Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Saveriu Luciani : "Nous n'avons pas de fief, mais une cause à défendre"

C'est Saveriu Luciani qui défendra les couleurs de Femu a Corsica à l'élection législative de juin prochain dans la 2ème circonscription de Haute-Corse. Le conseiller territorial, adjoint au maire de Ghisonaccia, accompagné de Frédérique Densari, sa suppléante de Balagne, va notamment affronter le député sortant, également président de l'exécutif territorial. Il explique, à Corse Net Infos, que les nationalistes modérés représentent la seule alternative à un système clientéliste qui enferme la Corse dans l'assistanat et le non-développement. Il estime avoir une cause à défendre, non un fief ou un mandat électoral.

- Pourquoi avez-vous accepté de vous lancer dans la bataille des législatives ?

- Je suis un militant. J'étais déjà parti aux législatives en 2007 en tant que suppléant de Gilles Simeoni. On s'est réparti les rôles. Etant de la région, c'était de mon devoir de représenter le mouvement Femu a Corsica dans ce combat.

 

- Quel est pour vous l'enjeu de cette élection législative ?

- Les législatives sont une étape. Nous avons entamé le cycle avec les territoriales, et même les municipales auparavant et, à la limite, les législatives de 2007. Nous sommes dans un crescendo de représentativité politique. L'important, pour nous, est de placer encore plus haute la barre des résultats politiques de Femu a Corsica pour être en position idéale, à la veille des municipales de 2014 et des territoriales qui suivront.

L'enjeu est non seulement de progresser, mais de se poser comme l'alternative à un système et de renverser la table, de trouver des partenariats, des alliances avec des gens qui en ont marre de cautionner un système qui va dans le mur.

 

- Vous dites que vous ne faites pas campagne juste pour la circonscription, mais pour toute la Corse ?

- Je ne suis pas un candidat de pointillé ou d'un territoire. Je suis dans une démarche plurielle. Les huit candidats de Femu a Corsica se battent pour une Corse indivisible. Le problème, c'est d'apporter des solutions à l'ensemble du territoire, à une île. On ne peut pas, demain, jouer au docteur dans le Nebbiu et ne pas le jouer dans le Niolu. Les problématiques qui touchent les Corses sont identiques au moins sur certains points : le foncier, l'identité, la langue, la culture, la santé. Il est important d'avoir une approche plurielle et indivisible. Nous n'avons pas de fief à défendre, nous avons une cause à défendre.

 

- Vous vous présentez dans une circonscription difficile où vous affrontez le député sortant Paul Giacobbi ?

- Toutes les circonscriptions et toutes les élections sont difficiles. L'élection législative est une élection très personnelle avec de fortes personnalités, des gens qui ont des pouvoirs, dont certains pratiquement illimités. Je n'y vais pas avec le stress ou la crainte de ne pas faire de résultat. Femu a Corsica va faire un résultat et je crois même que nous pouvons créer la surprise du 1er tour, y compris dans le centre de la Corse.

 

- Paul Giacobbi est donné grand favori. Qu'en pensez-vous ?

- Il peut, peut-être, passer au second tour, mais avec un immense effort : on connaît les pratiques, les démarches en direction des maires, les tournées des cantons pour distribuer des récompenses dans un pays de saupoudrage. On n'est pas dans un débat idéologique au sens noble du terme, on est dans un débat de clientélisme. On vote pour celui qui donne l'argent sans se demander qu'elles seront les perspectives pour demain.

 

- On vous prête une belle élection dans le Fiumorbu. Y croyez-vous aussi ?

- Je ne sais pas si nos résultats seront meilleurs dans le Fiumorbu qu'ailleurs. Si on se réfère aux résultats des territoriales, nous avons un enracinement très fort dans toutes les micro régions, y compris en Castagniccia. Nous avons beaucoup de relais dans des régions quasi-désertiques et une implantation quasi-équilibrée sur l'ensemble du territoire.

