Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Un Sporting taille " patron " à Lens

Stade Felix-Bollaert de Lens
RC Lens 1 - 3:  SC Bastia : (0 – 0 mt)
Arbitre : M. Turpin assisté de MM. Stien et Danos
Délégué : M. Thevot
Buts : El Azzouzi (47e), Rothen (55e sp) et Maoulida (57e) pour Bastia. Koita (67e) pour Lens
RC Lens :
Fabre, Bergdich, Queudrue, Yahia (cap), Rémy, Baal, Toudic, Kondogbia, Sow, Maurice, Koita
SC Bastia :
Novaes, Angoula, Mary, Sans, Harek, Choplin, Rothen (cap), Genest, Maoulida, El Azzouzi, Khazri

« La patron de la Ligue 2 c’est Bastia ! ». Cette phrase émane du commentateur de la rencontre de la chaine Eurosport Jean-Luc Arribart. Cette victoire acquise dans le Nord sur le score de 3-1, permet, en effet, aux Bastiais de rester plus que jamais leaders, mais aussi de faire un très grand pas vers l’accession en Ligue 1, puisque le 4e Troyes accuse désormais un retard de dix points sur les Corses.
C’est dans une ambiance chaude et bouillante en tribune mais fraîche et brumeuse au-dessus du stade Felix-Bollaert que ce match tant attendu entre Lensois et Bastiais débutait.

Et très vite, les Nordistes qui voulaient faire de ce match un tremplin pour continuer à rêver à un possible retour pour la lutte à la montée en Ligue 1, prenaient à la gorge des Bastiais « attentifs ».

Alors que Choplin adressait une mine que le défenseur Yahia détournait de la jambe, les Lensois partaient en contre. Parfaitement lancé dans la profondeur par Bergdich, Kondogbia combine avec Koita dans la surface. Ce dernier, à dix mètres, légèrement décalé à gauche, prenait en défaut le gardien insulaire, mais voyait le ballon passer au… ras du poteau opposé.

Peu après le premier quart d’heure de jeu, les Bastiais faisaient face à un premier coup dur. Touché au genou Sans devait céder sa place à Thauvin. Ce qui obligeait Hantz à réorganiser son équipe. Choplin titularisé en numéro six, retrouvait sa place habituelle en défense centrale. Passé ce changement, les insulaires se créaient une belle occasion sur un coup-franc. Très légèrement décalé à gauche, la frappe de Khazri s’en allait mourir directement dans les gants de Fabre.
Juste avant la demi-heure de jeu, c’était au tour des Lensois de se signaler sur un coup de pied arrêté. Sur un  décalage de Kondogba, Toudic armait une frappe flottante que Novaes, sous sa transversale, dévie en corner. Corner qui ne donnait rien. On entrait dans les cinq dernières minutes et le Sporting tentaient d’apporter de nouveau le danger devant le but de Fabre. El Azzouzi pivotait aux seize mètres et adressait une frappe puissante mais qui ne trouvait pas le cadre mais durant les derniers instants de la première période, le Sporting, signe annonciateur de la suite, prenait petit à petit l'ascendant sur l’équipe Lensoise.

Le retour des vestiaires le confirmait !
La tête de El Azzouzi

Dès l’entame, le Sporting ouvrait le score sur un corner tiré par Rothen. Le ballon lobait Kondogbia au premier poteau et devant le but, El Azzouzi se jettait, avec Maoulida, devant Yahia et marquait à bout portant de la tête .

Lens, ceuilli à froid, mettait un premier genou à gterre.
Mais les Bastiais n’allaient pas s’arrêter en si bon chemin. Sept minutes plus tard, les bleus amorcaient un nouveau contre qui se concluait par une percée de Maoulida stoppée de manière irrégulière à l'entrée de la surface par un tacle de Bergdich. L’arbitre n’hésitait pas et accordait justement un penalty, avec un avertissement en prime contre un Lensois, que Jérôme Rothen ne se privait pas de transformer.

Deux à zéro, le scénario était parfait pour le Sporting.
Et ce n'était pas fini puisque deux minutes plus tard, le SCB obtenait un nouveau corner , le ballon revenait dans les pieds de Rothen qui centrat,  El Azzouzi prolongeait pour Maoulida qui reprenait victorieusement de volée à quinze mètres et trompait Fabre pour la troisième fois de la soirée ! Trois à zéro, la messe était dite !
Le but de Koita ne changeait rien à l'affaire.
qui place le ballon hors de portée de Novaes.
Le Sporting fort de son avance gérait parfaitement la suite des événements malgré de petits incidents venant des tribunes avec des jets de briquets et de fumigènes sur la pelousequi ont contraint l'arbire à arrêter un temps le jeu.
Le Sporting réalisait donc un bel exploit : outre celui de devenir le "patron" de cette Ligue 2, il a effacé 33 ans d'insuccès en Artois où sa dernière victoire remontait, ainsi que vous l'indiquait Corse Net Infos, à la saison de l'épopée européenne de 1978 !
                                                                                                           André CARLI

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    seb (lundi, 12 mars 2012 23:51)

    Un seul mot EXCEPTIONNEL