Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Le conseil général de Corse-du-Sud adopte son budget primitif pour 2012

Douze voix pour, 0 contre, dix abstentions : le budget primitif 2012 du conseil général de la Corse-du-Sud, présenté lundi matin par Jean-Jacques Panunzi à l'assemblée départementale, a donc été adopté. Toute l'opposition n'a sasn doute pas approuvé mais ce n'est pas pour autant qu'elle a voté contre. Il est vrai qu'en préambule à la discussion et au vote, le président du conseil général en avait clairement fixé les enjeux...

"Les débats que nous avions menés le 21 novembre nous avaient en effet permis de mesurer à quel point la préparation de ce budget s’inscrivait dans un environnement peu porteur" a souligné Jean-Jacques Panunzi. "Dans ce contexte particulièrement défavorable et contraint, c’est donc un budget rigoureux, bien sûr, mais aussi responsable et volontaire qui a été élaboré. Responsable tout d’abord puisque malgré les difficultés, le Conseil général continuera à assumer pleinement les missions fondamentales dont il a la charge sans pour autant compromettre ses marges de manœuvre à venir. Volontaire ensuite, car le Conseil général se donne les moyens pour continuer à agir au service de ses populations et pour apporter localement ses réponses à la crise, au travers de ses compétences mais aussi par le maintien d’un volume d’investissement élevé"
"C’est par ce double engagement que notre collectivité entend poursuivre la mise en œuvre des politiques engagées depuis 2006 avec comme priorité la solidarité et le soutien à une économie créatrice de croissance et d’emplois" a encore souligné le président de la collectivité départementale avant d'aller un peu plus dans le détail de ce budget primitif.
En hausse de 7,8%
Avec un montant de total de 253 millions d’euros, celui-ci affiche une hausse de 7,8 % par rapport au budget primitif de 2011 ce qui, dans "le contexte que nous connaissons, traduit bien notre détermination à agir pour l’avenir de la Corse-du-Sud" a commenté Jean-Jacques Panunzi.

184 millions seront consacrés à la section de fonctionnemment (plus 5,4% par rapport à 2011) et près de 69 millions d'euros pour la section d'investissement soit une progression de 17%.

"Avec près de 77 M€ prévus en 2012, les solidarités en faveur de la jeunesse, des personnes âgées et handicapées et des adultes confrontés aux difficultés de l’emploi demeurent le premier poste de dépenses d’intervention du Conseil général. Sur ces 77 M€, 52 M€ sont consacrés à la prise en charge du handicap et de la dépendance, et 15 M€ à la lutte contre la précarité" a précisé Jean-Jacques Panunzi qui a rappelé qu'en "matière de fonctionnement, nous confirmons les actions engagées de maîtrise de l’évolution de nos dépenses de gestion internes", une démarche qui, selon lui, "se retrouve dans notre plan de réduction des dépenses de l’administration générale".
Mais a t-il ajouté " cette démarche de performance et d’efficience du service public ne se fera ni au détriment des projets, ni au détriment de nos actions, ni au détriment de l’environnement professionnel des agents départementaux".
"S’agissant des dépenses de ressources humaines, elles sont prévues à hauteur de 55,8 M€, soit une progression globale que j’ai voulu contenir à 2,5 % par rapport à la réalisation 2011"
Investissements en hausse

Autre effort : celui prévu en matière d’investissement. Après avoir déjà enregistrées une hausse de 15 % en 2011, les dépenses d’investissement du conseil général progresseront donc cette année encore de 17 % pour s’élever ainsi à près 69 M€. Une hausse qui permettre à la collectivité de poursuivre sa politique d'amélioration du réseau routier et de soutenir plus fortement encore "la commande publique contribuant ainsi à maintenir la dynamique de croissance aujourd’hui fragile, dans notre département."
Pour le président Panunzi "cet effort pour l'investissement va bien au-delà". Jean-Jacques Panunzi a réaffirmé l'appui total du conseil général tout " autant déterminé et volontariste en faveur des des territoires ruraux, de l'environnement, de la jeunesse dans le domaine du sport ou bien encore dans le domaine de la culture ".
Mais si les deux grandes préoccupations clairement affichées pour 2012, sont la "solidarité et le soutien à une économie créatrice de croissance et d’emplois", l'action de la collectivité, en partenariat avec les autres colectivités et avec le concours de l'Union européenne "ne se fera pas au détriment de nos autres champs d’intervention" a souligné le président du conseil général.
Et de préciser que le le financement de cette politique s’appuiera principalement sur l'épargne brute de la collectivité mais qu'elle devra également s'appuyer sur l'emprunt. "Pour assurer l’équilibre global du budget, je vous propose donc un recours complémentaire à l’emprunt de l’ordre de 13 M€. De même, face à la montée en charge des dépenses liées à la solidarité et pour compenser la baisse de nos recettes à laquelle il faut ajouter notre contribution de près de 2 millions d’euros au fonds national de péréquation, nous sommes donc contraints cette année de réviser notre fiscalité directe."
Taux du foncier bâti à la hausse

"Aussi, si vous en êtes d’accord, l’évolution du taux du Foncier Bâti, qui est je le rappelle est l’unique levier fiscal dont dispose le département, sera pour la première depuis 2005 modulée à la hausse pour se situer à 13,79 %. Un taux désormais identique à celui de la Haute-Corse mais qui reste cependant en-deçà de la moyenne nationale, celle-ci s’établissant à 15,55 %.
Cette décision que je sais difficile s’avère cependant indispensable.
C’est au prix de cet effort que nous pourrons, ensemble, conserver nos grands équilibres financiers et assurer le maintien d’un service public de qualité.
C’est au prix de cet effort que le Département pourra continuer à jouer son rôle d’amortisseur de la crise, pour les plus fragiles notamment, et son rôle de soutien à notre économie.
Toute autre option serait parfaitement déraisonnable, pour ne pas dire irresponsable" a prévenu, in fine, Jean-Jacques Panunzi.
Sa majorité l'a unanimement suivi.
L'opposition de gauche et nationaliste s'est abstenue en bloc.

Écrire commentaire

Commentaires: 0