Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Le SCB quitte Furiani : Les explications du club

Conférence de presse des dirigeants du Sporting  mercredi matin sur la pelouse de l’IGESA. Une fois n’est pas coutume Pierre-Marie Geronimi lit une déclaration préparée à l’avance sur laquelle est concentrée tout l’esprit de la manifestation de la matinée tout tourné sur le stade Armand-Cesari. Le président du Sporting a commencé par effectuer un retour en arrière pour rappeler le projet du SCB du mois de Juin.

 Un projet bâti autour de quatre points : image sportive, ambition sportive, communauté corse d’ici et du monde entier à associer au projet du club identitaire et des infrastructures performantes.
« Impossible d’imaginer le Sporting en Ligue 1 sans développer et rendre performants ces quatre points » a précisé Pierre-Marie Geronimi.
Sur les trois premiers points le SCB, c’est sûr, à une maîtrise totale.
Mais le quatrième demeure un problème.
« Emile Zuccarelli pense que garder la maîtrise du stade, financé par de l’argent public ; c’est rendre service à sa région et qu’à ce titre,il refuse un bail emphytéotique équivalent à un acte de propriété ».
« Nous répondons que ce refus constitue un frein majeur aux projets, ambitieux, que nous poursuivons. Cette décision est grave et inconsciente des répercussions sur l’avenir du club » a souligné Pierre-Marie Geronimi.
Et de poursuivre : « Pour étayer notre demande et la nécessité d’obtenir un  bail emphytéotique nous vous rappelons que le centre Igesa le bail emphytéotique de18 ans va nous permettre de doubler les surfaces construites et améliorer les conditions d’entraînement des pros et ces investissements seront entièrement financés par le SCB et non pas par de l’argent public. »
Deux questions à la CAB
Pierre-Marie Geronimi a poursuivi en posant deux questions à la communauté d’agglomération de Bastia.
«  Pourquoi dépenser un centime de l’argent public pour construire un stade de niveau 1et couper l’herbe sous les pieds du club susceptible de l’occuper ?
Quelest l’intérêt de la CAB de conserver la maîtrise  des projets d’un stade sans connaissance et sans avoir manifesté le moindre intérêt pour les besoins indispensables dont nous sommes « demandeurs » pour faire face à la Ligue 1 qui se profile ? 
»
Pour les dirigeants du Sporting le besoin de maîtriser cet outil de travail qu’est Armand-Cesari est incontestable. Le faire passer d’un stade comme on les bâtissait dans les  « années 80 avec quatre tribunes et des sièges » à un stade de L1  d’aujourd’hui l’est également pour les dirigeants qui ont énuméré une liste de travaux qui ne « peuvent être réalisés qu’à la condition d’avoir un bail emphytéotique, «complètement écarté par la CAB » .
Dans la foulée les dirigeants bastiais soulignaient encore qu’ils n’avaient en aucun cas et pour aucune décision, été consultés par la CAB pour les travaux réalisés à ce jour et en cours alors que nous sommes utilisateurs des infrastructures et au fait des exigences de la LFP.
« On quitte le stade »
Conclusion de Pierre-Marie Geronimi et des dirigeants du Sporting : « En l’état actuel et face à la position de la CAB, il nous est impossible d’entretenir un stade d’ja vétuste et inadapté, sans contrepartie.
« C’est pour cela que nous avons décidé de quitter le stade Armand-Cesari et demandons à la CAB un devis à la location du stade pour les rencontres selon le calendrier pour lequel le SCB est engagé.
« Nous déléguons à la CAB l’entretien du stade dans l’enceinte intérieure et les abords. Nous l’invitons à se rapprocher encore plus de la LFP pour être en conformité avec la réglementation et à s’activer car les échéances sont proches.
 Le Sporting est une entreprise qui doit prévoir et anticiper son développement. »
Le ballon est donc retourné dans le camp de la CAB.
Au Sporting on dit, aujourd‘hui, attendre sereinement les semaines à venir… Mais ça bouge, déja, autour du club.

L'appel des supporters du CSB

U Cullettivu di i Sustenitori Bastiacci appelle tous les supporters du Sporting à répondre en masse à l'appel du club au rassemblement ce Jeudi 5 Avril, dans la tribune Sud (partie basse) du Stade Armand-Cesari à partir de 18 h 30, afin d'évoquer tous ensemble les suites de la grave décision prise de quitter les locaux de Furiani au mois de Mai prochain. 
Face à l'autisme et au mépris permanent de la Communauté d'Agglomération Bastiaise, le club se trouve aujourd'hui à un carrefour important qui va conditionner son développement futur. L'heure est donc plus que jamais à l'unité et à la mobilisation de toutes les composantes de la famille du Sporting. La présence de tous les supporters qui le peuvent est une fois encore, indispensable.
 
IN FURIANI SIMU TUTTI IN CASA NOSTRA !
 
Tutt'in Furiani !

Écrire commentaire

Commentaires: 0