Flèche bas Flèche haut

Liens utiles

Festa di a Nazione in Lisula Rossa

(Photos Jean-Paul Lottier)
(Photos Jean-Paul Lottier)

L’Immaculée Conception, patronne de la Corse a été fêtée dans la ferveur ce jeudi 8 décembre à L’Ile-Rousse. Plusieurs centaines de personnes ont assisté à la messe célébrée à 18 heures en l’église paroissiale de l’Immaculée Conception. L’office était présidé par le père Olivier Marie du couvent de Corbara, en présence de nombreux membres de la communauté et des confrères venus des quatre coins de la Balagne.

Dans une église trop petite pour accueillir tous les fidèles et au premier rang de laquelle on notait la présence de M. Jean-Jo Allegrini-Simonetti et plusieurs membres du conseil municipal, le père Olivier Marie a rappelé le sens de  cette célébration rehaussée par la présence de la chorale paroissiale.
A l’issue de la messe, le Dio vi salvi regina était repris en chœur.
Malgré le froid,  les île-roussiens ont tenu à accompagner la Sainte Vierge en procession dans les différentes rues de la cité paoline. En tête de la procession, une bougie à la main, les enfants de la paroisse donnaient le rythme, suivis des confrères, des membres du clergé et de la population.
Plusieurs haltes étaient mises à profit pour prier et procéder à une bénédiction, avant le retour en l’église paroissiale.
Célébrer le 8 décembre, c’est affirmer l’existence de la Nation Corse
Pour mieux comprendre le sens de cette fête, il faut se replonger dans l’histoire. En janvier 1735, après un siècle et demi de domination Génoise, une assemblée corse, la Consulta d’Orezza, rejette le pouvoir Génois et donne une Constitution à l’île. Dans le cadre de cette constitution, les insurgés choisissent « pour protectrice de la patrie et du royaume tout entier, l’Immaculée Conception de la Vierge Marie » et pour cette raison il est établi que tous les drapeaux et armoiries doivent comporter son image et « que la vigile et la fête de l’Immaculée Conception (8 décembre) doivent être célébrés avec les plus grandes marques de dévotion que traduiront des coups de fusil, de mousquet et de canon.
Le 30 janvier 1735 lors de la Cunsulta d’Orezza, les Corses créèrent une constitution démocratique. Lieu de vie exemplaire, au combien novateur pour l’époque, dans un monde encore soumis à la volonté des monarques, cette constitution éclairera ce petit peuple devenu capable de choisir son avenir et d‘organiser son présent.
Le 8 décembre sera déclaré « Fête de la Nation », en hommage à celle qui assurera la protection de cette espace libéré : la Vierge Marie. La fête de l’immaculée conception coïncide ainsi avec la fête de la Nation pour signifier entre autre, que nul n’a le droit de s’approprier la mémoire commune et les gestes patriotiques qui ont institué le respect et la liberté. Gardiennes du passé, la figure de Marie et le visage de la Nation se sont mariés dans notre hymne national, le « Dio vi salvi regina », pour offrir un espoir à ceux dont l’avenir est menacé.
La soirée s'est poursuivie avec une veillée sous le marché couvert de L’Ile-Rousse.

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    OUAI (jeudi, 08 décembre 2011 23:04)

    on approche la question mais pas de réponse. Alors, la Corse nation laïque ou nation chrétienne ? ou nation tout court ?

  • #2

    U Palatinu (vendredi, 09 décembre 2011 08:34)

    Je dirais que ça me paraît un peu plus compliqué que cela, et que la réponse est dans le coeur de chacun de nous, chacun l'interprétant à sa façon, bonne ou mauvaise, mais en aucun cas, nul ne peut prétendre détenir la vérité et je crains d'en être moi-même très loin...

  • #3

    U Palatinu (vendredi, 09 décembre 2011 08:36)

    ...
    Toutefois, je tenais cependant à mettre là, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, un texte que j'avais écrit il y a plusieurs années de cela, sur un de mes sites, en espérant ainsi ouvrir le débat.


    A Festa Naziunale hè nata in u 1735, è hè dunque assai più vechja ch’è quella francesa. Per parlà à u megliu di e raghjone chì anu fattu nasce sta Festa Naziunale, pensu chì u megliu seria di fàvvi, una piccula rievucazione storica.

    Prima, ci vole sapè chì a Corsica fù, durante parechji seculi, sottu à a duminazione genuvesa, framezatu di parechje prove di rivolte. A duminazione genuvesa durava dapoi u medievu, cumminciò versu u dodecesimu seculu, quandu a putenza di Pisa, chì tenia prima u putere nant’à a Corsica, cumminciò à descresce, ma si perennisò veramente quandu l’Uffiziu di San Ghjorghju, famosa banca genuvesa, pigliò u cuntrolu di l’isula, à a fine di u medievu.

    In u 1729, infine, a rivolta principiata in u Boziu contr’à i percettori genuvesi, triunfa. Assai prestu, a rivolta acquista una vera cuscenza pulitica. U populu piglia cuscenza di cio ch’ellu hè, ch’ellu hè veramente un’populu, è nasce l’idea di nazione.

