Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Permanence Gandolfi-Scheit à Lupino : Tout un symbole !

Sauveur Gandolfi-Scheit et son suppléant Jean-Michel Canazzi, candidats à l’élection législative de juin prochain dans la 1ère circonscription de Haute Corse, ont inauguré, ce vendredi soir, leur première permanence bastiaise, à Lupino. Tous les maires de droite de la 1ère circonscription de Haute Corse et plus de 300 sympathisants sont venus soutenir le député sortant, qui démarre officiellement sa campagne, au même endroit qu’il y a cinq ans. Mais cette fois-ci, en position de favori. Tout un symbole pour l’intéressé.

Le député sortant Sauveur Gandolfi-Scheit, candidat à sa propre succession pour les législatives de juin prochain, aime les symboles et la fidélité. Vendredi soir, avec son suppléant Jean-Michel Canazzi, il a inauguré sa première permanence électorale bastiaise, avenue de la Libération, à Lupino, comme il l’avait fait il y a cinq ans,

« En Corse, nous avons une culture du merveilleux, derrière ou à intérieur se cache le superstitieux. Il y a cinq ans, l’inauguration de la première permanence bastiaise était déjà à Lupino et la seconde sera à Bastia centre, mercredi prochain », commente le député.

Le symbole du succès

Superstitieux, Sauveur Gandolfi-Scheit avoue l’être. C’est de Lupino, qu’est partie, aux dernières élections législatives de juin 2007, la dynamique qui a permis au maire de Biguglia de faire tomber Emile Zuccarelli, tenant du titre depuis 1986. Ayant alors réussi comme aujourd’hui, à fédérer autour de lui l’ensemble de la famille libérale, il enlève brillamment la 1ère circonscription de Haute Corse aux mains du PRG depuis 45 ans en récoltant 53,89 % des suffrages et en fédérant 31 communes sur 45.

Cinq ans après, le député sortant se retrouve encore face à un Zuccarelli, non plus le père, mais le fils Jean. C’est toujours de Lupino, qu’il démarre sa campagne. Il est, une fois de plus, entouré de toute la droite libérale, de Jean Baggioni, maire de Ville di Petrabugno, ancien président de l’exécutif, jusqu’à Stéphanie Grimaldi, présidente du comité départementale de l’UMP, en passant par tous les maires de la 1ère circonscription, dont Anne-Marie Natali, la mairesse de Borgo.

Une part de vie

Mais le choix de la permanence de Lupino est, pour le Dr Sauveur Gandolfi-Scheit, bien plus qu’un symbole politique, c’est le symbole d’une grande partie de sa vie. « Il ne faut pas oublier que, pendant 34 ans, j’étais médecin. J’étais installé sur Lupino avec mon épouse qui, elle, continue d’y exercer. Moi, j’ai été obligé d’arrêter d’exercer mon métier. Mon frère tenait le seul bar qui existait à la Cité Aurore dans les années 1965. Lupino est un lieu où nous avons vécu, où nous connaissons énormément de gens, sans parler de Terra Nova, de Saint Joseph, de Place d’Armes et de la Citadelle », explique-t-il.

Très heureux devant les nombreux sympathisants venus le saluer et le soutenir, le député, qui a toujours adoré le contact avec les gens, ne boude pas son plaisir en taclant au passage, celui qu’il considère comme l’adversaire à abattre : « Par ma profession de médecin, j’ai toujours eu le contact avec les gens. J’adore ce contact. Ce soir, je me régale. A la différence de certains qui ont fait des inaugurations où il n’y avait personne, ils n’avaient invités personne, ils n’avaient peut-être pas envie de se mélanger ! »

Un bilan incontestable

Ayant pris à cœur les intérêts de l’île et travaillé d’arrache-pied tout au long de sa mandature pour trouver des solutions à tous les problèmes qui se sont posés, Sauveur Gandolfi-Scheit est confiant en sa réélection. « Je ne peux pas être plus confiant. J’ai un bilan incontestable face à certains qui n’ont rien fait du tout, un bilan qui dépasse largement celui de tous les députés qui m’ont précédé. J’ai gagné contre le père qui avait été ministre de François Mitterand et de Lionel Jospin. Aujourd’hui, j’ai en face de moi le fils, une personne qui n’a jamais travaillé, qui n’exerce aucune profession sauf d’être le président de l’ADEC. Dans la vie, il faut se retrousser les manches, travailler et être au contact des gens. Nous verrons bien le résultat ».

La vraie campagne pour les législatives va démarrer dès lundi, au lendemain des présidentielles. Elle était déjà très vive entre les candidats, elle devrait se durcir durant le mois de mai et devenir plus frontale à l’approche du scrutin. En attendant, mercredi prochain, le député sortant inaugurera sa permanence électorale au centre ville de Bastia, 37, bis, boulevard Paoli, quasiment en face de celle de Jean Zuccarelli. Encore tout un symbole !

                                                                                                                                            N. M.

Écrire commentaire

Commentaires: 0