Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

L2 : Le Sporting doit se relancer contre Troyes

 

Après sa défaite face au leader clermontois la semaine dernière, le Sporting se doit de relancer la machine samedi après-midi à 14 heures 30 à Furiani face à un poursuivant à la montée qui revient très fort le FC Troyes. Les Aubois, qui restent sur deux victoires consécutives, savent que la mission de venir prendre des points à Furiani s'annonce très périlleuse, comme le rappelle l'entraîneur Jean-Marc Furlan qui connaît bien l'ambiance Bastiaise pour l'avoir connue il y a quelques saisons déjà comme joueur.

"Malgré nos deux succès nous venons à Bastia, avec la crainte de jouer dans un stade de Furiani qui s'apparente à une citadelle imprenable. Pour chaque équipe qui se déplace à Bastia, une victoire là-bas est synonyme d'exploit, Bastia est invaincu depuis de longs mois et ce n'est pas une surprise avec une telle ferveur et des joueurs qui se surpassent et même si Bastia reste sur deux défaites en compétition cela reste quand même du solide. Bastia est offensivement impressionnant en mettre quatre à Sochaux, franchement c'est flippant " affirme Furlan, revenu marri de la mésaventure connue la semaine dernière face au GFCOA.
L'effectif Bastiais qui sera privé pour la dernière fois de Diallo (il fera son retour contre Monaco après l'élimination de sa sélection à la CAN) et de Khazri qui a écopé de deux matchs fermes de suspension à la suite de son tacle sur Allessandrini la semaine dernière.

Le coach Aubois n'y voit pas pour autant un facteur favorable pour son équipe : « Le Sporting a d'autres arguments à faire valoir et trouvera la parade à n'en pas douter.  A Bastia, il y a des joueurs comme Maoulida, Genest ou encore Rothen qui peuvent faire la différence. C'est le genre de footballeur qui nous manque à Troyes, capable de vous tirer l'équipe d'un mauvais pas. Toutes les équipes qui sont en haut de tableau régulièrement ont ce type de joueurs. »
Côté Bastiais, il s'agira de se relancer après une défaite face au leader clermontois la semaine dernière qui n'a pas eu de conséquences au plan comptable, mais qui pourrait avoir laissé des traces sur le mental des bastiais.
Le match face à Troyes apportera un élément de réponse. Une victoire et le Sportng aura fait la preuve et effacé le faux-pas clermontois, en revanche une défaite où un match nul, serait considéré comme un sérieux coup d'arrêt comme l'avait déjà traversé l'équipe de Hantz au début de l'automne.
Mais on n'en est pas encore là et l'entraîneur bastiais Frédéric Hantz qui ne raisonne pas en fonction du classement, mais en terme de cycles, dressait vendredi matin dans sa conférence de presse d’avant-match, le bilan du mois de janvier : « Le mois s’est terminé sur une mauvaise note avec cette défaite à Clermont, mais globalement, cela est très positif pour nous. On a battu une équipe de Ligue 1 chez nous, nous avons réalisé des matchs plein de réalisme face à des concurrents directs. Malgré notre défaite, nous sommes toujours 3e, donc on avance. »
U gruppu Bastiacciu :
Novaes, Agostini, Angoula, Marque, Mary, Sans, Harek, Choplin, Cioni, Periatambée, Genest, Cahuzac, Rothen, Maoulida, Suarez, El Azzouzi.
                                                                                                                   André CARLI

Le point de vue de Frédéric Hantz

Frédéric Hantz s'est aussi attardé sur les bonnes prestations de son prochain adversaire Troyes, qui reste sur deux succès (à Angers et contre Laval). Un adversaire qui est pris très au sérieux par le coach qui comme toujours recommandera à ses joueurs de prendre ce match très au sérieux. « C’est une équipe qui connaît très bien ce championnat où elle est bien classée au meilleur moment. Troyes est très bon techniquement et pour moi c’est la meilleure formation de L2 sur les dernières semaines.

Il va surtout falloir se méfier des contres de cette équipe qui peuvent être très dangereux » prévenait Hantz.

Durant la semaine, la préparation de ce

match a surtout été axée sur les défaillances relevées la semaine passée en
Auvergne. Pour Frédéric Hantz, alors que son équipe avait la maitrise du match, elle s’est mise à déjouer tant dans la manière que dans son comportement. Il faudra livrer une tout autre prestation pour gommer donc cette défaite au goût amer… « On perdra d’autre matchs c’est certain, mais c’est surtout mentalement qu’on a failli. On a surtout travaillé sur l’aspect mental cette semaine et être constant pendant l’ensemble de la rencontre. Pour revenir sur notre défaite passée, on restait sur une bonne série, et notre relâchent est sans doute dans le fait d’avoir eu une certaine assurance qui a été renforcée par une supériorité numérique. En Ligue 2, (comme en Ligue 1) nous le savons, un relâchement se paie cash. Nous l’avons appris à nos dépens. A nous de remettre les pendules à l’heure samedi."


Écrire commentaire

Commentaires: 0