    L’annu seguente, quasi tutta a Corsica hè liberata, salvu Aghjacciu, Bastia, Calvi è Bunifaziu, chì firmanu presidii genuvesi. I Capi di a rivolta, Don Luigi Giafferi, Ghjacintu Paoli, Ghjanandria Ceccaldi Prete Carlu Francescu Raffaeli, è qualchi altri, cummincianu tandu à urganizàssi, malgratu a guerra chì cuntinueghja contr’à Genuva è i so allegati, a Francia è l’Austria.

    Qualchi anni dopu, in u mese di ghjennaghju di u 1735, a Cunsulta d’Orezza, aduniscendu i riprisententi di ogni pieva, pruclama l’Indipendenza di a Corsica è elaburò a Custituzione Corsa.

    Sta dimarchja nant’à un’modu dimocraticu à un’epica duve a regula era i rè assoluti custitueghja veramente un’avanzata propiu stumacante. Infine u putere hè datu à tutti è micca solu à qualch’uni. D’altronde, a Custituzione, scritta da l’avucatu Sebastianu Costa, precisa bè chì « a raghjone vole ch’ellu si dia à ognunu a pussibilità di prupone cio ch’ellu criderà esse u megliu per u bè cummunu, per a regula di u regnu, è per a difesa contr’à l’intraprese di i nemichi chì anu tantu inghjuliatu a Patria. ». Sta Custituzione moltu muderna per l’epica, prevedia dinù a siparazione di i putere è a riprisentazione pupulare.

    Sta Custituzione piazzò a Corsica sott’à a prutezzione di a Vergine Maria, è moltu precisamente di l’Immaculata Cuncezzione, festighjata l’ottu di dicembre. Fù precisamente à quell’uccasione chì fù sceltu l’Innu Naziunale Corsu, u Dio vi salvi Regina, ch’ùn era, fin’à tandu ch’è un’cantu religiosu celebrandu a Vergine Maria, scrittu à a fine di u dicesettesimu seculu da u ghjesuitu napulitanu Francesco de Geronimo, per pupularisà u Salve Regina, latinu.

    Fù dinù decidatu chì a Festa Naziunale Corsa seria celebrata tirendu in l’aria incù muschettu è canone. U simbolu vulia dì chì u tempu di a guerra era finitu è chì e munizione ùn ghjuvavanu più à nunda, è chì si pudianu tira in l’aria.
    Dopu, per urganizàssi megliu, i capimachja di a rivolta sò andati à cirà u baronnu Tiadoru di Neuhoff, urighjinariu di Westfalia, per mettellu rè. Tiadoru ùn firmò rè ch’è qualchi mesucci, ma assai per dà à a Corsica e so armorie.

    Dopu à a cunquista francesa, l’invasori anu fattu tuttu per fàcci scurdà di u nostru gloriosu passatu, fin’à u simplice ricordu di a nostra Festa, imponenducci e so manere di fà è di pinsà. Grazia à Diu, dapoi parechj’anni, dapoi u Riacquistu, sopra tuttu, a nostra Festa Naziunale hè ridiventata festighjata da ogni Corsu cuscentu d’esse di ssu Populu ch’ùn vole micca more, è chì vole campà, fieru di a so storia, fieru di cio ch’ellu hè, è fà campà a so lingua è a so cultura.

  • #4

    OUAI (vendredi, 09 décembre 2011 09:34)

    bellu testu ma ch'ùn risponde micca ! A maio parte di i corsi so ligati cù a laicità. Avemu ancu radiche genuvese, more, maccumettane, francese, cristiane, laiche, paisane,culuniale,diasporale, occidentale, europeane, mediterannie... hè què chi face a nazione : malgratu e differenze una andatura cummuna. Cume dicia RENAN : una nazione ghjè un'anima. U solu aghjettivu accantu à "nazione" po esse "corsa". Mi basterà.

  • #5

    OUAI (vendredi, 09 décembre 2011 09:49)

    Ghjustu à puntu; oghje face 106 anni ch'a Francia a vutatu a legge per a laicità di 1905.

  • #6

    Cocolitoferidea (vendredi, 09 décembre 2011 11:36)

    Cunoscu assai bè u Palatinu per sapè chì quandu ellu hà scrittu un testu ch'ellu cunsidera cume bellu, ellu u mette dapertuttu. Ma sinnò, pensu ch'ella ci hè una simbolica aldilà di a religione in l'ottu di dicembre, per i credenti cume per l'atei. Hè stu gennaru di simbolica (cun assai altre) chì adduniscenu ghjente chì à l'origine, ùn anu ch'e pocu in cummunu. Pensu dinù ch'e hè a multiplicazione di e radiche in u passatu chì facenu l'anima in u presente, in giru à un unità.
    Ma perchè d'ùn vene micca cuntrastànne nant'à u foru di u Palatinu, l'Appuntamentu Corsu di a Tela (ne dà ellu u ligame, appughjendu nant'à u so nome, ch'ùn hè sottulineatu per nunda) ? Hè un forum di discussione tuttu in lingua corsa, è vi possu assicurà ch'e serete accoltu bene quallà. (sta rimarca vale dinù per tutti quelli chì mi leghjeranu).