Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

L'AC Ajaccio se complique la tâche

Ilan a " touché "du bois
Ilan a " touché "du bois

Stadiu François-Coty

ACA 0 - Nancy 0

Arbitru : M. Viléo

Spetattori : Circa 7500

Tempu : Bellu ; Tarennu : Mediu

ACA : Ochoa, Diawara, Medjani, Poulard, Bouhours, Pierazzi (cap), André, Mostefa, Cavalli (Tibéri 70a), Sammaritano ( Kinkela 75a), Eduardo ( Ilan 26a).

Addestratori : O.Pantaloni

ASNL : N'Dy Assembé, Sami, Sané, André Luiz, Haidara, Puygrenier, Mollo (Bakar 61a), B.Traoré, Karaboué (Mangani 80a), Moukandjo ( Jo-Gook 72a), Niculae.

 Ent.: J. Fernandez

Malgré l’envie de prendre le match par le bon bout, les Acéistes ont finalement concédé le nul face à des Lorrains infaillibles en défense. Manquant par deux fois d’ouvrir le score, et se voyant refusé un but pourtant valable, les Ajacciens n’ont, par la suite, plus trouvé la clé  pour déstabiliser les Nancéiens. Un point du nul qui permet de sortir de la zone des reléguables, mais qui ne permet pas  encore de se rassurer sur le plan comptable. L’ACA est désormais 17e à une longueur de Sochaux, sévèrement battu par le PSG (6-1).

Encore, et toujours des regrets, à domicile. Bien entrés dans la rencontre et bien en jambes, après une semaine où le discours de remobilisation a fait foi, les acéistes n’ont fait illusion qu’une vingtaine de minute. En fait, jusqu’à ce qu’Eduardo, touché dans un choc aérien avec un défenseur, ne soit contraint de céder sa place à Ilan. Par la suite, les Oursons ont certes dominé, mais les vingt derniers mètres se sont à nouveau montrés inféconds, pour les attaquants ajacciens. En effet, malgré un bon nombre de situations et des tentatives intéressantes, l’ACA a encore pêché par manque de réalisme. De plus en plus inquiétant, surtout qu’il ne reste plus que deux rencontres à domicile.

 

Eduardo touché, Ilan touche du bois

Première occasion pour le brésilien à  la 30e seconde, mauvaise passe en retrait d’André Luiz, Eduardo suit bien, touche le ballon du bout du pied mais Ndy Assembé gagne son face-à-face. Timizzolu y a cru, et donne de la voix en ce début de match, sous un soleil printanier. Et l’ACA enchaîne, avec une tête de Cavalli sur un centre de Sammaritano, titularisé, mais ça passe à coté. Toujours bien en place en apparence, les Oursons craignent cependant les contres Nancéiens et se méfient de leur vitesse. Ils ne reculent pas pour autant, et continuent à aller de l’avant. 18e minute, Cavalli pique son ballon pour André, qui marque mais l’assistant le confond avec Pierazzi (si cela est possible), et donne hors-jeu. Le but était bien valable au vu du ralenti…

Puis Eduardo va sortir prématurément. Touché  au crâne dans un choc avec Haïdara, le brésilien est complètement sonné, et doit céder sa place à Ilan. Il sera par la suite soigné, et le coup lui vaudra tout de même quatre points de suture. L’ACA ne s’en remettra pas offensivement, et s’en remet donc aux coups-de-pieds arrêtés. Sur l’un d’eux Poulard manque sa tête (30e), alors que la passe de Cavalli était superbe.

Puis c’est au tour d’Ilan de se montrer dangereux. Sur son premier ballon dans la surface, après une belle action, le remplaçant d’Eduardo manque son tire face à Assembé, seul aux onze mètres… réaction des Lorrains par Traoré qui fait flamber Ochoa. Le match va alors baisser en rythme, puis avant la pause, le tournant du match, avec ce ballon de Cavalli qui lance Ilan, mais cette fois c’est la transversale qui sauve Nancy ! L’ACA n’est décidemment pas verni. L’ACA domine, mais n’est toujours pas réaliste. Les nancéiens procèdent en contre, et peinent à garder longtemps le ballon. La tactique semble fonctionner, mais est encore inefficace.

 

L’ACA s’essouffle, Nancy gère

Seconde période avec une belle action dès la 50e, Bouhours s’appuie sur Sammaritano, revient sur Cavalli, qui ne peut malheureusement pas tirer des vingt mètres, alors que la défense était bancale. Puis par la suite, les actions vont se raréfier, et les situations dangereusement vont l’être de moins en moins. L’ACA construit, mais ne parvient pas à finir ses actions. La faute à un manque de justesse dans les dernières passes. Rageant. Inquiétant. Plus inquiétés, les Lorrains vont alors réveiller les Ajacciens. Bakar oblige Memo Ochoa à la parade, sur un contre rondement mené (66e). Il reste un peu plus d’un quart d’heure et l’ACA semble émoussé, tant les forces les plus grandes ont été perdues en première mi-temps. Sammaritano croit avoir fait la différence à la 75e en partant dans le dos, mais le petit ailier rate son contrôle. Kinkela, demandé par tout le stade, va alors faire son entrée en jeu, sous les ovations de Timizzolu. Il sera le coup de « boost » pour ce dernier quart d’heure. Débordant d’énergie, il va faire mal au couloir gauche adverse prenant systématiquement son vis-à-vis de vitesse. Mais ses centres resteront imprécis. C’est donc Diawara qui est recherché, tantôt devant tantôt à droite. Sur un de ses centres, Bouhours place une tête qui vient mourir à quelques pas du poteau d’Assembé (83a). Rien à faire, l’ACA n’y est pas. Ce ne pas l’envie qui manque, mais plutôt la réussite et la lucidité. Pas encourageant, surtout que Niculae manque d’un rien le K-O à deux minutes du terme…

On en restera cependant sur ce nul qui n’arrange en rien l’ACA, qui joit cependant des défaites de Sochaux, Lorient, Dijon et Brest, mais qui n’en profite cependant pas. A un point du 18e, l’ACA devra au moins ramener le nul de Rennes afin de se faire pardonner cette nouvelle contre-performance à domicile.

                                                                                                                         Olivier CASTEL

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Roger GIORDANO (samedi, 28 avril 2012 11:36)

    Comme d'habitude, très bon et bel article d'Olivier ! Il est vrai que les acéistes doivent gaffe maintenant car mathématiquement, ils ne sont pas sauvés. Plus facile à dire qu'à faire de mettre les occasions au fond des filets, me direz-vous !! Parfois, il n'st pas évident de tout convertir en but les occases ! Je pense qu'il ne faut pas incriminé les joueurs car il ont fait de leur mieux et avec un peu plus de réussite, l' ACA, à l'image d'Ilan et de Eduardo ( à qui je souhaite un prompt rétablissement ), aurait pû l'emporter). En espérant que ce n'est que partie remise. Salut à tous les supporters de l'ACA et supporters corses !! ET FORZA AIACCIU pour que l'an prochain, il y ait deux équipes dans l'élite : U SPORTING BASTIA ET ACA ! Sans oublier évidemment le GAZELEC qui grimpe pianu, pianu ..... mais sûrement !