Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Toulouse-AC Ajaccio : L’Orsi ùn sò micca morti !

Par un doublé de Cavalli (20a è  32a), l’AC Aiacciu a prolongé d’un an son bail qui le lie avec la L1 ! Sous une pluie battante et face à des Toulousains visiblement démotivés, les Oursons réalisent une de leurs meilleures prestations de la saison et s’imposent au Stadium, restant ainsi hors d’atteinte de leurs poursuivants. Une soirée où les supporters se sont couchés très tard, l’avion des joueurs ayant eu plus d’une heure et demie de retard. Qu’importe, c’est tout une ville qui sera fière l’an prochain, de retrouver les travées de Timizzolu pour que l’histoire de l’ACA continue de s’écrire au pus haut niveau. Bravu, mille volti bravu !

Soirée pluvieuse, sur Toulouse comme sur Aiacciu. Ce morose Dimanche printanier fut le théâtre de la dernière bataille de l’ACA, des guerriers bianch’è rossi. Emmenés par leur capitaine, JB Pierazzi, les Oursons, en cette belle soirée, ont fait taire tous les médisants, les langues fourchues, les jaloux, les haineux. Tels des soldats qu’aucune flèche n’aurait pu atteindre, les Ajacciens s’en sont allé finir leur saison en beauté. Dans un stade sonnant creux, les supporters Ajacciens étaient comme chez eux. Une centaine seulement, certes, mais ils eurent été une fois de plus 700 que cela aurait eu le même impact.

 

Cavalli en état de grâce

Le jeu pratiqué en première mi-temps par les hommes de Pantaloni, galvanisés pendant toute la semaine par les discours des uns et des autres, les membres de ce groupe uni et soudé ont fait preuve de la plus grande des maîtrises pour imposer leur rythme de croisière, et mener leur barque jusqu’à bon port. Libérés dans leurs têtes, adroits dans leur jeu, les Acéistes affichent un visage radieux en ce début de rencontre. Visage qui s’orne d’un large sourire à la vingtième minute, lorsque sur une récupération autoritaire de Diawara, Cavalli reçoit le ballon à l’entrée de la surface, se met sur son pied gauche, et ouvre le score tout en finesse ! Toulouse veut réagir, devant son public, même si celui-ci a semble-t-il choisi de boycotter la rencontre…Sissoko part seul au but, mais Ochoa détourne du pied et remporte son duel ! Dans la foulée, nouveau ballon pour Cavalli, un peu plus loin cette fois. La frappe pied gauche part avec beaucoup d’effet, mais passe finalement à trente centimètres de la lucarne d’Ahmada.

Puis à la trente-deuxième minute, le dégagement d’Ochoa atterrit sur Eduardo, lequel contrôle, oriente le jeu vers l’axe et trouve encore Johan Cavalli, au même endroit. Cette fois, c’est coté gauche qu’Ahmada va chercher le ballon ! Le lutin se feint d’une nouvelle perle du gauche pour doubler la mise ! Le rêve ! L’ACA fait le break à la demi-heure et assomme des Toulousains désorientés. A la mi-temps, l’ACA mène on ne peut plus logiquement, et est en passe de gagner son pari !

 

La défense fait bloc, et Mr Turpin délivre tout le monde !

La seconde mi-temps et entièrement à  l’avantage de Toulouse. Les locaux ont le ballon, le font circuler et aussi vivre. Régattin est de plus en plus dangereux coté gauche, alors que Braaten multiplie les appels. Umut bulut lui aussi fait mal à la défense, mais Ochoa veille au grain, sur sa ligne comme dans les airs. Le turque va même manquer d’un cheveu la réduction du score, mais son plat du pied meurt à quelques centimètres du poteau (85a). Au final, on dira que l’ACA aura fait le boulot en première mi-temps, avant de gérer tranquillement, face à des Toulousain visiblement émoussés. Le Téfécé termine sur un sixième match sans victoire, alors qu’au coup de sifflet de Mr Turpin, auteur d’un très bon match au demeurant, c’est tous les Ajacciens qui se jettent dans les bras les uns des autres, pour fêter la plus belle des récompenses à cette saison folle : le maintien !

Le retour de la délégation ajaccienne ainsi que de la centaine de supporters ayant fait le déplacement se fera sur les coups de trois heures du matin, dans un aéroport moins garni que lors de l’accession, mais quand-même bien rempli. Accueillis en héros, joueurs et membres du staff tombent dans les bras des supporters et supportrices. Tous savent d’où ils viennent, et surtout d’où ils reviennent. Un des plus grands défis que l’ACA n’ait jamais eu à relever de toute son histoire, où ces hommes ont défié les statistiques, fait mentir toute logique pour que triomphe le cœur, la rage, l’envie et la détermination. Les joueurs se sont ensuite offert une petite fiesta bien méritée pour fêter cette fin de saison mémorable. Pour ceux qui ne seront plus là l’an prochain, ils garderont avec eux d’inoubliables souvenirs. Pour les autres, une autre aventure les attend l’an prochain, et l’on espère qu’elle sera encore plus belle, et surtout moins dangereuse pour le cœur!
                                                                                                                         Olivier CASTEL 

Jean-Baptiste Pierazzi : "Avec des gens comme ça, on arrivera toujours à s’en sortir"

Heu-reux Jean-Baptiste Pierazzi, à son arrivée à Ajaccio !

- Il a été dur ce match à Toulouse, mais vous avez pris le match par le bon bout, puis vous avez tenu bon en seconde mi-temps. Et surtout moralement, vous n’avez pas lâché !

- C’était ce qu’on s’état dit : être concentrés, ne pas faire d’erreur, et ne pas faire preuve de suffisance. On est resté concentrés jusqu’à la fin, et c’est ce qui a fait la différence. C’est peut-être l’un de nos deux meilleurs matches à l’extérieur cette saison.

- En première période, la possession de balle était plutôt partagée, ensuite les toulousains ont eu un peu plus le ballon. Néanmoins, ces deux buts, c’est du 100%, puisqu’il y a deux tirs cadrés, qui font deux buts, une belle preuve d’efficacité en cette fin de saison ?

- Oui, on a été super efficaces, ce soir. D’ailleurs, on a réussi à faire tout ce qu’on avait envie de faire dans ce match, sortir peu et marquer vite. On a la chance de marquer vite deux fois. Après, une fois qu’on avait fait le break, on a un peu reculé, mais c’était logique, il ne fallait pas encaisser de but. On a été super solides !

- Un petit mot pour la saison prochaine ? Cette année, l’ACA avait démarré de manière catastrophique, avant de lancer sa révolte lors de ces six derniers mois. Quel est ton souhait pour la nouvelle saison qui se dessine en L1 ?

- Pour l’instant on va se reposer pour repartir de l’avant. Après, je pense qu’il faudra à nouveau se baser sur l’état d’esprit qui a fait notre force depuis deux ans. Il faudra des joueurs du type de cette année, où notre groupe a été irréprochable. C’est avec des gens comme ça qu’on arrivera toujours à s’en sortir, rien ne pourra mal se passer avec ces gens-là. Mon premier souhait serait d’avoir des joueurs qui s’adaptent au groupe et rentrent dans le moule. De plus, l’année prochaine, on aura tous au moins une année d’expérience en Ligue 1, donc ça ne sera que bénéfique, car il faudra qu’on démarre fort ! »

                                                                                                                                            O. C.

Écrire commentaire

Commentaires: 0