Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Camille de Rocca Serra : « Je crois vraiment en la victoire de Nicolas Sarkozy »

Député UMP et candidat aux législatives dans la 2ème circonscription de Corse du Sud, Camille de Rocca Serra livre, à Corse Net Infos, son analyse du débat qui a opposé, mercredi soir, les deux présidentiables. Ce fervent supporter de Nicolas Sarkozy tire à boulets rouges sur François Hollande et explique pourquoi il est sûr de la victoire du président sortant.

- Quels commentaires faites-vous sur le duel Sarkozy-Hollande ?

- Le mot duel ne convient pas. Ça aurait du être un vrai débat. Mais il est difficile de débattre avec quelqu’un qui n’est pas sincère, qui refuse la réalité. François Hollande a encore montré qu’il est dans le déni de réalité, dans la confusion, dans l’incantation. On a entendu beaucoup de : Je… Je… Je ferais…tout, tout seul ! Il a oublié une chose : l’Europe avec 27 pays, le couple franco-allemand et le monde qui nous entoure et qui sort de cinq crises successives. Il est dans l’anti-Sarkozisme primaire comme seul élément de référence.

 

- Ne l’avez-vous pas trouvé meilleur qu’annoncé ?

- J’ai vu un homme qui a une certaine forme d’arrogance habile parce qu’elle n’apparait pas réellement. J’ai vu un homme qui ne pouvait pas avoir de bilan parce qu’il n’a rien fait, alors qu’il a déjà 57 ans. François Hollande a voulu démontrer qu’il avait un projet, mais ce projet est virtuel, totalement décalé de la réalité économique et financière européenne et dangereux. Il ne pourra pas remporter l’adhésion des autres partenaires, si malheureusement il est élu. Il a été un bon débatteur, mais la France a besoin d’un Président de la République.

 

- N’a-t-il pas réussi parfois à déstabiliser Nicolas Sarkozy ?

- Nicolas Sarkozy a été surpris d’un tel manque de sincérité. Il a pu être d’une certaine façon déstabilisé  car il parle dans le réel et a, en face de lui, un homme insincère. C’est difficile car le mensonge l’emporte souvent sur la réalité. Et Nicolas Sarkozy, face au rien de François Hollande, n’a pas suffisamment développé la réalité de son bilan. Je prendrais un seul exemple qu’il a oublié de mentionner. La loi Gandolfi-Scheit sur le rapprochement familial des prisonniers n’a pu être votée que parce qu’il y a eu une réforme constitutionnelle, qui a amélioré la démocratie en donnant un pouvoir supplémentaire au Parlement.

 

- Quel pouvoir ?

- Le partage du temps législatif. Les parlementaires, grâce à Nicolas Sarkozy, ont autant de temps dans l’année pour défendre les propositions de loi et pour contrôler le gouvernement que celui-ci pour déposer des projets de loi. C’est une nouveauté extraordinaire. Grâce à cette réforme constitutionnelle, Nicolas Sarkozy a aussi offert, à tous les citoyens, la question prioritaire de constitutionnalité qui a déjà été utilisée par nombre d’avocats. Le citoyen, quand il devient justiciable, peut invoquer le Conseil constitutionnel pour démontrer qu’une loi, qui l’accable, ne serait pas constitutionnelle.

 

- L’UMP locale ne cesse de lister le bilan corse de Nicolas Sarkozy. Mais n’y-a-t-il pas des ambiguïtés ?

- Son bilan est énorme, exceptionnel vis-à-vis de la Corse. On l’a vu lors de sa visite à Ajaccio dans les propositions qu’il a faites. Il n’y a aucune ambiguïté. Que ce soit sur le Galsi, sur le gaz naturel liquéfié à la centrale de Lucciana et, si nécessaire avant, le fuel léger, dans le domaine de la santé avec tous les engagements financiers qui ont été apportés, le crédit d’impôt, etc. Il s’est engagé sur tout ce qu’on lui a demandé. Qu’y a-t-il en face ? François Hollande ? Rien ! Il est venu dire : surtout ne me demandez pas de m’engager. Ce n’est pas un homme d’engagement. La différence est là. Entre un homme qui prend ses responsabilités et un homme qui est en train de bâtir non pas un succès, mais une forme de légitimité avant le 6 mai sur uniquement un anti Sarkozisme primaire et la volonté de la gauche de récupérer une parcelle de pouvoir qui lui échappe depuis 17 ans.

 

- Etes-vous satisfait des résultats de Nicolas Sarkozy en Corse ?

- Je pense qu’on aurait pu faire mieux. Cependant, malgré la pollution médiatique, l’anti-Sarkozisme médiatique qui a réussi à instiller dans l’esprit de beaucoup de gens des contre-vérités, la Corse voit, sait l’attachement physique de Nicolas Sarkozy à notre île. La réponse de la Corse est aussi dans cet attachement charnel. Qu’y a-t-il entre nous ? Deux enfants corses qui aiment la Corse et qui le font déjà corse. Nicolas Sarkozy nous aime vraiment, avec nos défauts et nos qualités, il ne nous a jamais laissés, il a toujours contrarié cette réalité qui pèse parfois sur la Corse pour nous amener vers quelque chose de plus positif. Il veut une Corse qui rayonne, qui profite de ses atouts. Souvent le sursaut de la France est venu de la Corse, c’était vrai sous De Gaulle, ça sera vrai pour Nicolas Sarkozy !

 

- Croyez-vous en sa victoire, dimanche ?

- Bien sûr que j’y crois ! Je suis fidèle à mes convictions, loyal envers Nicolas Sarkozy parce que je sais ce que nous lui devons. Et, dans la tempête, il faut savoir rester auprès de celui qui est le seul capable de piloter la France de demain. Je crois vraiment en cette victoire. Elle est difficile, mais j’espère qu’à la fin de ce combat magnifique qu’il a mené en homme, en leader, en président et en candidat, il sera récompensé parce qu’il le mérite et que la France le mérite.

 

- Pensez-vous que le bon score de la droite sur Porto-Vecchio soit de bonne augure pour vous ?

- Il y a toujours un lien entre les deux élections, mais c’est à moi maintenant de construire les législatives. Pour l’instant, j’ai privilégié l’élection présidentielle parce qu’elle est déterminante pour la France et pour la Corse. Elle impacte, d’une certaine manière, l’élection législative, qui est, néanmoins, un autre débat avec d’autres hommes. Je l’aborderai avec beaucoup de sérénité, d’envie et de détermination. Servir ma région et mon pays est, pour moi, un engagement permanent. Depuis dix ans, à l’Assemblée nationale, à la Commission des finances, j’ai pu travailler au service de la Corse et de mon pays, la France. J’ai envie de continuer. J’ai encore beaucoup d’énergie. J’ai 58 ans, François Hollande en a un peu moins. J’ai déjà un bilan que l’on peut critiquer parce qu’il existe, alors que François Hollande, aujourd’hui, je ne sais pas où est son bilan. Il a l’air d’être vierge. Il a un passé qui est un passif avec sa présidence du Conseil général de Corrèze qui est la plus endettée de France. Cela devrait inquiéter les Français !

                                                                                        Propos recueillis par Nicole MARI

Écrire commentaire

Commentaires: 0