Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Gandolfi-Scheit, Zuccarelli, Simeoni : Une triangulaire au second tour?

Le sondage IFOP réalisé pour France3, RCFM et Corse Matin sur le territoire de la première circonscription de Haute-Corse place en tête des deux tours le député UMP sortant Sauveur Gandolfi Scheit. 32% au premier tour et 38,5% dans le cas d'une triangulaire face à Jean Zuccarelli (34,5%) et Gilles Simeoni (27%) et 54% dans le cas d'un duel face à Jean Zuccarelli que le sondage crédite de 46% d'intentions de vote.

Le sondage IFOP des intentions de votes dans la 1ère circonscription de Haute-Corse

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 500 personnes, représentatif de la population de la 2ème circonscription de Haute-Corse, âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales. Les interviews ont eu lieu par téléphone du 24 au 26 mai.

Pour une bonne lecture des résultats il faut également tenir compte d’une marge d’erreur. 

Les intentions de vote au premier tour…

Olivier Josue, (Lutte ouvrière) -       

Michel Stéfani ( Front de gauche) 10,5 %

Jean Zuccarelli (Parti radical de gauche- PS)   22,5%

Jean-François Baccaremmi (écologiste sans étiquette) 0,5%  
Sauveur Gandolfi-Scheit (UMP) 32 %

Tony Cardi, (Front national)    9%   

Gilles Simeoni, (Femu a Corsica) 21,5%

Ghjuvan Filippu ANTOLINI, Corsica libera (4%) 

Et au second tour
Dans l'hypothèse d'une "triangulaire" les intentions des personnes interrogées seraient les suivantes :

Jean Zuccarelli (Parti radical de gauche- PS) 34,5%
Sauveur Gandolfi-Scheit (UMP) 38,5%
Gilles Simeoni, (Femu a Corsica) 27%
Enfin dans l'hypothèse cette fois d'un face à face Gandolfi-Scheit- Zuccarelli les personnes interrogées se sont prononcées à 54% pour le député sortant contre 46% à Jean Zuccarelli. 

Ce qu'ils en pensent

Sauveur Gandolfi Scheit, député-maire UMP de Biguglia, candidat sortant.

« C'est une bonne nouvelle, mais qui ne reflète pas la réalité du terrain. Ce sondage est une photographie du moment qui sera meilleure au soir du 1er tour. Dans les tournées que nous faisons avec mon suppléant, quelques soient les gens que nous rencontrons, qu'ils soient ou non du même parti que moi, tous me disent que mon bilan est très positif et qu'ils voteront pour moi. Nous attendons avec impatience le scrutin du 10 juin, où nous aurons une belle surprise. »

 

Gilles Simeoni, élu municipal et territorial, candidat de Femu a Corsica.

« C'est un score haut, mais qui reste en deçà de la réalité. Deux éléments nous le font dire. Le premier élément est que, lors des scrutins précédents des municipales et des territoriales, les sondages nous avaient attribués des scores qui étaient de 4 à 6% inférieurs à ceux que nous avons effectivement réalisés.

Le second élément, c'est la dynamique extraordinaire autour de notre campagne qui nous fait penser que nous sommes d'ores et déjà au dessus des chiffres annoncés. Nous allons continuer pour améliorer le score. Plus que jamais notre objectif est en passe d'être atteint. Nous travaillons pour construire la victoire et nous pensons qu'elle est possible »

 

Michel Stefani, élu territorial, candidat du Front de Gauche

« Je suis, bien sûr, content du score, mais nous nous battons pour l'améliorer. L'objectif, que nous nous fixons, est de réussir à gauche. Quand on entend Mr Barroso, président de la Communauté Européenne, dire qu'il ne faut pas créer des postes dans l'Education nationale, qu'il ne faut pas augmenter le SMIC et les allocations, on comprend que c'est ce qui nous attend si le Front de

Gauche ne fait pas un bon score. Il y a une dynamique sur le terrain, nous voulons la porter le plus loin possible pour réussir le changement car le Front National est toujours à un niveau élevé, le MEDEF se mobilise. C'est la même musique avec l'UMP et Fillon-Copé. Il faut continuer à se mobiliser et se donner la force nécessaire pour emmener au Parlement cette gauche de combat. »

 

Jean Zuccarelli, élu municipal et territorial, candidat PS-PRG.

« Je considère, et je suis certain que les électeurs auront cette même appréciation, qu'un député de la majoritéprésidentielle sera plus écouté, plus entendu par le gouvernement et sera le mieux à même de défendre les intérêts de la Corse et les positions définies par la majoritéterritoriale à l'Assemblée de Corse»

 

Tony Cardi, candidat Front National

« Ce ne sont que des sondages. Mais le plus grave, c'est que ce sont les 4 partis du système qui sont en tête et je ne le crois pas. Que le Front National ne soit pas présent au 2nd tour en Corse, ça m'étonnerait. Pour nous, nous sommes présents au 2nd tour. Ces sondages ne veulent rien dire. Ils nous ont déjà minorés lors de la présidentielle, ils nous donnaient à 13%, Marine Le Pen a fini à 25%. Ce ne sont que des manipulations. »

 

Ghjuvan Filippu Antolini, candidat Corsica Libera

« Il s'agit des mêmes instituts de sondage qui, il y a deux ans, à quelques semaines des élections territoriales, annonçaient que nous ne passerions pas la barre des 7% alors que nous avons été bien au delà des 9%. Donc, il faut regarder ces chiffres avec beaucoup de circonspection et demander aux électeurs de se mobiliser et d'avaliser notre projet politique car nous sommes les seuls, aujourd'hui, àporter un projet politique »


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Hauteville (vendredi, 01 juin 2012 07:40)

    Rien n'est joué et beaucoup d'électeurs voient cette élection comme la suite logique des présidentielles ...donner une majorité au President...alors?