Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Corse rollers tour 2012 :  Chute sans gravité pour Aurélia Randazzo

Aurélia Randazzo, jeune niçoise partie mercredi dernier de Calvi pour réaliser le tour de Corse en rollers s’est fait une belle frayeur ce lundi en faisant une chute entre Ajaccio et Bonifacio.

«  J’étais bien dans mes rollers lorsque soudain il y a eu une petite pierre qui s’est glissée dans le roller et qui a bloqué une des roues. Heureusement, j’étais concentré et j’ai réussi à plus ou moins contrôler ma chute. J’ai eu un genou écorché. Pas question de m’apitoyer. Quelques soins, désinfection  de la plaie, un peu de cicalfate , pansement.  et c’était reparti » explique Aurélia, avant de revenir sur son étape de la veille à Propriano.

 «  A notre arrivée, on s’est rendu chez les pompiers de Propriano où l’on a reçu un très bon accueil. Nous avons discuté un long moment de mon défi et de l’action que je mène pour promouvoir le don du sang. Ensuite, faute d’hébergement j’ai dormi dans le camion d’assistance. Ce matin, j’ai pris la route. Au départ on avait prévu de faire Propriano – Sartène mais on s’est rapidement rendu compte que c’était un mauvais choix. Nous avons donc opté pour Porto-Vecchio.

«J’avoue que j’ai beaucoup souffert. Comme dans ce genre de défi, le moral  joue un rôle important. Et, c’est vrai qu’il y a des moments difficiles qu’il faut gérer. Alors, forcément quand ça ne va pas trop bien il faut prendre sur soi-même.

La montée vers Sartène n’a pas été facile. De plus il y avait de la circulation et la chaleur s’est faite sentir. Tout le long du parcours j’ai découvert des endroits de rêve comme par exemple le lion de Roccapina.

A Porto-Vecchio, on a a été reçu par l’ami Alain qui s’est mis en quatre pour nous. Il nous a présenté à des gens qui ont mis un appartement à notre disposition et il nous a concocté un petit programme de détente pour demain matin. Vers 4h30, des pêcheurs ont accepté de nous emmener avec eux à la pêche. Ensuite, à notre retour nous allons visiter la réserve naturelle de Pinarello.

L’après-midi, vers 15 heures, je rechausserai les rollers pour prendre la direction de Sartène.

Aujourd’hui, malgré les petits pépins, je suis contente d’avoir réussi à tenir ma moyenne de 65 km par jour ».

                                                                                                                 Jean-Paul LOTTIER

Écrire commentaire

Commentaires: 0