Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Paul Giacobbi en campagne à Calenzana

Paul Giacobbi entouré de Pierre Guidoni et Restitude Poiron
Paul Giacobbi entouré de Pierre Guidoni et Restitude Poiron

Candidat aux prochaines élections législatives des 10 et 17 juin prochains M. Paul Giacobbi, député sortant, président de l’Exécutif de Corse était samedi à Calenzana pour sa deuxième réunion publique de sa campagne. Paul Giacobbi accueilli par une foule très nombreuse avec aux premiers rangs plusieurs maires de Balagne a reçu le soutien ferme et appuyé du maire de Calenzana Pierre Guidoni qui a tenu à clarifier les choses et qui a justifié son choix tout simplement parce-que Paul Giacobbi est le candidat qu’il faut pour la Corse.

Paul Giacobbi a de son côté réaffirmé qu’il n’était pas candidat à un portefeuille de ministre et a souhaité qu’avec l’arrivée de la Gauche au pouvoir, la Corse puisse trouver une place dans la constitution de la République française. Il a ensuite dressé un bilan de sa mandature de député de la Corse et a défini les grands axes de ses projets.

 

Pierre Guidoni : «  Je suis un homme libre »

Pierre Guidoni, maire de Calenzana, a pris la parole pour excuser le candidat suppléant Joseph Castelli retenu dans son village en raison de la fête de la Saint Pancrace «  Joseph est un habitué de Calenzana. Il est un ardent défenseur de la ruralité. Je rends ici hommage à son action et sein du conseil général. ».

Auparavant, Pierre Guidoni a remercié vivement les personnes dans la salle pour le soutien apporté au député sortant et candidat.

Puis, très incisif il a poursuivi : «  Avant d’aller plus loin dans mon props, je tiens vraiment à clarifier une chose. Comme vous le savez, je suis d’pbédience libérale. Et, j’entends le rester.

J’ai pourtant fait le choix, depuis bientôt 4 ans maintenant de soutenir Paul Giacobbi, tant au niveau départemental que régional et aujourd’hui aux législatives.

Les plus fins observateurs politiques ont ainsi constaté que je suis passé, dans cette salle même, de l’assistance à la tribune. Et, je vais vous expliquer pourquoi.

Cette explication tient en un mot : Je suis un homme libre. Un homme libre ne veut pas dire un opportuniste, un homme libre n’est pas un homme qui décide seul.

Un homme libre est quelqu’un qui consulte avant de décider : ce ralliement c’est en effet avec l’approbation de ma suppléante Mme Restitude Poiron, du maire de Zilia M. Jacques Santelli, de mon conseil municipal et bien entendu de mes amis.

Un homme libre est quelqu’un qui analyse la situation et choisit ce qu’il a de mieux et meilleur pour sa région, ce qu’il y a de mieux pour la Corse. Et cela sans esprit partisan, sans esprit politicien, sans sectarisme. Au risque de froisser sa modestie Paul Giacobbi incarne aujourd’hui, plus que quicconque ce mieux, ce meilleur pour la Corse ».

Et de poursuivre : «  A mes détracteurs qui pensent que j’ai le cœur à droite et l’estomac à gauche, j’ai envie de leur répondre que j’ai simplement la tête sur les épaules, les pieds sur terre et l’esprit clair.

Je n’ai quémandé ou négocié dans les salons du Département ou de l’Elysée, une faveur ou un poste. Bien au contraire, il ne me devait rien et je ne lui devais rien ».

Et de conclure : «  Cette adhésion s’est faite sur des valeurs communes : esprit d’ouverture, pragmatisme, écoute, disponibilité, simplicité, sens du devoir à accomplir…. Vision humaniste ».

Pierre Guidoni a ensuite énuméré ce que Paul Giacobbi a fait pour la Corse lors de sa mandature de député à l’assemblée nationale avant de lancer : «  J’appelle à soutenir et à voter Paul Giacobbi aux législatives ».
Paul Giacobbi : " Poursuivre ce que j’ai entrepris"

Avant de monter à la tribune, Paul Giacobbi a  dit pourquoi il avait décidé de solliciter un nouveau mandat de député :

