Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Grève de la faim : Guy Orsoni hospitalisé à Grasse

On l'a appris au moment où à l'assemblée de Corse une manifestation silencieuse (voir par ailleurs) qui n'a pas perturbé le fonctionnement de l'institution rappelait le mouvement de grève de la faim qu'il à entamé : Guy Orsoni, mis en examen dans trois dossiers criminels dans lesquels il clame son innocence et en grève de la faim depuis 37 jours, a été transféré de sa cellule de la prison de Grasse (Alpes-Maritimes) à l'hôpital de cette ville, a annoncé, jeudi, l'un des ses avocats.

"Guy Orsoni a été hospitalisé jeudi ou mercredi à Grasse", a déclaré Me Paul Sollacaro, qui s'était rendu à la maison d'arrêt pour rendre visite à son client. Il a été informé par les surveillants de ce transfèrement à son arrivée, sans plus de précision.
Après avoir vu Guy Orsoni, 27 ans, "très affaibli" la semaine dernière, Me Sollacaro avait dit que "l'hospitalisation était imminente", mais que son client "demeurait déterminé à continuer sa grève de la faim".
Sa famille a indiqué jeudi qu'il avait été victime d'un malaise et qu'elle craignait désormais pour sa vie. "Il a perdu 19 kilos, soit un quart de son poids, et son état de santé décline dangereusement", a-t-elle précisé dans un communiqué.
Guy Orsoni a cessé de s'alimenter le 13 février pour dénoncer les conditions d'instruction, par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille, des affaires le concernant.
Interpellé le 11 mars 2011 à Madrid après un an et demi de fuite, Guy Orsoni, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été mis en examen le 15 avril 2011 pour "assassinats en bande organisée et association de malfaiteurs" dans le cadre de quatre assassinats, dont un double homicide, commis à Ajaccio et dans ses environs en 2009. Remis en liberté pour le double homicide, il reste détenu pour les deux autres assassinats.
En Corse et son père, Alain, est également en grève de la faim depuis 31 jours, rejoint par deux proches de la famille depuis 23 et 18 jours.

Écrire commentaire

Commentaires: 0