Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Montpellier éliminé à François-Coty : Extraordinaire GFCOA !

Stade François-Coty

GFCOA : 1 Montpellier :  0 (Mi-temps : 0-0)
But : Bocognano (75e)

Arbitre : M. Gautier

Spectateurs : 4 688

GFCOA :
Rastello, Bocognano, Rachidi, Filippi, Poletti, Collinet, Dufau, Poggi, Colloredo, Seymand , Verdier, (Boesso, Benyaha, Maisonneuve, Gbizie, Snapi, Romey, Maury)
Montpellier :
Pionnier, Jeunechamp, Yangambiwa, El Katouari, Bedimo N’Same, Marveaux, Pitau, Cabella, Camara, Giroud, Ait Fana, (Bocaly, Dabo, Saihi, Belhanda, Utaka, Lacombe, Jourdren)

Ce n’est pas parce qu’il avait quitté son Mezzavia mythique que le GFCOA avait laissé ses qualités qui lui ont valu de faire le parcours que l’on sait en Coupe de France aux vestiaires.
Bien au contraire.
Au cours de la première période les hommes de Dominique Veilex n’ont eu qu’un seul objectif : bousculer cette équipe de Montpellier hiérarchiquement supérieure et précédée de sa réputation de dauphin du PSG.
Mais à la pause en repassant le film du match on avait du mal à trouver des périodes au cours desquelles les héraultais ont justifié cette réputation.
Est ce parce que le GFCOA avait entamé, comme à son habitude, le match tambour battant à l’image d’un Louis Poggi au four et au moulin et prompt à rebondir chaque fois dans le camp adverse ?
Il est certain qu’à ce jeu de la volonté, de l’engagement et du « mental » qui animent les ajacciens depuis plusieurs semaines Montpellier, qui fort de son rang avait visiblement du mal à retrousser les manches, ne pouvait opposer que très parcimonieusement sa technique. En tout cas lorsque M. Gautier siffla pause le GFCOA, nul ne pouvait le contester à Timizzolu, menait très nettement aux points !
Et cela ne changeait pas à la reprise.
L’engagement, la volonté et le ballon étaient toujours ajacciens et Montpellier, même en jouant plus haut mais incapable d’organiser son jeu, ne parvenait à se défaire de l’emprise des partenaires de Dominique Poggi toujours les plus prompts à porter le danger et à se créer les meilleures occasions à l’image de Dufau et Verdier qui vers l’heure de jeu avaient deux belles opportunités d’envoyer Montpellier en enfer.
Mais ce n’était que partie remise. 
A moins de quinze minutes de la fin le GFCOA était récompensé de ses extraordinaires efforts. Au terme de deux corners consécutifs Yohann Bocognano faisait, enfin plier Pionnier et Montpellier.
GFCOA, GFCOA, GFCOAAAA, Timizzolu, mais oui, pouvait chanter !

En effet, à moins d’un effondrement spectaculaire des locaux, on ne voyait pas comment Montpellier pouvait revenir à la hauteur de son adversaire et encore moins le dépasser !
D’autant que le montant droit de Rastello se rangeait lui aussi du côté ajaccien sur un coup-franc héraultais.
Dès lors, même avec cinq minutes de temps additionnel, rien n’empêchait le GFCOA de rejoindre le dernier carré de la coupe de France.
Une coupe de France qui soit dit en passant était déjà à Timmizolu mercredi après-midi bien cachée sous le chapiteau que Crédit Agricole avait dressé à l’attention de ses invités !

                                                                                                             Charles MONTI

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Roger GIORDANO (lundi, 16 avril 2012 18:12)

    Tout d'abord, FELICITATIONS !! Vous avez joué jusqu au bout et c est cela qui compte ! Comme on dit dans le jargon footballistique : VOUS AVEZ MOUILLE LE MAILLOT ! BRAVO !!!

    Je pense que toute la Corse peut être fier de vous !

    Continuez !!! De tout mon coeur, je souhaite une montée aux niveaux supérieurs ( au pluriel )!

    Salut aux supporters du GAZ....

    Roger de Corté !!!!