«  Tout d’abord pour poursuivre bien entendu ce que j’ai fait. Mais, c’est vrai que ça s’inscrit dans une dimension nouvelle puisque, pour la première fois, si je suis élu bien entendu, je serai député de la majorité et non pas de l’opposition. Nous avons pour la Corse un certain nombre d’enjeux fondamentaux, en particulier trouver définitivement une place nouvelle dans la constitution de la République Française, qui nous permettra à la fois sur des questions de fiscalité (Miot) et fiscalité en général, sur des questions de langue, de culture, sur des questions de propriété, de spéculation malheureusement, de faire des choses comme nous l’entendons, dans le respect bien entendu. Pour la première fois, du moins en tout  cas depuis que je fais de la politique, on peut penser que l’assemblée Nationale et le Sénat pourraient être sensibles à tout ça. A condition bien sûr que l’Assemblée de Corse soit capable de se prononcer à une très large majorité. Tout ça n’a rien d’original, c’est ce que je dis depuis des années. Je suis du reste heureux d’entendre les uns et les autres le reprendre aujourd’hui. J’ai entendu ce matin la famille nationaliste reprendre mot à mot ce que j’ai dit et redit depuis longtemps, y compris à l’assemblée nationale et au Sénat. C’est donc un motif de satisfaction ».

Interrogé sur un éventuel poste de Ministre dans le prochain gouvernement, Paul Giacobbi a été catégorique : «  Chacun sait que j’aurais bientôt 55 ans  ( dans quelques jours) et que je n’ai pas d’autres ambitions personnelles que celles que j’ai aujourd’hui. La question est tranchée depuis longtemps. Il n’en est pas question une seconde.

J’ai eu l’occasion par le passé d’y réfléchir dans d’autres circonstances. La différence, c’est qu’à l’époque je n’étais pas président de Région, Aujourd’hui, je le suis, donc inutile d’en discuter. Je suis bien décidé à poursuivre ce que j’ai entrepris.

Ce qui ne m’empêchera pas d’avoir un rôle au niveau national, comme j’ai pu le faire sur des questions comme la crise financière, les problèmes économiques et d’investissement ou encore diplomatiques. »

Paul Giacobbi a  ensuite rappelé à l’assistance son bilan et a ironisé : «  Je suis étonné des gens qui ont des mouches de coche » Qui a fait voter à l’unanimlité par le Sénat et l’Assemblée nationale le PADDUC ? Qui a réussi à convaincre le président Sarkozy sur les problèmes des prisonniers ? A entendre certains, bientôt j’étais contre le Sporting. Des gens qui m’ont bataillé des heures et des heures, des jours et des jours défendent aujourd'hui le Sporting alors qu’ils se sont opposés avec la dernière énergie face à moi ».

Lorsqu’il a parlé des projets, Paul Giacobbi a repris ses propos du début en réaffirmant sa volonté de trouver une place à la Corse dans la constitution de la République Française.

                                                                                                                 Jean-Paul LOTTIER

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    pistu2b (dimanche, 13 mai 2012 10:49)

    A la fin du meeting il (PG) entonné la chanson de Dutronc : moi je ne fais qu'un seul geste.......

  • #2

    ribellu2 (dimanche, 13 mai 2012 11:33)

    Non non, il n'a rien demandé, le fiston une belle place au département avec voiture de service !! lampemucci! lampemucci!

  • #3

    Ghiso1 (jeudi, 17 mai 2012 08:35)

    Bonjour, je soutiens le Président qu'il est une personne de grande Valeur et qui fait beaucoup pour la Corse. Je viens de lire l'article de Grimaldi. Je me posais la question si elle était réveillé lorsque elle a fait l'interview car je pensais qu'elle se moque de tout le monde....

  • #4

    xavier (mardi, 29 mai 2012 18:52)

    a p Guidoni;j etais a Corte le 29mai 2007 et je lui ai entendu dire:balayons Paul Giacobbi pour lutter contre la politique de la maffia et de l assistanat oghjie va a a sacchetta.QUAND A P GIACOBBI JE LUI DIT :NON MR VOUS N AVEZ A L ASSEMBLEE NATIONALE DEPOSE AUCUNE MOTION POUR LES PRISONNIERS CORSES LA SEULE INITIATIVE EN REVIENT AUX 2 DEPUTES UMP

  • #5

    Ghiso4 (mercredi, 30 mai 2012 07:07)

    Bonjour, il est facile de critiquer le Président, mais je confirme qu'il était partie prenante concernant les prisonniers corses. De plus, Paul Giacobbi est une personne de grand talent. Les critiques sont aisées mais l'art difficile. Pendant 26 ans, nous avons la droite au pouvoir et qu'elle droite ! Il ne faudrait pas être amnésique !!!!

    avvedecci