Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Corsica Libera préconise un tourisme culturel autour de Napoléon et Paoli

Les élus et les candidats aux législatives de Corsica Libera ont présenté, jeudi, à l’Hôtel de Région, leur programme de développement du tourisme culturel pour la Corse qui sera bientôt soumis à l’Assemblée Territoriale et à l’Agence du Tourisme. En tête d’affiche Napoléon Bonaparte qui, bien qu’il ne représente pas U Babbu di a Patria, pour le mouvement nationaliste, reste un atout majeur à exploiter pour développer le tourisme en Corse, tant sa réputation à l’extérieur de l’île est grande.

Se réapproprier l’image de Napoléon dira Jean-Guy Talamoni, permettra de mieux faire connaître la Révolution Corse du XVIIème et Pasquale Paoli vrai héros de la Corse, et pourtant méconnu, voire inconnu, y compris dans les villes américaines dont les noms témoignent de son parcours politique.

Si Napoléon s’est à un moment donné, détourné de la Corse et des Corses, Bonaparte fut à 20 ans patriote et indépendantiste et l’admiration qu’il a eu pour Pascal Paoli lui à fait gagner de la légitimité au sein de Corsica Libera. D’autant plus que Napoléon Bonaparte fait pleinement partie de l’histoire de la Corse et qu’il fut un enfant de la révolution corse avant d’être le produit de la révolution française.

Si certaines régions utilise déjà l’épopée Napoléonienne - l’île d’Elbe, Cadenet dans le Luberon d’où est originaire le tambour d’Arcole, et le projet de parc à thème de Montereau -, seule, la Corse persiste à ignorer l’Empereur qui est sa patrie d’origine.

Tout en respectant et valorisant les lieux et monuments déjà existants, Corsica Libera propose d’envisager la création d’un certain nombre de structures et d’équipements. A savoir, deux instituts universitaires jumelés : un d’études napoléoniennes et l’autre axé sur les études paoliniennes et révolutionnaires corses. Une bibliothèque-médiathèque napoléonienne reliée à la bibliothèque de Corse prévue par la CTC, et à la médiathèque de l’université de Corse. Enfin, un Musée Napoléon lié à un musée d’Histoire de la Corse et un parc à thème.
Mais pas question de faire de Napoléon un second Babbu di a Patria, ni même de réduire le toursime culturel aux seules figures de Napoléon et de Pasquale Paoli.

Corsica Libera estime que l'Empereur fait partie de " notre patrimoine et qu'il convient de nous rapproprier un personnage essentiel  de l'histoire de la Corse et de l'histoire du monde pour en faire l'une des portes d’entrée particulièrement attractive, sur l’ensemble de la culture corse et s’intégrera dans les domaines artistique, historiques, architectural et archéologique, patrimoine immatériel, chants, produits identitaires)" qui permettra un tourisme culturel diversifié.
                                                                                                              Marilyne SANTI

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    U Palatinu (vendredi, 30 mars 2012 15:00)

    ???????????????????????

  • #2

    U Palatinu (vendredi, 30 mars 2012 16:55)

    Historiquement, Napoléon Bonaparte fut un dictateur, qui instaura un pouvoir personnel très autocratique, et qui pour satisfaire sa volonté personnelle, fit la guerre à l’Europe entière. Cet « esprit brillant » était ouvertement partisan de l’esclavage, et assez ouvertement raciste, considérant que les hommes ne sont pas tous égaux entre eux. Il fut l’auteur de nombreux massacres à l’encontre de ceux qui s’opposaient à lui, ou qui simplement résistaient à l’invasion de leurs pays. Sa conscription obligatoire détruisit littéralement toute une génération de jeunes hommes, enrôlés de force dans ses guerres assassines.
    Je tenais également à m’adresser aux Français qui aujourd’hui l’admire, pour leur révéler qu’il s’agissait d’un personnage qui fit beaucoup de morts, instaura un système dont eux-mêmes ne voudraient pas aujourd’hui, et qui, entre la conscription obligatoire et l''interdiction de critiquer, ne brilla guère pour son humanisme.
    Il causa, directement ou indirectement, la mort de plus d’un million de personnes.
    En Corse, il mandata le général Morand comme proconsul. Celui-ci, un monstre avide de sang, fut d’une telle sauvagerie qu’il se vanta a posteriori d’avoir fait tué au moins un Corse par jour. Il faisait subir de réelles abominations aux rebelles qui continuaient d’espérer en une Corse indépendante, ou tout au moins, libre. Le pire fut très certainement la déportation de tous les hommes du petit village d’Isulaccia di Fiumorbu, entre 15 et 80 ans dans des geôles obscures pour les punir de leur honneur de résistants ! Pas un seul n’en réchappa ! Ce fut là un drame digne du nazisme, car Napoléon Bonaparte ne vaut pas mieux que les nazis. Morand avait tellement marqué les esprits que son nom est à tout jamais dans l’esprit des Corses synonyme de l’injustice et de la cruauté.
    Aussi, quand je vois aujourd’hui, chez beaucoup de Corses, une véritable idolâtrie à l’égard de ce monstre sanguinaire ; quand je vois toutes les statues de cet immonde bourreau qu’était Napoléon Bonaparte, il nait en moi un sentiment de révolte et d’injustice. Comment un peuple peut il être à ce point amnésique ? Comment peut-on tolérer une telle vénération pour un tel ogre ? C’est un peu comme si l’Allemagne d’aujourd’hui vénérait Hitler !
    Un sentiment de lassitude et de révolte m’habite face à la vénération exacerbée que ressentent encore trop de Corses à l’égard de ce personnage.

  • #3

    U Palatinu (vendredi, 30 mars 2012 16:57)

    Bon...
    J'avoue que ce n'est que le copié-collé d'un de mes anciens textes, mais il est toujours d'actualité.

  • #4

    U Palatinu (vendredi, 30 mars 2012 17:07)

    Je n'ajoute plus rien. Je risquerais de perdre mon calme.

  • #5

    U Palatinu (dimanche, 01 avril 2012 09:02)

    Ùn sò micca intullerante. Sò solu eiu, è vogliu esse d'accunsentu incù mè stessu solu. Sò propiu un omu di pace è d'apertura, è preferisceria da veru ch'e Corsica Libera rendessi ommagiu à Martin Luther King (per esempiu), piuttostu ch'e à Napoléon Premier.
    Senza scurdàssi di tutte e personne di talentu ch'e avemu ind'è noi !

  • #6

    Culunellu di Vinciguerra (dimanche, 15 avril 2012 09:29)

    O Palatì, pianta appena chì t'ai da fà un attacca d'appoplessia...

  • #7

    Castellani-Léandri (mercredi, 26 septembre 2012 11:54)

    Pour _info
    BN