Corse, au niveau écologique et sanitaire, mais aussi au niveau de l’emploi dans une période de chômage et de précarité grandissante. Car chacune des deux centrales, celle en cours de construction et celle en projet, pérennisera 75 emplois directs et 200 emplois induits. L’investissement de 350 millions € consentis par EDF en Corse permet aujourd’hui à 25 entreprises insulaires de travailler sur le site de la nouvelle centrale de Lucciana.

Un flou inquiétant

Le flou entretenu par les pouvoirs publics locaux, notamment par les Préfets, que cette période électorale contraint à un devoir de réserve, les retards importants pris sur la construction de Lucciana II qui était prévue pour être livrée clef en mains en 2010 et sur le projet du remplacement du Vazzio par une nouvelle centrale au gaz qui aurait du être achevée cette année, la mise en coma du Galsi, l’inconnue sur la possibilité d’acheminer ou non du gaz en Corse et la peur d’un nouveau black out qui plongerait, comme en 2005, l’île dans le noir… Toutes ces questions en suspens inquiètent la CGT qui demande des confirmations.

Aussi le syndicat a-t-il décidé de passer à l’offensive et d’interpeller publiquement l’Etat, le Président d’EDF et le Préfet de Corse. A ses côtés, Virginie Gensel, secrétaire générale de la fédération CGT nationale Mines Energie, est venue accompagner cette démarche locale et mettre tout le poids de la CGT nationale sur le traitement de ce dossier. Des rendez-vous devraient être pris après les législatives pour clarifier la situation.

                                                                                                                                              N.M.

Virginie Gensel, secrétaire générale de la fédération CGT nationale Mines Energie : « Nous mettons sur ce dossier tout le poids de la fédération »

- Qui interpellez-vous aujourd’hui ? Qu’attendez-vous ?

- Nous interpellons, d’une part, les pouvoirs publics, dans une situation où nous avons un nouveau gouvernement et, d’autre part, EDF pour qu’il réaffirme ses engagements et qu’il pèse pour que les décisions aboutissent. Nous attendons, pour la centrale de Lucciana, l’autorisation de l’exploitation au fuel, sachant qu’il faut obtenir l’autorisation au 1er trimestre 2013 pour qu’elle puisse démarrer fin 2013. Et, la confirmation qu’elle puisse très vite passer au gaz, Galsi ou GNL. Enfin, sur la région ajaccienne, nous attendons qu’une décision soit prise sur un terrain pour construire une centrale directement au gaz.

 

- Craignez-vous que l’Etat ne fasse trainer ce dossier en longueur ?

- Des engagements ont été pris. Nous avons noté une certaine bonne volonté. Mais la nouvelle situation politique peut provoquer un certain flou sur des projets qui sont construits depuis longtemps et qui sont sur du long terme. Nous n’avons pas de crainte, mais nous pensons nécessaire de réaffirmer tout de suite les engagements pris par l’entreprise, le gouvernement et l’ancien président, même si quand il les a pris, il était en campagne électorale. Dans la mise en place d’un nouveau gouvernement, il n’y a pas de transmission de dossiers.

 

- D’autant que, sur la région ajaccienne, 2018 est une date butoir ?

- C’est pour cela qu’il faut une décision aujourd’hui pour permettre une mise ne route en 2018.

 

- Votre présence à Lucciana signifie-t-elle que ce dossier a besoin d’un soutien national ?

- Ma présence donne un signe. D’abord, nous avons toujours soutenu nos équipes locales sur cette question-là en intervenant en Corse avec le syndicat et au niveau national. Aujourd’hui, nous mettons sur ce dossier tout le poids de la fédération pour dire qu’il faut vraiment trancher et que chacun prenne les décisions.

 

- Pensez-vous que la nouvelle majorité gouvernementale puisse remettre en cause les promesses faites par Nicolas Sarkozy ?

- Je ne le pense pas. On parle de la sécurité énergétique de la Corse, de projets qui sont portés depuis de longues années. Je ne pense pas que tout gouvernement, un peu lucide et responsable, puisse modifier ce type de projets.

