Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Balagne : La Figarella au secours du barrage de Codole

Le barrage de Codole est loin de son taux de remplissage habituel
Le barrage de Codole est loin de son taux de remplissage habituel

Le 11 janvier dernier, Corse Net Infos  titrait «  La Balagne en situation de…. Sécheresse modérée ». Depuis, il y a bien eu cet épisode neigeux dont on a tant parlé, mais peu, très peu de pluie. Au barrage de Codole, c’est tout juste si le niveau de l’eau est monté.

Rappelons que les ressources du barrage de Codole d’une capacité de 6,5 m³ permettent l’irrigation de l’ensemble des cinq bassins agricoles de Balagne : vallée de l’Ostriconi, plaine du Réginu, bassin de l’Ile-Rousse, plaine d’Aregno, et plaine de Calvi, ainsi que la fourniture en eau brute destinée à la station de traitement de Calvi.
La capacité du barrage de Codole est suffisante pour faire face aux besoins estivaux à moyen terme de la Balagne, à condition bien entendu  qu’il soit plein au mois de mai, ce qui n’est pas le cas en l’état.
«  Au fil des années on a pu observer une tendance à la baisse des précipitations, et à un accroissement de leur irrégularité sur le bassin versant du Régino. La moyenne des apports observés dans le barrage de Codole d’octobre à octobre s’élève depuis 1999-2000 à 3 Millions de m³ et ils ont atteint 900 000 m³ en 2006-2007.
De plus le barrage peut être vide en octobre à la fin de la saison d’irrigation, notamment pour des raisons réglementaires (visite de sécurité décennale précédée d’une vidange totale, travaux de maintenance). Il s’avère donc indispensable d’assurer un remplissage complémentaire du barrage. C’est pourquoi il existe le projet de nouvelle prise sur la Figarella, ainsi que des canalisations et ouvrages complémentaires nécessaires » précise un technicien de l’OEHC.
Un projet de 8,5 M€ HT
La solution, l’Office d’équipement hydraulique de la Corse, l’a peut-être trouvée avec la mise en place d’un remplissage complémentaire du barrage avec la réalisation d’une prise sur la rivière de la Figarella.
Ce projet qui a reçu le feu vert de la Collectivité territoriale de Corse est actuellement en cours de réalisation.
C’est un chantier très important. L’opération globale consiste en la réalisation d’une prise d’eau capable d’entonner 650 l/s comportant notamment quelques 230 m3 de béton armé, des enrochements et des équipements hydromécaniques,
Il y aura aussi un réservoir de 500 m³ en béton armé avec un revêtement partiel en pierres du pays, jouant le rôle d’ouvrage de dessablage et de mise en charge,
Le chantier sera complété par la fourniture et pose de 3,75 kilomètres de canalisation en fonte DN 700 mm et équipements connexes et la fourniture et la pose de 11,75 kilomètres de canalisations en fonte DN 600 mm et des équipements connexes.
Au total, c’est donc une quinzaine de kilomètres de canalisations qui va traverser la Balagne de Bonifato à Codole.
Les entreprises adjudicataires du marché mettent tout en œuvre pour mener à terme ce chantier.
A l’automne 2012
Ce projet important, mené sous maîtrise d’ouvrage de la CTC, d’un montant de 8.5 M € HT longtemps retardé par des procédures administratives complexes, est actuellement en cours de réalisation. Les travaux devront totalement être terminés  pour l’automne 2012 selon les prévisions de l’office Hydraulique. Il a été dimensionné afin de pouvoir supporter à terme des extensions pour diversifier les sources d’approvisionnement.
Une prise provisoire opérationnelle avant la saison estivale.
Compte tenu du niveau de la pluviométrie déficitaire depuis quelques mois en Balagne, et en vue de faire face aux problèmes qui pourraient apparaître cet été, en cas d’insuffisance également au printemps, l’OEHC a d’ores et déjà mis en œuvre un certain nombre de mesures afin de réaliser une prise provisoire, opérationnelle avant la saison, et permettre ainsi à la Figarella de contribuer à l’alimentation du réseau, à hauteur d’environ 20 000 m³/jour.

Les quantités d’eau ainsi apportées, permettront tout à la fois d’alimenter une partie des usagers, de participer au remplissage du barrage et de renforcer le suivi au quotidien de la gestion opérationnelle, afin de réduire les fuites au minimum, en intervenant au plus vite sur tout incident (casse, équipement défaillant…) et en  accroissant la fréquence des contrôles de consommations.
                               Texte et Photos Jean-Paul LOTTIER

Une accélération du schéma hydraulique

L’Office Hydraulique sous l’impulsion de sa présidente, Emmanuelle de Gentili, soutenue par la Collectivité territoriale de Corse, a entamé dès le début 2011 une accélération du Schéma Hydraulique de la Corse en multipliant les projets d’aménagement et en augmentant son budget d’investissement. Un zoom particulier est mis aujourd’hui sur la Balagne pour prendre en compte les besoins, qu’il s’agisse de la sécurisation, des approvisionnements, de l’amélioration des ressources ou de la prévision de nouvelles réserves inter saisonnières.
Ce travail s’accompagne d’une réflexion sur des mesures préventives pour anticiper les contraintes d’une sécheresse potentielle en 2012.
Cette première étape importante s’inscrit dans une politique plus globale d’analyse de la situation hydrique de la Corse en prévision des années à venir, à travers la prise en compte de trois aspects : la création de nouvelles ressources et de nouveaux points d’approvisionnements, l’amélioration

des rendements par une accélération de la mise à niveau des installations existantes ayant pour conséquence directe, un meilleur rendement pour l’OEHC et une prise en compte du développement durable grâce à l’économie de la ressource et ce dans tous les projets du territoire, et enfin en cas de grande pénurie, une politique de restriction dans les situations d’urgence, exceptionnelles et non gérables par les investissements et les projets en cours.
« Bien entendu cette dernière solution n’est qu’une solution palliative que nous traitons en espérant ne jamais avoir à l’utiliser » souligne Emmanuelle de Gentili.
On reparle d’une prise à Sambuccu
A l’occasion d’une visite sur place Paul Giacobbi, président de l’Exécutif de orse  a évoqué avec Pierre Gudoni et Pierre Mancini la possibilité de réactualiser un projet de l’OEHC : la prise dite de Sambuccu qui a déjà fait l’objet d’une étude préliminaire, et qui assurerait une diversification d’approvisionnement du barrage.


Écrire commentaire

Commentaires: 0