Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Les centrales de Lucciana et de Basteliccia au cœur des débats du Ceac

Le  CEAC (Conseil de l'énergie, de l'air et du climat de Corse),  organe  de  concertation  réunissant  tous  les  acteurs  concernés  par  les problématiques de l’énergie, de l’air et du climat, s’est réuni mercredi dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse. A cette occasion et sous la présidence de Maria Guidicelli, conseillère exécutive en charge  de  l’Energie,  les  membres  du  conseil  ont examiné l’état d’avancement de l’alimentation de la centrale de Lucciana, la démarche d’élaboration du schéma régional climat Air Energie (SRCAE) et du plan climat Energie Territorial (PCET), et il a été constitué le Comité Technique chargé de conduire l’ensemble des travaux nécessaires à l’élaboration du SRCAE et du PCET et des groupes de travail qui le composent.

Il a été beaucoup question de la centrale de Luciana. Maria Guidicelli, confirmera que cette centrale pourra être alimentée en gaz naturel dès 2018. Celle de l’arrière-pays ajaccien pourra, une fois construite, en bénéficier.

Sur l’intervalle 2013-2018, la question du choix du fioul léger ou lourd fait débat aujourd’hui. La position du conseil exécutif est claire sur trois points : tout d’abord la création d’une seule barge et non de deux qui sera positionnée au large de la Corse, considérant qu’une barge est bien une usine et non un navire, ensuite l’alimentation de la centrale de Luciana en fioul léger durant la phase transitoire, et la question du surcoût qui en découlera, et qui devra nécessiter d’une prise en charge locale du service public de l’électricité.
Des décisions importantes
Patrick Strzoda, préfet de Corse soulignera l’importance des décisions à venir qui devront être " pesées et soupesées ", car elle auront un impact environnemental, de santé publique et représenteront un coût important.
A ce jour, l’alimentation électrique de la Corse implique le renouvellement des deux centrales : Lucciana dont les travaux sont en cours et Ajaccio. Pour cette dernière, un site a été identifiée sur la commune de Bastelicaccia et elle pourrait être mise en service fin 2017, début 2018 et fonctionnera au gaz naturel dès son démarrage.
Pour cela deux solutions, soit chaque centrale sera alimentée en gaz naturel par une liaison maritime dédiée avec une barge de stockage (coût total 400 ME), soit, ne sera utilisé qu’une seule barge, plus importante près de la centrale de Luciana, qui alimentera un gazoduc qui reliera les deux centrales (500 ME).
Enjeux économiques aussi
Les enjeux sont aussi économiques dans le choix du fioul léger ou lourd dont le surcoût se montera à 25 ME/an sur 4 ans pendant la période d’intervalle. Le fioul léger implique lui, un niveau supérieur de sécurité industriel du site car il est directement inflammable.
Patrick Strzoda dit ne pas savoir quel choix sera fait, mais qu’il sera annoncé très prochainement par une autorité supérieure, " le Gouvernement ayant tous les arguments pour trancher sur cette question très importante pour la Corse."
                                                                                                                               M. S.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    mattei francis (samedi, 17 mars 2012 18:58)

    Cela fait déjà longtemps que le problème de la centrale du Vazzio ou de Lucciana devrait etre réglé. Quelque soit le gouvernement en place il avait éte alerté par la population corse et par les élus locaux, du problème présenter par ses deux centrales. Et l'état a travers son préfet Patrick Strzoda, continue a jouer la montre. L'échéance présidentielle va de nouveau retarder ce qui aurait du etre fait depuis longtemps, a savoir rendre ces deux centrales moins nocives pour l'environnement et surtout pour la population. Une population sacrifiée au non de la rentabilité et du cout. Car le vraie souci est là. Mais le préfet n'est que le représentant d'un gouvernement qui a ne prend pas ces responsabilités.Et ces belles paroles s'envoleront apres les élections. Certains me trouveront defetiste voir pessimiste, mais d'autre qui connaisse le passé me trouveront réaliste. L'avenir nous le diras !!