Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Lisandru Plasenzotti : 40e jour de grève de la faim

Incarcéré en détention provisoire à la prison des Baumettes de Marseille, dans le cadre d’une affaire de grand banditisme, Lisandru Plasenzotti, 22 ans, étudiant en histoire à l’Università est depuis quarante jours maintenant en grève de la faim, et clame toujours ainsi son innocence. Placé en cellule d’isolement, il n’a droit ni aux visites, ni aux promenades, et n’a  pas accès à un suivi médical. 

L’état de santé et plus globalement la situation du jeune détenu, accusé d’avoir participé  à un trafic de drogue et à la cache d’armes des Sanguinaires, inquiète de plus en plus ses proches.

Soutenus par la Ligue des Droits de l’Homme, familles amis et soutiens ont décidé de tirer la sonnette d’alarme. Déjà arrêté au mois de Mars sur de simples soupçons, il avait alors été incarcéré à la prison d’Aiacciu pour avoir refusé le prélèvement d’ADN. Aujourd’hui, ceux qui le connaissent crient à l’acharnement judiciaire et réclament sa libération et son hospitalisation.

Son père, Ghjuvansantu Plasenzotti, professeur de Corse au collège Arthur-Giovoni, se bat une fois encore pour faire libérer son fils.

Dans une lettre destinée au juge Choquet, en charge de l’affaire, mais actuellement en congés, l’ancien militant d’A Manca Naziunale et aujourd’hui membre de « Scelta Para», dénonce les pratiques éhontées de ce qu’il considère comme « de la torture ».

En ce 29 Décembre, Lisandru Plasenzotti vit son quarantième jour de grève de la faim. Un comité de soutien a, par ailleurs, été créé et communique au jour le jour sur un blog. http://lisandruplasenzotti.blogspot.com/ 

"Il y a urgence"

Sous le titre "Il y urgence" le Collectif des avocats la Ligue des droits de l’Homme contre la justice d’exception, André Paccou et Camille Romani membre du Comité central et ancien Bâtonnier ont diffusé mardi le communiqué suivant :

"Mardi 27 décembre 2011, cela fait 38 jours que Lisandru Plasenzotti est incarcéré aux Baumettes et … en grève de la faim ! Il clame son innocence et proteste contre sa détention provisoire dans le cadre d’une procédure JIRS. Une fois de plus, les moyens de la justice d’exception sont mobilisés dans une affaire qui pourrait relever de la justice ordinaire.
Lisandru subit un traitement excessif. D’une part, il est détenu hors de Corse, avec les difficultés bien connues que cela signifie pour accéder à sa famille et à son avocate, et alors qu’existe la possibilité d’un contrôle judiciaire sur place. D’autre part, certaines investigations, par exemple sur son train de vie, évidentes et classiques dans ce type d’affaire, n’ont pas été menées.
Voilà  bien une des marques de la JIRS.
- Ne pas user des moyens élémentaires pour avancer dans la recherche de la vérité, comme cela a été constaté dans d’autres affaires, avec des refus de reconstitution des faits ou de confrontation entre accusateur et accusé
-  Mais user et abuser de moyens de police disproportionnés, d’interpellations et de gardes à vue par dizaines dans le cadre de rafles hebdomadaires pour tenter d’impressionner l’opinion publique, et de détentions provisoires hors de Corse pour mieux isoler et faire avouer.
Dans l’affaire de Lisandru, le magistrat instructeur n’a pas jugé bon d’avancer la convocation du jeune homme. Celle-ci aura lieu début janvier, et cela fera a minima 45 jours de grève de la faim ! Désormais, cette affaire dépasse le cadre strictement judiciaire. Aujourd’hui, nous en appelons aux élus, notamment aux présidents de l’Assemblée de Corse et du Conseil Exécutif de Corse, pour qu’ils interviennent."

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    colette (vendredi, 30 décembre 2011 08:45)

    c'est une honte de laisser ce gamain dans cette situation, je me pose la question à savoir si ce juge a des enfants!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • #2

    bianchini culioli (vendredi, 30 décembre 2011 09:13)

    courage a la famille .on entend pas beaucoup nos elus!!!!!

