Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Lisandru Plasenzotti : Il faudra attendre le 11 Janvier

 

La demande de mise en liberté de Lisandru Plasenzotti, dont la presse nationale commence à parler, qui a été examinée mercredi au palais Verdun d’Aix-en-Provence, sera connue le 11 janvier. Dans l’attente de l'arrêt de la cour d'appel, la mobilisation reste sans faille autour du jeune détenu, toujours hospitalisé  à l’Hôpital Nord de Marseille.

Prise en l’absence de l’accusé, la décision de la cour ne satisfait forcément pas les soutiens de Lisandru Plasenzotti, qui devra encore patienter au moins six jours de plus avant de pouvoir rejoindre, éventuellement, sa famille en Corse où la mobilisation ne faiblit pas.
Réunion publique jeudi

Outre le rassemblement organisé mercredi à 13 heures devant le palais de justice d’Aiacciu, le cumitatu di sutegnu à Lisandru Plasenzotti a décidé de réunir tous les amis, soutiens et sympathisants au combat menés "pour la vérité et la justice", dans l’affaire qui touche la famille de l’étudiant depuis le mois de Novembre. Une réunion publique se tiendra au palais des Congrès de la cité impériale, ce Jeudi à 18 heures, afin de réunir les forces en présence, mais aussi de débattre. 
Dans un communiqué le comité de soutien souligne :

«Lisandru est hospitalisé après 44 jours de grève de la faim, grâce à une mobilisation en Corse et à Marseille. C'est une première petite victoire contre la justice d'exception. Mais Lisandru est toujours en détention. Nous demandons sa remise en liberté immédiate et son retour en Corse.
Il est indispensable de poursuivre la mobilisation contre l'acharnement policier et judiciaire que subit Lisandru.
Sa famille, la Ligue des droits de l'Homme, les amis ainsi que les organisations politiques, les associations, les syndicats, les élus et les citoyens qui le soutiennent organisent une réunion publique jeudi 05 janvier 2012 à 18h Palais des congrès d'Ajaccio ».
D’autre part, le Comité précise que le jeune-homme est dans un état de santé plutôt rassurant, puisque les analyses sanguines ne présagent pour le moment aucun dégât irréversible pour son organisme. Cependant, son état de dénutrition reste inquiétant, et des analyses plus poussées seront menées par les médecins de l’Hôpital Nord de la cité Phocéenne. Le communiqué  daté du jour fait remarquer que l’étudiant a accepté  de lui-même d’être perfusé, ce qui démontre que « Lisandru n'est pas suicidaire et marque sa volonté de ne pas envenimer la situation. Malgré tout, sa seule et unique revendication est de rentrer chez lui immédiatement ». 
Le collège Arthur-Giovoni en grève
Toujours sous surveillance pénitentiaire, L. Plasenzotti a désormais accès aux informations régionales et peut donc suivre au jour le jour l’évolution du mouvement de solidarité qu’a entraîné sa situation. De fait, il a pu constater qu’il ne menait pas son combat tout seul, loin de là.

Parmi les 400 personnes massées depuis plusieurs jours devant l’hôtel de région figurent ses anciens professeurs, et collègues de son papa, Ghjuvansantu. Le collège Arthur-Giovoni, où enseigne ce dernier, est d’ailleurs en grève depuis ce Mercredi, afin de montrer à son ancien pensionnaire que le soutien de la communauté enseignante est total. Un mouvement que soutiennent et auxquels s'associent les parents d'élèves du collège, élus sur la liste de l'Asociu di i Parenti Corsi.
                                                                                                                                    O. C

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    lepori (mercredi, 04 janvier 2012 18:48)

    liberta pe lisandru

  • #2

    U Palatinu (jeudi, 05 janvier 2012 16:49)

    Ùn ne finisce più quella storia !
    È u latu umanu, ùn ci pensanu ?