Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Attentats du mois de Mai : Le FLNC revendique

Le FLNC aura fait durer le suspense.  Alors que l'on s'est longtemps posé la question de savoir qui pouvait bien être derrière la série d'attentats commis le 11 Mai dernier et que l'on ne s'attendait plus à  cette revendication, l'organisation clandestine est sortie de sa réserve. Les attentats du 11 Mai sont de son fait. Ils ont été menés "contre  la dépossession de notre terre" écrit le FLNC dans sa revendication transmise à Corsica.

Mais contrairement aux précédentes, la revendication du FLNC ne détaille pas la liste des attentats.

Depuis le 11 mai dernier, 26 attentats ont eu lieu en Corse, 22 ayant visé directement des résidences secondaires, et 4 autres étant probablement liés à des différends privés, confiait récemment une source proche de l'enquête. Deux inscriptions "FLNC" avaient été retrouvées sur des résidences secondaires.

Mais selon le FLNC, ces actions ne constituent (pas) une mise en garde ou une menace en direction du nouveau pouvoir politique en place" mais "s'inscrivent dans notre combat de ces dernières années face à l'accroissement programmé des menaces spéculatives sur notre terre".
Ces actions étaient "programmées de longue date" précise le FLNC qui ajoute qu'elles ne visaient pas à influer sur les échéances électorales.
Par ailleurs, le FLNC prétend par ces actions s'en prendre à la "spéculation" qui serait une "menace pour le peuple corse" car, à ses yeux, l'afflux de "continentaux" ou d'étrangers sur l'île mettrait en péril ce qu'il perçoit comme les seuls Corses authentiques.

"Nous ne laisserons pas s'installer plus de 4.500 résidences secondaires par an, soit plus de 45.000 en dix ans. Nous ne sommes un peuple que de 300.000 âmes (...) La terre corse doit rester possession entière du peuple corse", dit l'organisation clandestine.  Selon le FLNC, cette menace spéculative est d'autant plus néfaste que "trop de jeunes Corses vivent au quotidien la détresse de ne pouvoir trouver un logement décent, n'osant même pas rêver de construire leur propre maison".
Lle FLNC exprime, par ailleurs, sa confiance aux membres du gouvernement qu'il voit comme "des héritiers (de ceux) ayant construit les deux statuts précédents", allusion au statut d'autonomie limitée dont bénéficie l'île, développé en 1983 et 1991 sous des gouvernements de gauche.

Il demande au gouvernement la disparition de ce qu'il appelle les "justices d'exception" - la revendication intervient à deux jours de l'ouverture du procès à Paris du "FLNC canal gamin" -  et préconise à l'assemblée de Corse de prendre des mesures essentielles ajoutant que "l'État français devra alors s'engager dans un processus de règlement politique de la question nationale corse".

Le FLNC renouvelle aussi  sa "mise en garde faite aux groupes mafieux" qui reste "d'actualité"et réitère sa "capacité de riposte".

Le FLNC avait revendiqué l'assassinat de Christian Leoni, membre supposé de la "Brise de mer", le 28 octobre 2011, en le présentant comme une réponse au meurtre du nationaliste Charles-Philippe Paoli, abattu le 28 juin de la même année.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    toto (dimanche, 03 juin 2012 12:03)

    Quelle est la définition d'un "Corse authentique"???? Etre né en Corse?? de parents corses?? de grands parents corses jusqu'à quelle génération faut-il remonter pour être un Corse authentique??
    La Terre n'appartient à personne, pas même aux Corses. Par contre pour préserver le charme de l'île, il est nécessaire que soit pris des règlements d'urbanisation respectés par tout le monde y compris par les Corses.
    Enfin nous vivons dans une économie libérale dans le principal critère est l'offre et la demande.Pour éviter les spéculations, quelles qu'elle soient, il faut changer de système économique et pas qu'en Corse....

  • #2

    Ahima (mercredi, 04 juillet 2012 04:45)

    Et tu prétends que puisque tu ne te sens pas attaché à ta Terre on doit permettre à des gens de venir s'installer et piller notre Terre.
    Quand je suis un ouvrier Français et que je n'accepte pas qu'on vende mon usine ou la scolarité de mes enfants à des groupe mafieux, ou quand je suis un jeune étudiant Canadien sous les coups de la police pour défendre mon droit à l'école, ou quand je suis un Palestinien tué pillé humilier chez moi avec le soutiens des sois disant anti-fasciste d’arrière garde, et bien à ce moment je suis aussi un corse qui défends son pays.
    Et pour finir, mon pauvre, je suis sur qu'en venant humblement que comme un voyageur étranger, les corses m'accueillerons virilement et chaleureusement sur leur terre.