  • #3

    U Palatinu (vendredi, 30 décembre 2011 12:41)

    C'est ce que l'on appelle le traitement d'exception, qui hélas ne devient que trop général, et ne rappelle que trop les heures sombres d'une certaine Margareth Tatcher dont la réaction condamna à mort de trop nombreux prisonniers irlandais.
    De même, s'il venait à arriver malheur à ce jeune homme, le juge et ses complices en porteraient la responsabilité.

  • #4

    Cocolitoferidea (vendredi, 30 décembre 2011 15:36)

    Mi dispiace di vede ch'e l'andatura di e cose tornessi cusì male per stu ghjuvanottu.
    Cosa ch'ell'ebbi fattu, hè inghjustu è tristu cio chì li accade. Ancu di più chì mi pare nucente di l'accuse chì li sò fatte.
    Sopra tuttu quandu si vede l'impunità di tanti banditi di l'altu livellu, è maffiosi veri.

    PS : sò d'accunsentu cun tè o Palatì, ma Margaret Thatcher, è micca Margareth Tatcher. Quessa sì chì era feroce !

  • #5

    santa (vendredi, 30 décembre 2011 18:43)

    mais qu'attend donc le corps médical pour réagir? Vergogna a té qui lasci mori un ziteddu, so dispiacuta per su ghjuvanottu e a so famiglia, curaghju.

  • #6

    U Palatinu (vendredi, 30 décembre 2011 19:34)

    Au delà du strict cadre judiciaire, au delà des seules sympathies politiques, nous touchons ici à l’humain, à l’humanité, la condition humaine (si chère à Malraux).

    Il est de notre devoir d’êtres humains de sentir, de ressentir l’injustice flagrante de cette situation. Si certaines personnes en charge de ce dossier à un degré ou à un autre semblent en avoir oublié l’aspect humain, reniant ainsi l’humanité qui est en eux, il n’en est notre cas, à nous, simples humains, qui avons prit connaissance de cette triste affaire qui nous touche au plus profond du cœur et de l’âme.

    En ces jours de fin de décembre, habituellement dédiés, en Corse, à moult festivités, réjouissances et gastronomie effrénée, il est impossible, à moins d’avoir un cœur de fer, de ne pas penser à ce jeune homme qui lui, n’a pas mangé depuis plus d’un mois – et d’une manière plus générale à tous ceux qui dans le monde ne mangent pas à leur faim et qui, à notre époque encore, agonisent de la famine – pour défendre sa dignité contre l’injustice d’exception.

  • #7

    monique GAZZO (vendredi, 30 décembre 2011 20:07)

    je ne connais pas personnellement ce jeune homme mais il y a dans son incarcération, sa grève de la faim si longue et le silence du monde carcéral, une interrogation obsédante.
    j'espère que ses parents auront pu le voir aujourd'hui et obtenu des assurances sur sa santé avec une hospitalisation rapide.

  • #8

    leca frederique (mardi, 03 janvier 2012 09:17)

    C est sincerement que je vous soutiens dans cette epreuve extravagante et boulversante .

  • #9

    Oulala (mardi, 31 janvier 2012 12:57)

    Quand on n'est pas dedans, on évite de croire tout et n'importe quoi ! Depuis le début de sa grève, il a été vu tous les jours par le service médical et s'est entendu dire des dizaines de fois de reprendre l'alimentation ! Il a même été changé de cellule pour être à côté de l'infirmerie et visité plusieurs fois par jour ! On ne peut pas forcer qq'1 à manger, ça faut aussi le savoir, on peut juste suivre la personne et hospitaliser lorsque c'est necessaire. Que vous vous battiez pour lui c'est bien, mais raconter des mensonges, ça l'est moins ! Faut connaitre les lois et les rêgles avant de parler, et attaquer les bonnes personnes ! Merci

  • #10

    Adela Wynter (dimanche, 22 janvier 2017 22:47)


    My spouse and I stumbled over here different website and thought I might as well check things out. I like what I see so i am just following you. Look forward to exploring your web page repeatedly.