Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

SCB : La victoire et la première place à Monaco !

Diallo, le buteur bastiais
Diallo, le buteur bastiais

Stade du Louis II de Monaco
AS Monaco 0  - SC Bastia 1 : ( 0 – 0 mt)
Buts : Diallo (87e pour Bastia)
Arbitre : M. Gautier assisté de MM. Annonier et Jeanne
Délégué : M. Thevot
AS Monaco :
Subasic, Afolabi, Kurzawa, Kaglemacher, Marester, Coulibaly, Giuly (cap), Koman, Germain, Dirar, Barazite
SC Bastia :
Novaes, Angoula, Mary, Sans, Harek, Robail, Cahuzac (cap), Rothen, Diallo, Genest, Suarez

L’appel de l'entraîneur de Monaco Marco Simone n’aura pas été entendu..
Les supporters monégasques n’étaient guère nombreux lundi soir pour assister au derby de la Méditerranée. En revanche, côté bastiais, près de 900 supporters - venus de Corse par avion et par bateau mais aussi d'ailleurs - étaient là pour soutenir leur équipe.
Sur un terrain en bon état mais très dur, les joueurs de Frédéric Hantz ont essayé malgré tout de bien quadriller le terrain.

Il faudra attendre treize minutes pour voir le Sporting se créer une première occasion. Sur un dégagement monégasque, le ballon revient sur Genest à l'entrée de la surface. Ce dernier tente sa chance sans contrôle mais ce n'est pas cadré. Quelques minutes plus tard, Robail, s'enfonce dans la défense adverse et choisi de centrer alors qu’il aurait pu tenter sa chance..

Juste avant la vingtième minute de jeu, le capitaine de Monaco Giuly déboule sur le côté gauche et sert Barazite. Ce dernier décale Germain pour une bonne frappe mais Novaes, à la main ferme, veille au grain.  Presque dans la foulée, c’est Barazite qui s’échappe et décale Dirar qui file dans la surface Bastiaise. Il tente de centrer mais il pousse trop loin son ballon ce qui permet au portier insulaire de s’emparer facilement du ballon.
Juste avant la demi-heure de jeu, Afolabi tacle des deux pieds Diallo, ce qui oblige l’arbitre à sortir un carton jaune (une exclusion n’aurait pas été un luxe au regard de la faute.….) Sur le coup-franc qui suit, Rothen vise la lucarne, mais Subasic s’interpose brillammen et détoune en corner. 

A la 34ème minute, l’une des nouvelles recrues locales, Kagelmacher sert Barazite qui gêné, rate le cadre. Dans son rôle de « donneur de caviar », Rothen sert sur un centre millimétré Suarez, qui au point de penalty, tente d'ajuster sa tête mais rate malheureusement le cadre.
En fin de première période, lesBastiais tremblent quelques peu sur la dernière occasion avec Dirar qui se présente seul dans la surface bastiaise. Angoula de retour au dernier in extremis peut écarter finalement le danger.
La victoire et la première place
En seconde période, les Monégasques semblent avoir baissé le rythme alors qu’à contrario le Sporting joue sur le même tempo. Sur un corner, Genest sert Angoula au second poteau : la repise du Bastiais passe largement à côté du cadre. Face à des joueurs du Rocher qui n’y arrivent pas, le SCB monte d’un cran dans son organisation pressant plus son adversaire.

A la 52ème minute, Genest accélère côté droit et arrive à repiquer au centre et à décocher une bonne frappe qui oblige Subasic à dévier en corner.

On entre dans le dernier quart d’heure et Frédéric Hantz motive ses joueurs sentant que le hold-up est largement possible et effectue un changement avec l’entrée d’El Azzouzi et la sortie de Suarez. Immédiatement après, Robail part sur le côté gauche et centre justement pour El-Azzouzi. L'attaquant Bastiais est déséquilibré, l’arbitre ne siffle pas pénalty alors qu’il était tout à fait justifiié.
On entre dans les toutes dernières minutes et les Bastiais poursuivent leur pressing face à des "rouge et blanc" totalement dépassés.

Et à trois minutes de la fin que le Sporting réalise le coup parfait !

Sur un corner de Rothen, Diallo ajuste Subasic de la tête. Le ballon est contré par le défenseur Curzawa et finit au fond des filets. Un but important, puisqu’il permet aux Bastiais de s’emparer (provisoirement) de la tête du championnat et surtout de conjurer le mauvais sort : Cela faisait quarante-ans que le Sporting n’avait pas gagné à Monaco.
A quatre jours d’un gros choc à Furiani face à son dauphin Reims, le Sporting prend un avantage psychologique avant cette rencontre. Car cette première place même s’il elle ne veut pas dire grand-chose (Reims et Clermont n’ont pas joué), permettra aux insulaires de préparer idéalement ce match au sommet !
Oui, le parfum de la Ligue 1 on le sent bien maintenant !
                                                                                                                  André CARLI

Écrire commentaire

Commentaires: 0