Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Explosion d'Ajaccio : Pour Patrick Strzoda " les institutions de l'Etat n'étaient pas visées"

" Même si cet attentat se situe à proximité de bâtiments publics, les institutions symboles de l’Etat que sont la préfecture, le commissariat et la banque de France n’étaient pas visés. L’emplacement et la puissance de la charge explosive ne permettaient pas d’atteindre ces bâtiments publics. En revanche les enquêteurs privilégient très clairement une piste privée et non institutionnelle " a souligné Patrick Strzoda, préfet de Corse-du-Sud.

 Patrick Strzoda préfet de Corse-du-Sud,  qui a reçu la presse dimanche à12h30, n’a pu donner d’éléments sur l’enquête et sur la victime, puisque ces informations relèvent du domaine du procureur de la République, qui attend la vérification des éléments en cours. Dès que ce dernier sera en possession de plus d’éléments complémentaires convoquera à son tour la presse et pour lui donner de plus amples détails. 

Cependant, l’attentat à l’explosif qui a eu lieu à 1h50, dimanche, et qui a très grièvement blessé un homme, qui est actuellement entre la vie et la mort, a été très fermement condamné par le préfet. Les dégâts sont considérables, véhicules, devantures et façades détruites, et les victimes humaines auraient pu être plus nombreuses. Même si cet attentat se situe à proximité de bâtiments publics, les institutions symboles de l’état que sont la préfecture, le commissariat et la banque de France n’étaient pas visés. L’emplacement et la puissance de la charge explosive ne permettaient pas d’atteindre ces bâtiments publics. En revanche les enquêteurs privilégient très clairement une piste privée et non institutionnelle. 

Le Préfet de Corse ajoutera que rien ne permet de faire le lien entre ce qui s’est passé la semaine dernière à la sous-préfecture de Corte et les évènements de cette nuit à Ajaccio. En effet, tous les bâtiments publics se situant dans le quartier ne pouvaient être visés puisque se situant hors d’atteinte du lieu de l'explosion. 

"Il n’en reste pas moins que le climat et le contexte restent violents tout autant  par mode opératoire que par le lieu où il s’est produit".

Patrick Strzoda a rappelé "que les forces de l’ordre seront davantage présentes" et "redéployées dans une logique de sécurisation sur la voie publique et sur l’ensemble de l’agglomération d’Ajaccio."

La charge ayant été placée dans un collecteur de déchets, la question des poubelles sera aussi abordée prochainement avec Simon Renucci, maire d’Ajaccio.
                                                                                                             Marilyne SANTI

Écrire commentaire

Commentaires: 0