 

- Vous allez rencontrer le gouvernement sur ce sujet.

Une date est-elle prévue ?

- Non.

Nous avons commencé par interpeiler par courrier officiel. Nous attendons les résultats des législatives. Et, tout de suite après, je compte bien rencontrer le ou les ministères compétents sur le dossier corse, entre autres. Déjà des contacts sont pris.                                 

Antoine Mandrichi, secrétaire général de la CGT Energie Corse : « Le Préfet doit donner l’autorisation à EDF »

 Quel est l’objet de votre démarche ?

- Nous tenons à informer les Corses de toutes les démarches qui vont être initiées par la CGT dans les prochains jours pour continuer à assumer notre mission de service public et pour éviter de nous retrouver dans le schéma de la coupure historique de 2005, qui fait partie de la mémoire collective insulaire. Nous n’allons pas manquer d’interpeller le ministère de l’Industrie, les pouvoirs publics en Corse et le président d’EDF. Comme la majorité présidentielle a changé et que le président d’EDF pourrait passer la main, nous souhaitons que ces derniers nous confirment les engagements qui ont été pris.

 

- Quels engagements, précisément ?

- De démarrer la centrale de Lucciana au fuel léger. Une autorisation a été demandée auprès des pouvoirs publics. Il faut que le Préfet de Haute-Corse donne cette autorisation à EDF.

En même temps, suite aux difficultés rencontrées sur le projet Galsi-Gaz, le Président d’EDF nous avait dit qu’il proposerait une solution de secours avec l’alimentation au GNL, gaz naturel liquéfié. Là aussi, l’annonce a été faite. Une étude a été réalisée. Elle n’est pas encore suivie d’effet. Donc, nous avons besoin de vérifier et de faire valider ces engagements pour permettre à cette centrale de démarrer dans les délais prévus, au 2ème semestre 2013 et d’avoir la certitude, avec l’arrivée du gaz, de démarrer en 2018 avec la centrale ajaccienne, qui, elle ne peut fonctionner qu’au gaz. Si le gaz n’arrive pas, cette centrale ne sera pas réalisée, ce à quoi nous nous opposerons, bien sûr, pour des raisons d’alimentation électrique et de maintien des emplois.

 

- N’y-a-t-il pas consensus sur ces engagements ? 
- Il y a consensus pour que cette centrale démarre au fuel léger. Toutes les assurances ont été données, mais elles doivent être validées officiellement. Pour l’instant, même si les intentions sont là, nous n’avons pas l’autorisation officielle.

 

- Etes-vous prudents ou doutez-vous de la réalisation des engagements pris ?

- L’histoire, les précautions d’usage, notre expérience nous autorisent à considérer que même si nous avons été rassurés, tant que les autorisations officielles ne sont pas données et vérifiables noir sur blanc, nous continuons à interpeller et à mettre la pression.

 

- L’association U Levante prétend détenir un document prouvant que la centrale démarrera au fuel lourd. Qu’en pensez-vous ?

- Nous n’avons pas pris connaissance de ce document. On peut comprendre que les associations montent au créneau comme elles le font, c’est leur rôle de mettre la pression sur l’Etat et sur EDF. C’est une démarche complémentaire, même si nous, ce qui nous importe, dans un premier temps, c’est que cette centrale démarre pour maintenir les emplois à EDF, les emplois induits dans le secteur privé et éviter la rupture d’alimentation. Nous avons rencontré la direction d’EDF, lundi, qui nous a dit avoir déposé une demande d’autorisation d’exploitation de la centrale de Lucciana au fuel léger. Des modifications techniques ont déjà été effectuées pour cela.

 

- C’est-à-dire ? L’équipement particulier est-il prévu ?

- L’équipement est prévu. Si on démarre au fuel léger, ce que nous souhaitons, cela ne posera aucun problème. Les modifications sont en train d’être faites. Pour le gaz naturel, ce sont les mêmes équipements, qui nécessitent un temps de transformation. Mais le savoir-faire d’EDF, en la matière, nous autorise à penser que les choses vont se faire naturellement, sans que cela pose le moindre problème technique, n’y ait la moindre incidence sur l’alimentation électrique de la Corse.

