Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Laurent Bruschini : Une voix qui sait rendre hommage à la Corse

(Photos Marilyne Santi)
(Photos Marilyne Santi)

Un concert intimiste mardi soir au Palais des congrès, où se mettait en scène Laurent Bruschini. Quatre musiciens et une voix, mais quelle voix ! Saisissante, chaude, puissante, prenante, qui a su rendre hommage à la Corse et a été capable de faire vibrer le spectateur dès le premier son. Une voix à nulle autre pareille, même si notre île en compte de merveilleuses et qui fera sans aucun doute de lui, et sous peu, un artiste incontournable.

Ce fut un fort échange émotionnel à travers des chansons d’hier et d’aujourd’hui que la langue Corse transcende toujours un peu plus. Un voyage musical dans des sphères connues de tous,  avec des sonorités latines, jazz ou de bossa nova, mais que seul l’artiste digne de ce nom peut faire partager par son art, à son public, tant elles diffèrent de ce que nous entendons chez nous. Un disque personnel, enraciné, très enraciné et ouvert à des sonorités non habituelles en Corse.
Laurent nous a emmenés en voyage, dans sa vie parisienne avec Paris la belle, dans ses paysages corses avec Maneta et Alcudina, et est resté plus traditionnel avec Ciucciarella et Perdono Mio Dio. Foata’s Song, Scusa O Musa….. au total, neuf titres que l’on retrouvera sur son album solo Andamini.

Le public était attentif, puis chaleureux et finalement participatif et conquis. Titres couronnés de succès si l’on se fie aux applaudissements de la salle. Les textes sont magnifiques, l’interprétation généreuse, à l’unisson avec des instruments venus parfaire son chant et donner ces accents musicaux venus d’ailleurs : Michel Tomei était à la guitare, Jérémy Lohier à l’accordéon, François Battesti aux percus et François Paoli à la basse.
Rappelé pour une dernière chanson, applaudi avec force, félicité par le public qui l’attendait à la sortie du concert, chacun y a été de son commentaire rendant l’artiste heureux, lui confirmant qu’il avait donné le meilleur de lui-même et de ses créations : « quel merveilleux voyage » dira une dame pendant que d’autres s’extasiaient sur une voix exceptionnelle.
C’est un homme réservé qui est entré sur scène, et c’est un chanteur qui a su convaincre qui a salué son public avant de la quitter. C’est donc une histoire d’amour qui s’est passée mardi soir, entre lui, la musique, la siennen et celle des autres (ses hommages en sont la preuve), son public et son île.
Pour ceux qui n’ont pu venir l’écouter, des extraits de l’album peuvent être écoutés sur le site de Laurent Bruschini : l’album est déjà en vente et d’autres concerts sont prévus.

                                                                                                                 Marilyne SANTI
http://www.laurentbruschini.com

Écrire commentaire

Commentaires: 0