Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

AC Ajaccio-Lyon : Le grand soir des "Oursons"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

37e et avant-dernière journée de L1, avec ce choc contre le quatrième de L1. Les Acéistes ont pris vingt-quatre points durant le cycle retour. Il en faudra trois de plus ce soir, ou lors du prochain match à Toulouse pour pouvoir revivre les joies de l’élite la saison prochaine. Devant leur public, pour ce dernier match à Timizzolu, Pantaloni et ses guerriers n’ont plus vraiment le choix. Il faudra tout donner, afin de ne rien avoir à regretter. En cas de succès, l’ACA pourrait s’éloigner définitivement de la zone mortelle. Et cela pourrait également passer par des résultats favorables des poursuivants. Rendez-vous à 21h à F. Coty, pour les Ajacciens.

Ce dimanche soir, l’ACA abat sa dernière carte dans son stade. A deux points de la dix-huitième position, l’Ours affrontera l’Olympique Lyonnais, quatrième et vainqueur de la Coupe de France. Privés de Ligue des Champions pour la première fois depuis dix ans, les joueurs Rhodaniens n’ont besoin que de trois ou quatre points pour assurer une quatrième place, qui n’aurait de valeur que de symbole. Mais ils auront un obstacle de taille en face d’eux. Un public en effervescence, un stade plein à craquer, des supporters survoltés, et surtout, dix-huit guerriers, à qui rien n’échappe plus à domicile depuis le mois de Décembre. Et surtout, des Oursons qui restent sur un match perdu sous le poids de la pression à Evian.


Un groupe vigoureux, des joueurs revanchards

Souvenez-vous du match aller. A l’époque, l’ACA joue son second match en L1. En ce mois d’Août, les Oursons avaient réussi l’exploit de tenir le septuple Champion de France en échec sur sa pelouse. Sammaritano avait ouvert le score, Ochoa fait des miracles, mais Lisandro avait finalement eu raison du goal et de sa défense. Un bien beau match, que les Oursons regretteront de n’avoir emporté, tant la suite fut dure.

Mais en ce mois de Mai, le décor est tout autre. Timizzolu a vibré au fil de la remontée épique de ses protégés au classement, et un groupe uni et soudé a progressivement vu le jour. Qu’elle est longue cette saison, où l’ACA, club le plus averti de L1, et à la pire défense, n’a que trop souvent manqué de réussite. Qu’elle est longue cette saison, où les adversaires directs sortent des gros matches au moment où on les attend le moins. Qu’importe. Le jeu en vaut tellement la chandelle. Les tribunes s’animent de match en match, les joueurs se transcendent. Et surtout, on vit des moments de joie intense. Ce match contre VA, où l’ACA obtient pour la première fois les trois points, celui contre Rennes, où le déclic se confirme, celui d’Auxerre, où face aux erreurs d’arbitrage (et elles furent assez nombreuses cette saison) les Oursons ont fait front. Et que dire de ce match contre l’OM, qui voit l’ACA finir en boulet de canon et arracher un succès salvateur en faisant imploser le stade dans les dernières secondes. A n’en pas douter, c’est à une troupe de combattants sans peur qu’auront à faire les joueurs de Rém Garde. Venir en terrain conquis serait pour eux la pire des erreurs, n’en déplaisent à certains.

 

Timizzolu va trembler…

A quatre-vingts dix minutes d’une possible bouffée d’air frais gigantesque, comme d’une déception immense et un sentiment de gâchis, les supporters savent que, comme leurs joueurs, se relâcher serait suicidaire. C’est pour cela qu’un tifo géant sera organisé dans tout le stade, avec ballons et instruments bruyants. Mais c’est bien de la voix que les tribunes devront se servir pour mettre la pression sur les Lyonnais. On le sait, les joueurs du continent y sont sensibles, quoi qu’ils en disent. C’est peut-être la dernière fois que Timizzolu verra la L1, alors pas question de lésiner sur ces moyens-là, et les Ajacciens les possèdent, et les mettent de plus en plus en branle (cf Auxerre, Sochaux, Marseille…). Outre le terrain, ce sera également sur les smartphones que les supporters auront les yeux rivés. Ça rappelle un certain Istres-ACA de la saison passée…En effet, des faux-pas de Brest, Dijon, Auxerre et Sochaux pourrait définitivement sceller le sort de l’Ours. Dans le cas contraire, il faudra aller mener une dernière bataille en terrain hostile…

Pour ce match, le groupe est encore handicapé. Expulsé à Evian, Medjani manquera à la défense centrale. Cependant, Bouhours reprendra le chemin du pré. Felipe pourrait d’ailleurs faire son apparition en défense centrale car Arnaud Maire n’a pas été convoqué. 

L’an passé, l’ACA l’avait fait, en restant uni, soudé, solidaire, homogène dans le jeu et dans l’esprit. Les paramètres sont sensiblement les même en ce 13 Mai 2012.

« Uniti, a pudemi fà » Forza A.C.A. !

U Gruppu Aiaccinu : André, Bouhours, Cavalli, Debès, Diawara, Eduardo, Felipe, Ilan, Kinkela, Lasne, Lippini, Mostefa, Ochoa, Pierazzi, Poulard, Sammaritano, Socrier, Tiberi.

U Gruppu Lionesi : Lloris, Vercoutre – Dabo, Réveillère, Cris, Umtiti, B. Koné, Cissokho, Gonalons, Källström, Ferri, Grenier, Briand, Gomis, Lacazette, Pied, Lisandro, Gourcuff, Fofana.
                                                                                                                         Olivier CASTEL

 

 

INFOS IMPORTANTES 

- Les places sont gratuites dans toutes les tribunes et sont à retirer  A PARTIR DE 18H UNIQUEMENT AUX GUICHETS DU STADE. Les abonnés conservent leurs places respectives.

 - Il est demandé à toutes et tous de venir vêtus et/ou maquillés en rouge et blanc, ainsi que de sortir drapeaux et écharpes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0