 

- Pourquoi avez-vous demandé l’appui de la fédération nationale ?

- Pour faire la démonstration que tout ce qui se passe en Corse concerne, bien sûr, dans un premier temps, les Corses, mais la fédération de l’énergie travaille sur tous les projets industriels et la construction d’une centrale est assimilable à un projet industriel, les décisions sont prises à un niveau national. En même temps pour avoir un rendez-vous au ministère de l’industrie, nous avons besoin de notre fédération qui en est l’interlocuteur privilégié. En tant que syndicat local, notre seul interlocuteur au niveau de l’Etat, c’est le Préfet. Nous ne pouvons pas aller au-delà. Nos structures nous permettent, soit au niveau régional, soit au niveau national, de discuter à certains niveaux de l’Etat. Nous marchons de pair et nous avons besoin des uns, des autres pour mener, à bien et à terme, la démarche que nous avons initiée.


Propos recueillis par Nicole MARI

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    ww (mercredi, 03 juin 2015 09:53)

    ralph lauren polos, http://www.ralphlaurenoutletonline.com.co/
    ralph lauren outlet online, http://www.ralphlaurenoutletonline.in.net/
    ralph lauren outlet, http://www.ralphlaurenpolo.in.net/
    ray-ban, http://www.ray-ban-outlet.us.com/
    ray ban outlet, http://www.raybans.us.org/
    ray ban, http://www.rayban-sunglasses.org.uk/
    ray ban sunglasses outlet, http://www.rayban-sunglasses.us.org/
    ray ban sunglasses, http://www.raybansunglassesoutlet.net.co/
    cheap ray ban, http://www.raybanwayfarer.in.net/
    knockoff handbags, http://www.replicahandbags.com.co/
    omega watches, http://www.replicawatches.us.com/
    jordan release dates, http://www.retro-jordans.com/
    replica watches, http://www.rolex-watches.me.uk/
    roshe run, http://www.rosherun.org.uk/
    roshe runs, http://www.rosheruns.us/
    ferragamo shoes, http://www.salvatoreferragamo.in.net/
    nike mercurial, http://www.soccer-shoes.org/
    softball bats, http://www.softball-bats.us/
    supra footwear, http://www.suprashoe.net/
    swarovski outlet, http://www.swarovskicrystal.com.co/
    swarovski crystal, http://www.swarovskijewelry.com.co/
    swarovski uk, http://www.swarovski-uk.org.uk/
    north face, http://www.the-northface.com.co/
    the north face outlet online, http://www.the-northface.in.net/
    the north face, http://www.thenorth-face.org.uk/
    the north face outlet, http://www.thenorthface.us.org/
    north face jackets, http://www.thenorthfacejackets.in.net/
    thomas sabo uk, http://www.thomassabo-uk.org.uk/
    tiffany and co outlet, http://www.tiffanyandco.net.co/
    tiffany's jewelry, http://www.tiffanyjewelry.us.org/
    timberland boots, http://www.timberlandboots-outlet.net/
    timberland shoes, http://www.timberland-shoes.com/
    tommy hilfiger kids, http://www.tommyhilfiger.net.co/
    tommy hilfiger outlet, http://www.tommy-hilfigeroutlet.com/
    toms outlet, http://www.tomshoesoutlet.com/
    toms shoes, http://www.toms-outlet.in.net/
    toms outlet, http://www.toms-shoes.com.co/
    tory burch sale, http://www.tory-burch-outlet.in.net/
    tory burch sale, http://www.tory-burchoutlet.us.com/
    cheap true religion, http://www.true-religion.com.co/
    true religion jeans women, http://www.truereligionjeans.net.co/
    true religion jeans, http://www.truereligion-outlet.com.co/
    uggs, http://www.uggaustralia.net.co/
    ugg boots clearance, http://www.uggboots.net.co/

  • #2

    Evan Hafer (lundi, 23 janvier 2017 04:29)


    My spouse and I stumbled over here different page and thought I may as well check things out. I like what I see so i am just following you. Look forward to looking at your web page yet again.