Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

« Tito » Franceschini-Pietri : un grand serviteur de la couronne impériale

Le jour de la Saint-Valentin, dans la salle du restaurant ‘La Punta » à Calvi, Jean-Christophe Orticoni, Marquis de Massa a donné à l’invitation du Lions club « La Balagne », une conférence consacrée à Jean-Baptiste Franceschini-Pietri dit « Tito » Né à Monticello en 1834, décédé en 1915, « Tito » Franceschini-Pietri fut auditeur au conseil d’Etat, secrétaire particulier de Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie, exécuteur testamentaire du Prince Impérial, conseiller général de L’Ile-Rousse…

Historien et généalogiste, ancien élève de l’école du Louvre, correspondant du ministère de la Défense, Jean-Christophe Orticoni de Massa est également conseiller municipal de L’Ile-Rousse, en charge du protocole, des cérémonies et de la communication.
Homme élégant et distingué, passionné d’histoire, auteur du Nouvel Armorial Corse (Jeanne Lafitte, 1992), le Marquis de Massa est un spécialiste de l’histoire diplomatique et du protocole.
«  C’est ma deuxième intervention au bénéfice du Lions club « La Balagne ». La première fois c’était sous la présidence de Mme Françoise Sévéon qui m’avait invité à m’exprimer sur le thème «  Les Balanins établis à Porto Rico ».
Aujourd’hui, à l’invitation de Mme Linda Vincensini, c’est avec un immense plaisir que je donne cette conférence-débat du second Empire,  sur le thème « Tito Franceschini-Pietri, dans l’intimité des têtes couronnées ».
A l’heure de l’apéritif, Jean-Marie Rousseau, président du Lions Club Bastia Doyen, invité de la soirée, a présenté la campagne contre le diabète dont il est le coordinateur pour la Corse et dont nous aurons l’occasion d’en reparler.

Secrétaire particulier de l’Empereur Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie

Devant une assistance subjuguée par l’aisance et le talent de l’orateur, Jean-Christophe Orticoni de Massa a évoqué cette grande figure historique de Balagne ( mais dépassant largement le cadre de la Corse) qu’était Tito Franceschni-Pietri.
«  Secrétaire particulier de l’Empereur Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie, exécuteur testamentaire du prince Impérial, il a voué l’essentiel de sa longue vie au service de la dynastie, ceci, tant à l époque des fastes des Tuileries et de Compiègne qu’au moment de l’exil des souverains survenu après le désastre de Sedan. « Tito » Franceschini-Pietri n’a pas hésité à suivre l’Empereur déchu dans son exil ap^rès 1870, dans son exil anglais. Il a également participé au règlement du « Destin après la mort » de deux personnages majeurs de l’histoire européenne, liés à la Corse : Pasquale Paoli et Napoléon III ».
Petit neveu de Pasquale Paoli
Tito Franceschni-Pietri était aussi « petit neveu de Pasquale Paoli par sa sœur Chiara Maria.  Héritier de la maison Paoli, en  1889 il accepte de céder la demeure au Département de la Corse. Dès lors, toutes les conditions sont réunies pour entreprendre le retour du général en Corse ».
Avec le souci du détail et le fruit d’un immense et méticuleux travail de recherche, Jean-Christophe Orticoni de Massa a retracé la carrière de ce grand homme d’Etat. Il a aussi rappelé que  Tito Fanceschini était un grand propriétaire terrien à Corbara, Algajola et Monticello. Il fut également conseiller général Bonapartiste du canton de L’Ile-Rousse où il possédait une demeure praticienne visible encore aujourd’hui.
Personnage influent, il est aussi à l’origine de l’introduction en Balagne du tourisme des princesses et des yachtmen.
Dans le dernier bulletin municipal de L’Ile-Rousse, dont il est le rédacteur en chef, Jean-Christophe Orticoni de Massa consacre du reste un article sur L’Ile-Rousse à la belle époque sous le titre «  Villégiature discrète des grands de ce monde ».
Au terme d’un dîner d’une grande finesse, un  long débat s’est ensuite instauré entre le conférencier et son auditoire.

Il repose auprès de Napoléon III
On l’a dit, exilé volontaire en Angleterre après le désastre de Sedan, « Tito » Franceschini-Pietri  repose  aujourd’hui dans l'Abbaye bénédictine de Farnborough auprès de Napoléon III et du Prince Impérial, Napoléon Louis-Eugène.
Pur hasard de l’histoire, au moment où Jean-Christophe Orticoni de Massa donne cette conférence, à l’hôtel des ventes de Fontainebleau, par le ministère de Maître Osenat,  on se prépare  à une vente aux enchères qui s’annonce comme l’un des événements du marché de l’art. Il s’agit en effet de la vente d’une partie du somptueux mobilier, de sa bibliothèque et  de précieux ayant appartenus à « Tito » Franceschni-Pietri.
Texte cet photos Jean-Paul LOTTIER

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    caravone (vendredi, 17 février 2012 14:50)

    Bravo à Jean-Christophe!!

  • #2

    fantauzzi Pierre-Yves (samedi, 18 février 2012 18:34)

    Toujours aussi brillant,un vrai plaisir,on en re-demande ! Félicitations !

  • #3

    MX (samedi, 02 mai 2015 17:10)

    Il est erronée de dire que Jean-Baptiste "Titu" Francheschini-Pietri était un "grand homme d'Etat". C'était assurément un grand serviteur de la cause impériale, mais comme haut fonctionnaire (cabinet de l'Empereur) et élu local. Un homme d'Etat, c'est un dirigeant national (tel Napoléon III, Thiers ...), ce n'est pas le cas de F.-Pietri, qui n'était même pas ministre (et encore moins chef de gouvernement).

  • #4

    MX (samedi, 02 mai 2015 17:10)

    Il est erroné de dire que Jean-Baptiste "Titu" Francheschini-Pietri était un "grand homme d'Etat". C'était assurément un grand serviteur de la cause impériale, mais comme haut fonctionnaire (cabinet de l'Empereur) et élu local. Un homme d'Etat, c'est un dirigeant national (tel Napoléon III, Thiers ...), ce n'est pas le cas de F.-Pietri, qui n'était même pas ministre (et encore moins chef de gouvernement).