 

- Le résultat des élections présidentielles peut-il influer sur celui des législatives?

- Oui. Si on prend le cas de la droite corse qui est pratiquement à la rue. Quand on a voté le budget à la CTC, il y a eu 17 voix contre le budget : les 11 élus de Femu a Corsica et six voix de droite, les six autres élus de la droite se sont abstenus. La  droite n'est pas homogène, elle est en morceaux. Si, en plus, demain, son camp perd les présidentielles, les conditions seront réunies pour que nous puissions gagner le combat électoral sur cette circonscription entre autre.

 

- Ne pensez-vous pas que l'élection du candidat de gauche à la présidentielle renforcera plutôt le candidat de gauche aux législatives ?

- Non. Je pense que ça va surtout renforcer les gens qui sont contre le système. Et l'alternative au système passe par nous, avec des voix qui viennent de droite, de gauche... Nous représentons de plus en plus l'alternative, y compris pour des courants de pensée qui nous combattaient hier. C'est ça qui est important.

 

- Quels seront les thèmes que vous allez développer pendant la campagne ?

- Il y a un tronc commun autour de trois points fondamentaux d'actualité : le problème du foncier avec le statut de résident, le problème de la langue avec la co-officialité, le problème fiscal avec les arrêtés Miot. Ensuite, il y a un point qui me tient à cœur, notamment dans cette circonscription, mais qui peut rejoindre d'autres problématiques ailleurs : c'est la gestion des territoires ruraux. Comment fait-on aujourd'hui pour rendre attractifs les territoires ruraux quand on sait qu'ils sont confrontés à des problèmes de santé, de service public avec les fermetures de postes, d'école ? Nous avons un combat à mener au moins pour maintenir en l'état et pour essayer de lutter contre la désertification qui est dangereuse, non pas simplement par l'abandon de l'espace, mais parce qu'elle entraîne aussi un abandon de la conscience. Le phénomène urbain l'accentue du fait du manque de statut de la langue et de programmes culturels d'envergure.

 

- Parlez-vous en tant qu'enseignant ?

- Le gros point, qui me préoccupe en tant qu'enseignant, est comment fait-on, sur le combat d'une génération, pour rendre un espoir à la jeunesse corse, des perspectives de développement économique et même personnel.

 

-  Votre région du Fiumorbu est fortement éprouvée par les actes de violence et les assassinats. Que peut-on y faire ?

- Le grand enjeu, c'est l'action sur la jeunesse corse. Si on délaisse la jeunesse corse, si on la laisse s'adonner à l'argent facile avec la drogue qui prolifère dans toutes les régions, le culte des armes, l'emploi promis, si on perd l'identité et les repères, on va se retrouver dans un pays d'assistés où la conscience va mourir. Et, après, on s'étonne de certains résultats électoraux à la présidentielle !

 

- Votre circonscription vous semble-t-elle, paradoxalement, la plus abandonnée ?

- C'est la plus assistée. C'est celle où l'on a en lice le président de l'exécutif territorial et le président du conseil général. C'est symptomatique et symbolique. Le président de l'exécutif a besoin du président du conseil général pour gagner. C'est extraordinaire ! Ces candidatures-là trahissent un état d'esprit : elles ne sont pas là pour un développement économique, elles sont là pour une prorogation du mandat électoral.

 

- Croyez-vous à l'élection d'un ou plusieurs députés nationalistes ?

- Je pense que l'on peut avoir au moins deux députés nationalistes à l'Assemblée nationale. Nos deux leaders sont idéalement placés, ils l'ont prouvé par leurs résultats, ils ont les moyens, demain, de gagner. Mais, je suis persuadé que nous aussi, par exemple, ici, dans la 2ème circonscription de Haute-Corse, nous avons les moyens de contrarier le match droite/gauche et que nous pouvons être au second tour.

                                                                                        Propos recueillis par Nicole MARI

Écrire commentaire

Commentaires: 0