Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Bastia XV privé de cinquantenaire sur la place Saint-Nicolas !

Bastia XV préparait depuis quelques semaines déjà une belle et grande fête pour célébrer le cinquantenaire de l'avènement du rugby à Bastia. Une soirée au cours de laquelle, place Saint-Nicolas de Bastia, l'histoire du ballon ovale bastiais aurait été racontée sous des formes diverses. Où l'on aurait célébré l'amitié entre toutes les générations qui se sont succédée depuis 1962. Où l'on aurait pu faire la fête comme on l'a fait une fois tous les cinquante ans. Mais la grande et belle place de Bastia ne vivra jamais ça…

La faute à un arrêté… municipal qui somme toutes les manifestations, se déroulant sur l'esplanade, de la mettre en sourdine dès 23 heures et de plier bagages à minuit !
Le problème c'est que les dirigeants de Bastia XV n'ont été mis au courant de la chose qu'il y a quelques jours.

Alors adieu animations, chapiteau, expos, diaporama, repas, fête, invités etc.
" Il nous aurait fallu investir près de 30 000 euros pour rentrer dans nos pénates quelques heures seulement après le début de la fête. Même pour une cérémonie de cinquantenaire cela aurait fait beaucoup pour pas grand chose" affirmaient en chœur et à l'unisson Michel Guillaumin et Alain Del Moro mardi matin.
On ne peut pas leur donner tort.
L'amertume était donc grande à l'heure de jeter (provisoirement) l'éponge.
Mais si les cérémonies du cinquantenaire prévues sur la place Saint-Nicolas n'auront lieu ni à la date ni à l'endroit prévus, elles ne sont pas pour autant annulées. Elles sont plus simplement reportées sur le territoire d'une commune voisine celle de Biguglia en l'occurrence, où est situé le stade du Casone.
"Nous reportons le tout chez nous. Nous ferons la fête après la fin du championnat à une date qui reste à déterminer."
Le rugby, ce mal aimé !
De quoi ulcérer Michel Guillaumin qui ne mâche pas ses mots quand il s'agit de commenter le sort qui est fait au rugby à Bastia.
"On ne veut pas de nous c'est sûr. Il n'est que de voir où nous en sommes 50 ans après".

Sans remonter jusque-là Alain Del Moro rappelle toutes les promesses faites et jamais tenues pour Volpajo, celles envisagées pour le transfert d'une partie des infrastructures du Casone à Volpajo etc.
Et de citer le projet d'aménagement de ce même stade de Volpajo estimé à un peu de 1 million d'euros qui, faute de moyens, n'a cependant jamais franchi le stade du projet à la communauté d'agglomération de Bastia.
"Le club qui est le seul à disputer une compétition nationale, compte aujourd'hui près de 300 licenciés. Avec ses deux équipes séniors, ses juniors, ses cadets ses moins de 15, 11, 9 et 7 ans, il mérite un meilleur sort que celui qui lui est réservé",  commente, las des mille et une promesses faites et jamais tenues, Alain Del Moro.

"Devrons-nous créer une association de supporters Bastia 1962 pour être un jour entendus ? " interroge le président bastiais.
A Bastia XV, c'est évident, la colère monte.
En cette année de cinquantenaire on aurait pu espérer mieux, non ?

S'il est vrai que la fête perdra un peu de son charme en s'exilant du centre-ville et en situant de quelques semaines au-delà de la date officielle de la création du Rugby club bastiais en 1962, la grande famille du rugby qui a toujours su le faire, saura encore rebondir.
Mais sans rien oublier de toutes ces péripéties qui, au fil des ans, ont freiné, comme à dessein, son développement !

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    figarella (mercredi, 07 mars 2012 10:39)

    bastia vous veux pas , et bien rester a biguglia et changer pour un biguglia XV .faut faire la pute.j ai eu aussi la responsabilité d un club (autre sport) et j ai fait cette démarche .

  • #2

    takhlouft fatima (vendredi, 08 juin 2012 16:34)

    je veu un formation apprendre cuisiner en vite le moin juin et juillet adresse maison battesti 20240 ghisonaccia gare