Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

ACA : 1 Rennes : 0, l'ours n’hiberne plus

Stadiu François-Coty
Circa 7000 spettatori
Arbitru : M.Bastien
Scopu : F.Diawara (83a pà l’ACA)
Avvertimenti : Mostefa (33a) è Cavalli (66a) pà l'ACA ; Kana-Biyik (31a), Doumbia (41a) è Montaño (66a) pà Rennes. 
ACA :

Ochoa, F.Diawara, Medjani, Poulard, Lippini, Pierazzi (cap), Mostefa, Cavalli, André, Tiberi (Sammaritano 63a) ,Socrier (Delort 63a) puis (Kinkela 82a).
Ent.: O.Pantaloni
Rennes :

Costil, Danzé(cap), Kana-Biyik, Boye, Théophile-Catherine, M’Vila, Doumbia, Féret  (Pajot 56a), Pitroipa, Kembo-Ekoko (Montaño 64a) – Y.Hadji.
Ent. : F.Antonetti

Forts d’une détermination sans faille, dans un match qui aurait pu basculer dans un camp comme dans l’autre, l’ACA, aux qualités humaines retrouvées, s’est imposé pour la deuxième fois de la saison face aux Rennais de Fred Antonetti sur la plus petite des marges. Un but de renard de Fousseni Diawara à dix minutes du terme a su combler de bonheur un Timizzolu plutôt bien garni pour cette fin d’année, qui sera moins morose que prévu.
Après deux points perdus bêtement à Nancy, les acéistes étaient sous pression avant de recevoir le Stade Rennais. Mais une bonne pression. Preuve en est, l’acharnement et l’abnégation illimités des oursons, face à des rennais plutôt craintifs, et même parfois crispés. Le mental a finalement décidé du sort du match, et le résultat est là, l’ACA s’impose au terme d’un bras de fer assez tendu, qui a su redonner du cœur au public de Timizzolu, et aussi aux joueurs qui ont pu fêter dignement les trois coups de sifflet finaux.
L’entame de match est à mettre à l’avantage des locaux. Avec une entrée en matière propre à étouffer le jeu rennais. Une première occasion bretonne sur corner histoire de donner le ton d’une soirée tendue, et voilà les ajacciens d’attaque. Sur un ballon dévié par Socrier, Benjamin André s’enfonce et réussi à toucher le cuir du bout du pied…avant de se faire sciemment découper en deux par Benoit Costil, le portier de Rennes sortant les deux pieds en avant. Pas de pénalty à signaler d’après M. Bastien, malgré des protestions et le fait que la faute soit flagrante. Le milieu de terrain ajaccien s’en sort bien avec un bon coup au genou, et le portier Rennais encore mieux. La première mi-temps se résumera à une domination de terrain de la part des oursons, avec une bonne capacité à tenir le ballon à portée de la surface adverse, sans pour autant trouver la faille. Alternant les passages de bonne circulation et des derniers gestes trop imprécis, l’ACA rentre au vestiaire avec un nul bien mérité.
Coup d’accélérateur et délivrance.
La seconde période sera moins crispée, puisque que les deux équipes vont quelques peu se lâcher. La première occasion –et quelle occasion- sera à mettre à l’actif des ajacciens. On joue la 54e minute lorsqu’après un bon travail de Cavalli, Mostefa coté droit centre fort devant le but de Costil, pour un Socrier tout seul et qui envoie le ballon dans les nuages. Le sort s’acharne et la réussite fuit Olivier Pantaloni, qui commence à bouillir sur son banc. 62e, Corner pour Cavalli, la défense rennaise ne se dégage pas, et essuie les tentatives infructueuses de Diawara puis Socrier. Il y a toujours un pied d’un maillot blanc pour contrer les tentatives, mais l’ACA ne perd pas son sang-froid. Deux changements avec les entrées d’Andy Delort et de Sammaritano, aux places de Socrier et Tiberi, encore une fois très en vue, vont redynamiser l’entrejeu. Un long ballon, mal négocié par Boye, arrive dans les pieds de Delort, qui s’écroule dans les pattes du défenseur Ghanéen mais n’obtient pas le pénalty voulu. Les oursons sentent leur adversaire mollir et se recroqueviller, et vont en profiter pour asséner le coup de grâce. 82e minute, Medjani chipe un ballon coté droit, remet dans l’axe pour Yohan Cavalli, centre pied droit légèrement dévié, droit sur le pied de Fousseni Diawara, monté aux avant-postes pour la bonne cause, et venu ainsi battre Costil du plat du pied droit, direct sous la barre !

Explosion de joie dans les tribunes et les quelques 7 000 ajacciens qui exultent et encouragent leur équipe jusqu’au coup de sifflet final de M. Bastien.

93e minuta, ci semi infina !

L’AC Aiacciu décroche sa deuxième victoire de la saison et revient à six points de la ligne de flottaison. Pas de quoi rassurer sur un plan comptable, mais sur un plan psychologique, on peut admettre que l’ACA a fait un grand pas.

Avant un déplacement à Sochaux, défait à Bordeaux, la semaine de préparation devra être fructueuse, pour que les acéistes et tout leur staff puissent passer des fêtes au chaud avec trois unités de plus au compteur. Tout sera alors encore possible. 
                                                                                                                                   O. C.

Écrire commentaire

Commentaires: 0